Contenu principal

Message d'alerte


Couverture Autisme et pyschanalyses édition EresDans le contexte politique actuel, qui dénie au psychisme toute participation aux difficultés autistiques, les auteurs réunis par la CIPPA rendent compte de leur pratique clinique, institutionnelle et de leurs recherches auprès d'enfants autistes et de leur famille. Cet ouvrage ne cherche pas pour autant à être exclusivement une « défense et illustration de la psychanalyse ». Au contraire, il se situe constamment dans une perspective d'ouverture et de jonction avec les disciplines cognitives et les recherches scientifiques qui sont à y associer. Un ouvrage issu du Congrès CIPPA, du 8 et 9 février 2013 à Paris.L'auteur et ses co-auteurs ont voulu se démarquer d'un abord simpliste de l'autisme qu'elles soient les obédiences.

À l'orée des restrictions théorico-cliniques mises en perspective par le 3e plan autisme (2013/2017), il défend la richesse des complémentarités et des atouts que proposent, dans le respect d'un cadre consensuel, l'imagination, la créativité, le plaisir partagé et les vertus essentielles d'une observation fine et continue. S'inscrivant dans un partenariat constant avec les parents, il se désolidarise complètement d'une psychanalyse qui accuse ou met à distance toute articulation avec le milieu familial.

Cet ouvrage est issu du Congrès CIPPA, du 8 et 9 février 2013 à Paris. L'auteur et ses co-auteurs ont voulu se démarquer d'un abord simpliste de l'autisme qu'elles soient les obédiences. Il sera donc question, au fil des contributions d'éclairer les recherches des différents auteurs tout en accordant une importance particulière aux jonctions possibles.

Extrait de l'introduction de Marie Dominique Amy

Les contributions à cet ouvrage font suite à des réflexions et à des travaux que nous poursuivons depuis bientôt dix ans à la CIPPA, concernant essentiellement la place de la psychanalyse dans le suivi des personnes atteintes d'autisme ou plus largement de troubles envahissants du développement.

Mais, lorsque nous évoquons cette notion de place, nous la situons constamment dans un esprit de rencontres et de jonctions. C'est ainsi que nous avons été amenés à réfléchir, avec des scientifiques et à la lumière d'un nombre significatif de documents, au «pourquoi» des convergences et des divergences existant entre nos propres options théoriques et cliniques et celles qui nous sont proposées, voire parfois opposés, par les neurologues, les généticiens et les cognitivistes.

Suite à ces temps de travail partagés, combien de fois n'avons-nous pas été confortés dans nos propres démarches en constatant que des observations, des constats nés de sources différentes des nôtres n'en convergeaient pas moins vers des repères psychiques, corporels et cognitifs communs ? Ceci nous a amenés à nous élever vigoureusement contre tout ce qui relève de différentes idéologies introduisant des clivages inutiles et dangereux.

C'est en vertu de ces objectifs ambitieux que les auteurs de cet ouvrage ont été sollicités, qu'ils soient ou non psychanalystes. Pour leur permettre d'intégrer leurs compétences dans les objectifs de cet ouvrage, nous leur avons proposé une sorte de «cahier des charges en six points». Points que je vais introduire et sur lesquels, concernant deux d'entre eux, j'apporterai quelques réflexions personnelles.

  • Comment aborder les convergences entre neurosciences et psychanalyse ? Il a souvent été reproché à la psychanalyse de se situer en dehors des processus de recherche et de jonctions. Il a même été dit parfois que, concernant l'autisme, la psychanalyse prétendait en être une approche qui se suffisait à elle-même. C'est pourquoi doivent être abordées les convergences entre la psychanalyse et les neurosciences - et plus généralement les recherches scientifiques en cours - ainsi que les articulations institutionnelles à tisser entre les approches psychodynamiques et éducatives.
  • Comment et dans quel esprit partager et articuler nos recherches ? Certaines incompréhensions, certaines divergences nous semblent relever non pas d'un esprit scientifique mais d'un scientisme regrettable puisqu'il nie à l'intuition, à l'expérience et à l'empirisme, la part qu'ils ont à prendre dans toute découverte
  • Comment mieux expliquer notre approche de l'autisme ? À ce jour, il semblerait que malgré les nombreux écrits psychanalytiques jalonnant ces cinquante dernières années, nos observations et notre travail restent encore trop méconnus. Ceci ouvrant les portes à des interprétations erronées de notre pratique et sans doute même à des fantasmes qui n'ont guère à voir avec la réalité.

Qui est l'auteur ?

Marie Dominique Amy est psychologue clinicienne, psychanalyste, présidente de la cippa, coordination internationale de psychothérapeutes psychanalystes et membres associés s'occupant de personnes avec autisme.

Avec la participation de : Pascale Ambroise, Anne Brun, Graciela C. Crespin, Pierre Delion, Bruno Gepner, Bernard Golse, Geneviève Haag, Jacques Hochmann, Didier Houzel, Fabien Joly, Marie Christine Laznik, Aime-Yvonne Lenfant, Chantai Lheureux-Davidse, Lisa Ouss, Hélène Suarez-Labat, Jean-Michel Et Monique Thurin.

Édition : ERES  --- Auteurs : Dominque AMY --- Nombres de pages : 504 --- Format : 11 X 18. --- Prix : 20 € --- N° ISBN : 978-2-7492-4047-3 --- Sortie en Librairie le 6 Février 2014 et disponible sur le site de l'éditeur.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir