Contenu principal

Message d'alerte

A droite Pascal-PEREIRA-LEAL lors de la remise médailleAprès de brillante qualification, notamment contre le brésilien Lucas Maciel, le Français champion du monde Pascal PEREIRA-LEAL pour lequel nous espérions tous le titre de champion olympique vient de remporter la médaille de bronze contre Polonais Pawel OLEJARSKI. Un match ou le français aura démontré toute ses qualités et qu'il aura largement dominé en trois set 15-13, 11-4, 11-6. La France qui est désormais en 9e position des nations avec 4 médaille en or, 7 argent, et 7 bronze. Une position auquel notre champion aura manifestement participé.

Pascal-PEREIRA-LEALUne médaille remporté qui permet à Pascal PEREIRA-LEAL et a ses cooch, de revenir avec le sentiment du devoir accompli comme l'exprime. Interrogé au téléphone le sportif de la fédération des sports adaptés et membre de l'équipe de France nous a exprimé toute sa joie et son bonheur malgré des moments de doute « J'ai douté dans le premier set, quand j'ai été mené 3-6. Je me suis dit, « il faut se battre, il ne faut pas baisser les bras » ! J'ai été très rigoureux pour revenir et quand j'ai gagné la première manche, il a pris un coup au moral ». Pascal PEREIRA-LEAL qui peut rentrer avec le devoir accompli et la fierté des siens !

Une médaille salué par les siens et notamment du pôle sport adapté de Poitiers la ou Pascal s'entraîne depuis plusieurs années. Un jeune sportif au palmarès impressionnant, né le 5 novembre 1982 à Ermont il réside depuis plus de dix ans à Saujon dans le Poitou. Un jeune homme de 20 ans qui en plus de son titre paralympique est champion du monde en 2012, vice champion d'Europe en 2011 et champion de France en 2011 en individuelle double messieurs et double mixte.

« J'ai douté dans le premier set, quand j'ai été mené 3-6. Je me suis dit, « il faut se battre, il ne faut pas baisser les bras » ! J'ai été très rigoureux pour revenir et quand j'ai gagné la première manche, il a pris un coup au moral », nous a-t-il expliqué par téléphone aujourd'hui. Pascal Pereira-Leal rentre en tout cas de Londres avec le sentiment du devoir accompli.«Je n'ai pas vraiment de regret sur le métal, en demi-finale, le Hongrois (Peter Palos, futur champion paralympique) était meilleur. Il m'avait déjà battu quatre fois. Si j'étais numéro un mondial, c'est que j'étais beaucoup sorti en tournoi cette année, il faut être objectif. Cette médaille, c'est un rêve qui se concrétise !Quand je repense qu'il y a 7 ans, j'étais à l'hôpital... ça n'allait pas très bien. »

Un président et un Staff heureux "concrtisant plusieurs année de bataille" 

Interrogé par téléphone le président de la Fédération des sports adaptés et vice président du comité paralympique, Yves FOUCAULT exprime sa joie face a cette médaille qui vient « concrétiser plusieurs années de bataille et de persévérance pour des sportifs injustement écarté des jeux par le CIP ». Nous confie t-il. Le Président qui dans un entretien revient en trois question et nous offre un premier regard sur ces jeux (v. rubrique interview).

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir