Contenu principal

Message d'alerte

Ouverture des championnat du monde de HandiSurfAvant les rouleaux du Pacifique, à San Diego, hôtes des premiers Championnats du monde de handisurf, du 24 au 27 septembre, l'équipe de France se prépare dans les vagues océanes de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), avec un réel appétit de médailles.Le surf compte aujourd'hui parmi les handisports reconnus par le gouvernement français. Les championnats mondiaux d'handisurf qui auront lieu pour la première fois en 2015 sont encore une preuve concrète du développement de l'activité pour le public handicapé.

« Pour eux, c'est un superbe cadeau. On est partis d'un petit projet avec des gamins, et on arrive à une équipe de France avec un déplacement aux Etats-Unis », sur la plage mythique de la Jolla, à San Diego. « On va essayer de revenir avec une médaille », promet Jean-Marc SAINT-GEOURS, fondateur de l'Association nationale de handisurf.

« Le 30 septembre, on va aussi savoir si le surf rentre aux JO. S'il y a les jeux Olympiques, il y aura les paralympiques, c'est un truc de fou », s'enthousiasme-t-il, soulignant que la France compte 200 à 300 pratiquants réguliers de handisurf.

Pierre POCHAT : « Être hors du fauteuil, pour moi c'est super important »

Selon l'ampleur du handicap, trois niveaux séparent les différents concurrents : ceux qui se lèvent debout sur la planche, comme les surfers avec une prothèse, ceux qui surfent assis ou à genoux et, enfin, ceux qui glissent couchés sur la planche. Quasiment identiques à celles utilisées par les valides, les planches des handisurfers comportent toutefois une adaptation de poignées et des litrages différents, pour une meilleure flottaison.

« Être hors du fauteuil, pour moi c'est super important. C'est seulement pendant ce moment que je me sens parmi les autres, j'oublie le fauteuil lorsque je suis en suspension, porté par la vague. Pour certains types de handicaps, le surf c'est le meilleur des sports », témoigne Pierre POCHAT, membre de l'équipe de France de handisurf.

Passer la barre des 5000 initiations au  handisurf

« Tant que j'ai encore un petit peu de souffle, un petit peu de bras, je surferai, ça c'est certain », assure-t-il à la fin d'une session, samedi, sur la plage de la Côte des Basques.

Le handisurf s'est développé en France à partir de 1997, d'abord avec des enfants autistes. Aujourd'hui, 30 écoles sont labellisées et comptent 20 à 30 licenciés chacune. Bodyboard et stand-up paddle sont aussi proposés en initiation par l'association.

« En 2014, on a fait plus de 800 initiations. Cette année, on a déjà dépassé les 1000 avec les éducateurs qu'on a formés. L'objectif était d'arriver à 5000 initiations au bout de trois ans et je pense qu'on va dépasser cette barre des 5000 », indique Pierre POOCHAT, soulignant que l'International surfing association (ISA) l'a invité à entrer dans le Comité handisurf mondial « parce que la France, justement, est en avance sur beaucoup de projets ».

La Rédaction / Avcec AFP 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir