Contenu principal

Message d'alerte

Une AVS en classe accompagnant un enfant en situation de handicap dans une ecole a VatelotComme c’est le cas régulièrement des parents, sont contraints à mobiliser et faire prendre conscience aux français, mais surtout au politique de la situation dramatique dans lequel il se trouve face a l’impossibilité pour leurs enfants de bénéficier d’un droit pourtant reconnu a tous les enfants celui de bénéficier d’une scolarité. Si selon Secrétaire d’État Sophie CLUZEL et le Ministre de l’Éducation nationale tout va bien, il y a pourtant urgence à agir comme l’affirmait il y a quelques jours le député Aurélien PRADIE dans une proposition de loi rejeté par la majorité. C’est cette situation que vit actuellement la petite Louka et j'ai trois ans et demi qui ne dispose toujours pas d’une AESH ou AVS qui a lancé une pétition qui atteint 45 257

Un droit toujours en attente…

Il s’appelle Louka et il a trois ans et demi. Diagnostiqué autiste à l'âge de deux ans et demi. Sa maman depuis quasi un an se bat pour au quotidien entre les différents rendez-vous médicaux / la rééducation et ma vie de petit garçon soit comme la vie d'un « loulou ordinaire » qui souhaite croquer la vie à pleines dents ! Malgré toutes les démarches pour que sa première rentrée se fasse dans les meilleures conditions possibles en intervenant auprès de ma future école dès le mois d'avril, et l’attribution par la MDPH d’une Accompagnante des élèves en situation de handicap (AESH ou AVS) dès le mois de juin. « Force et de constaté que celle-ci n’est toujours pas là » constate la mère de Lourka.

Plusieurs milliers de cas dans cette situation…

Un petit garçon qui aimerait beaucoup aller à l'école comme tous les enfants de mon âge, mais sans cette personne, l'école ne veut pas me scolariser plus d'une heure et demie par jour, faute de pouvoir gérer en cas de crises,Une mere demande a son fils si il n a rien oublie pour l ecole reste a voir si l AVS sera presente puisqu'à partir de 11 h les ATSEM partent des classes. Des enfants qui sont ainsi plusieurs milliers dans tous les départements de France à se retrouver dans cette situation. Ils seraient ainsi simplement en Île-de-France près 20 % des enfants et adolescents d’Île-de-France a se retrouver sans solution.

Une situation qui contraint les parents a un isolement total, comme la mère de Lorka qui ne pouvant se libérer, avertie du jour pour le lendemain, lui refusant même des sorties périscolaires pour voir les cerfs-volants à Dieppe... Louka et « autiste il n’est pas méchant. Oui, il y a du mal à me concentrer longtemps, il se fatigue vite et j'ai du mal à canaliser mes émotions. Oui, il porte encore une couche, car il a besoin qu'on le stimule pour aller aux WC... mais il avant tout Louka trois ans et demi, le petit garçon fier le matin avec son petit cartable, et qui va à l'école en sautillant... » indique sa mère.

Un appel au secours lancé dans cette pétition pour que cette attente qui dure depuis trop longtemps cesse et Louka puisse enfin bénéficier d’une AESH le plus rapidement possible, car l'attente devient longue que sa mère considère comme « une double punition ! »

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir