Contenu principal

Message d'alerte

l'association endoaction sur l'un de ces stands d'information au parc de loisir et de nature de Loos en mars 2023 79a2dMaladie gynécologique, l’endométriose est une maladie inflammatoire qui affecte aujourd’hui en France environ 10 % des femmes en âge de procréer, soit plus de deux millions de personnes. Depuis février 2022, la France dispose d'une stratégie nationale de lutte contre l'endométriose, qui vise à améliorer le dépistage, l'orientation et le traitement des femmes concernées, à renforcer leur information et la formation des professionnels de santé, et à développer la recherche sur cette pathologie. Une stratégie qui selon la présidente de l’association EndoAction Myriam POULAIN, qui n’a pas permis d’améliorer sa prise en charge, raison de cette pétition qui atteint aujourd’hui de plus 18 000 signatures.

Une pétitions pour une meilleur reconnaissance…
Pouvant gravement altérer la vie privée, familiale, sociale et professionnelle des personnes atteintes. Elle n'est pas encore reconnue, ni inscrite sur la liste des ALDchiffre de lendométriose en france selon des données de linserm 43881 (Affection Longue Durée). En 2022, l'Assemblée nationale avait voté pour une proposition de résolution de loi pour que l'endométriose soit reconnue en ALD30. Pétition et tribune (Mediapart) ont été publiées à ce propos, soutenues par notre partenaire HEROIC Santé. Malgré cela à ce jour, selon l’association, il n'existe pas de prise en charge complète et globale et beaucoup de malades subissent l'errance médicale. En moyenne, il faut compter entre 7 et 10 ans pour être diagnostiqué. La recherche a besoin de financement car on ignore encore les origines de cette maladie (facteur génétique, perturbateurs endocriniens...)

Le diagnostic de l'endométriose repose sur l'examen clinique, l'échographie, l'IRM ou la laparoscopie. Le traitement de l'endométriose dépend de la sévérité des symptômes, de l'âge et du désir de grossesse de la femme. Il peut inclure des médicaments anti-inflammatoires, des traitements hormonaux, une chirurgie conservatrice ou radicale, ou une prise en charge multidisciplinaire associant médecins, psychologues et kinésithérapeutes.

Seuls les traitements hormonaux et/ou la chirurgie sont proposés pour les femmes atteintes d'endométriose. La médecine alternative peut aider à soigner les douleurs (hypnose, acuponcture, yoga, sophrologue, alimentation anti-Inflammatoire) mais il manque de professionnels et thérapeutes formés. Parce que l'endométriose est un problème de santé publique... « pour ta mère, ta fille, ta sœur, ta femme, ta cousine, ta tante, ton amie, ta collègue...signe la pétition ! » appel Myriam POULAIN, présidente EndoAction

Stéphane LAGOUTIERE

Sources : Mes Opinions / Association EndoAction

Ajouter un Commentaire