Contenu principal

Message d'alerte

Le collectif inter associatif Handicaps 31 renouvelle son opération péage gratuit à Toulouse contre la loi ÉlanUne nouvelle fois le collectif Handi-Social présidé par Odile MAURIN aura réalisé une opération péage gratuit entre 17 h et 18 h 30 au niveau du péage de Palays, en remontant vers Toulouse. Avec près de 50 personnes, selon l’association, et près dizaine selon la gendarmerie L’association protestant cette fois contre le projet de loi Élan, désormais en commission mixte paritaire. Un projet de loi fortement contesté par les associations et qui a déjà mobilisé nombre d’entre elles.

Des militants qui auront, semble-t-il recu le soutien des automobilistes. Les manifestants leur glissent un tract, beaucoup sourient et lancent des messages d'encouragement. « Du coup, là, les gens nous écoutent, se réjouit David, lui-même en fauteuil, une pile de tracts à la main. Le fait qu'on leur rende la gratuité au péage, cela les intéresse plus que de les sensibiliser au problème et de leur demander de l'argent pour faire une action ».

« Le gouvernement fait reculer l’accessibilité »…
L’association qui dénonce cet article 18 a la fois par « une production de logements déjà largement insuffisante » dans un communiqué. Un manque de logements accessibles, pour les personnes handicapées et les personnes dépendantes « contraintes trop souvent à finir leur jour en établissement » souligne l’association. Un projet de loi qui s’il était voté dans sa premier version du 12 juin 2018, réduirait le nombre de logements accessible réduit, a 10 %. Les 90% restants sont destinés à être "évolutifs", c'est-à-dire rendus accessibles à l'issue de travaux simples.

Voté et adopté après de nombreuses modifications par le Sénat le 24 juillet dernier, limitant notamment la réduction à 70 % et modifiant l’article 18 a été transmise en commission paritaire qui étudie leLe collectif inter associatif Handicaps 31 renouvelle son opération péage gratuit à Toulouse contre la loi Élan en affichant ici sa colère projet loi depuis le 26 juillet dernier. « Le président Macron parlait de créer un ‘Nouveau Monde’, de ‘lutter contre les inégalités’, et de ‘faire du handicap, une priorité de (son) quinquennat’ (...). Depuis un an, force est de constater les attaques massives contre les droits des personnes en situation de handicap tout en prétendant construire une société inclusive ! La réalité se révèle brutale », dénonce Handi-social dans son communiqué.

Une situation qu’avait d'ailleurs dénoncée le défenseur des droits, rappelant que l’offre de logements adaptés est estimée à seulement 6 % de l’ensemble du parc de logements. La France accusant un net retard par rapport à la plupart de ses voisins européens.

Aujourd’hui, seul le logement social pourrait offrir une réponse conforme aux besoins des personnes handicapées dont la grande majorité, faute de revenus suffisants, ne peut accéder au parc locatif privé et encore moins à la propriété. Encore faudrait-il que le nombre d’appartements HLM en rez-de-chaussée ou desservis par ascenseur soit notablement supérieur aux 22 000 construits chaque année en moyenne entre 2006 et 2015 !

Si le quota voté par le Sénat, réduisant de 70 % est finalement adopté, la livraison annuelle d’appartements HLM accessibles se limitera à 6 600 ! Soit un pour 10 000 habitants ... et si c’est le quota de 10%, ce sera 1 pour 30 000 habitants !

« D’autres opérations en préparation ! »…
« Nos associations appellent le gouvernement à la raison", mais aussi « les élus de bonne foi à engager un recours auprès du conseil constitutionnel contre l’article 18 remettant en cause les droits fondamentaux des personnes handicapées » insistent les associations du CIAH 31 « condamnent sans réserve cette absence de volonté politique qui déshonore la démocratie ! »

Pour Odile Maurin, celle-ci dénonce le manque d'écoute du président, Emmanuel Macron : « Je ne vais pas dire qu'il est sourd ou autiste car j'ai beaucoup de respect pour les sourds et pour les autistes, mais il a une singulière difficulté de compréhension. On nous parle d'inclusion et de maintien à domicile, mais comment on peut maintenir quelqu'un à domicile si le logement n'est pas accessible ? Arrêtons de se moquer du monde ». Odile Maurin d’ajouter que cette mobilisation n'est que le début de bien d’autres. « On prépare déjà les opérations suivantes », prévient-elle.

 La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir