Contenu principal

Message d'alerte

la psychiatrie hospitalière aura mobilisé un plus de trois cents personnes ce jour à paris 50670Les conditions de travail dans les établissements de santé sont devenues un sujet de santé et de société incontournable et qui concerne tout le monde, aussi bien les soignants que les patients. Une étude récente montre qu'un médecin sur 2 se dit en burn-out. Une situation contre laquelle le personnel des établissements psychiatriques a manifesté lors d’un rassemblement ce 22 janvier pour réclamer dans leurs établissements « des soins plus humains » et les conditions de travail. Un appel au rassemblement place de la République à Paris, lancé par l’Union syndicale de la psychiatrie et son président Pascal BOISSEL, ainsi que des syndicats SUD et CGT, mais aussi des collectifs dont certains regroupant des patients.

Des promesses loin de répondre aux inquiétudes…

Des problématiques qui mettent en péril la qualité des soins et qui déshumanisent les pratiques des différents corps de métiers présents dans les établissements de santé mentale. Que faire pour soulager le personnel de santé ? Comment palier à l'absentéisme, recruter et améliorer les conditions de travail dans les hôpitaux ? Des questions et des inquiétudes pour lequel cette marche intitulée « pour un printemps de la psychiatrie ». Un appel qui s’ajoute aux nombreuses manifestations qui ont vu le jour ces derniers mois, notamment, dans les hôpitaux psychiatriques d’Amiens, de Rouen mais aussi du Havre. Des mobilisations dont le gouvernement n’aura répondu que partiellement selon les syndicats.

Des syndicats qui tous dénonçant le manque cruel de moyens et de personnel, se traduisant par des situations mettant en danger les patients. Si un accord de « sortie de crise » prévoyant l’embauche d’infirmiers et d’aides-soignants a été signé début janvier, entre la direction de l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel à Amiens et les syndicats. Ces derniers comme au Havre, s’inquiètent du fait que les promesses d’embauche ne sont pas tenues financièrement, et que des patients se retrouvent de nouveau sur des brancards, dans des couloirs, parfois même attachés.

En finir avec l’isolement et la discussion

Face à la politique de brutalité gestionnaire qui « depuis des décennies entraîne la déshumanisation et la perte de sens de nos pratiques, face au mépris du pouvoir, soyons dans la rue avec les autres personnels des hôpitaux psychiatriques, les patients, familles » déclare Pascal BOISSEL dans une lettre adressé a la Ministre Agnès BUZYN lui annonçant un préavis de grèves.

Aujourd’hui, ce sont plus d’une dizaine d’hôpitaux psychiatriques qui connaissent des mouvements suivis de mobilisations. « Plus de 25% des postes de psychiatres dans les hôpitaux ne sont pas pourvus », rappel Dr Pascal BOISSEL. A l'appel notamment des « Pinel » d'Amiens nous voulons insiste Pascal BOISSEL « alerter la population de la situation dramatique de la psychiatrie publique » et « demander au gouvernement davantage de moyens humains pour des soins plus humains. ». Avec plus de détermination que jamais, « Nous voulons en finir avec l’augmentation continuelle du recours (...) nous luttons pour sauver la psychiatrie de la technocratie », et nous préparons des « printemps de la psychiatrie » conclut le Dr Pascal BOISSEL.

De nombreux efforts restent encore souhaite…

Tandis que la Députée LREM et psychiatre de profession, Martine WONNER aura elle subi les foudres des manifestant comme le montre une video posté sur compte twitter ou elle affirme « À l'heure où on se parle, j'ai une activitéla députée et psychiatrie LREM mise a mal par les manifestants a paris fb4d7, une demi-journée par semaine, avec des personnes en situation de handicap, avec de personnes autistes, pour être à vos côtés dans cette réflexion, au plus près des patients et des familles ». La députée, qui recevra pour tout réponse les huées et les « bla-bla-bla » des manifestants. 

Pour la CGT qui de son côté dans un communiqué réclame une formation spécialisée pour les soignants du secteur. Le syndicat qui dénonce « la mise en place d’infirmiers en pratique avancée en psychiatrie risquer d’accélérer le transfert de compétences sans répondre aux besoins revendiqués par les professionnel ». Une mesure vantée par la ministre dans son plan santé. L’organisation syndicale qui avait le 19 janvier dernier une réunion organisée sur ce thème à l'initiative de la Direction générale de l'offre de soins (DGOS). Celle-ci estimant que les réponses apportées aux revendications des salariés ne sont pas suffisantes. Un avis qu’ont exprimé également un collectif d’une cinquantaine de psychiatres et d'infirmiers soutenant la manifestation parisienne dans un manifeste pour « un renouveau des soins psychiques »un renouveau des soins psychiques » et dénoncé « l'appauvrissement des relations au sein des lieux de soins ».

En réaction a cette grève et manifestation, la Ministre de la Santé, Agnès BUZYN, a indiqué lors d'une conférence de presse, aujourd’hui qu'elle annoncerait jeudi le "renforcement de certaines mesures" récentes en faveur du secteur. La ministre de la Santé avait présenté, en juin, une feuille de route sur la santé mentale, qui avait déçu les professionnels, avant d'annoncer, en décembre, une rallonge 50 M€. Une rallongé jugé par Pascal BOISSEL comme « un feu de paille tant la situation est tendue et dramatique ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir