Contenu principal

Message d'alerte

Bertrand ARTHUYS incarnant le personnage du capitaine Fred Caïn Avec comme formule « il s'assoit sur son fauteuil jamais sur ses enquêtes » Bruno DEBRANDT va incarner sur France 2 à partir du 5 octobre à 20 h 45 un flic handicapé nommé Caïn. Une série de 8 épisodes réalisée par Bertrand ARTHUYS qui vient remplacer les héros des petits meurtres d'Agatha Christie. Le capitaine Fred Caïn qui devra résoudre deux affaires épineuses dont la mort suspecte d'un homme handicapé en fauteuil roulant, décédé après une chute dans un escalier. Accident ou homicide ?

Une série qui s'intéresse plus au pourquoi que représente la face cachée des êtres humains dernière les criminels qu'ils sont que au comment et qui. Avec un le héros de cette série un homme, dont le personnage, le capitaine Fred Caïn virevolte autour des suspects, en fauteuil roulant plus vif et mobile que bien des valides. Débarquant là où on ne l'attend pas, s'immisce dans tous les replis de l'âme humaine... et use sans honte et sans peur de son handicap pour outrepasser les convenances à maintes reprises et la loi le cas échéant !!! Cynique à souhait, sarcastique et adepte de l'humour le plus sombre, qui a le don d'exaspérer sa coéquipière, Lucie, campée par Julie DELARME.

Un rôle pour lequel l'acteur reconnaît qu'il « a une singularité qui, dans un premier temps, endort ses l'équipe de la nouvelle série policière de France 2 interlocuteurs. » Commente Bruno DEBRANDT « On ne se méfie pas de lui et, dès lors, il déroule les enquêtes avec brio ». Au sujet de l'histoire personnelle du personnage, le comédien explique : « C'était un vilain. Un mauvais garçon, un peu destructeur, à qui il est arrivé cet accident qui le prive de l'usage de ses jambes. Son commandant, qui est aussi son ami, lui a proposé de rejoindre la brigade ». Interrogé sur la préparation de son rôle et notamment sur la relation avec le fauteuil et son utilisation qui souligne avoir eu une expérience personnelle et de précisé avoir fait, notamment, « un séjour de trois mois à Garches et à Percy-Clamart : le fauteuil, je connaissais. C'est comme le vélo, ça revient très vite ! ».

Au casting de la série, on retrouve également Frederic PELLEGEAY, connu pour ses rôles de flics dans Diane femme flic, Le Proc' ou Les Cordiers juge et flic, ainsi que Anne SUAREZ avec ses rôles dans les infidèles, Polisse, Cellule identité ainsi que Smadi WOLFMAN dans les séries de Julie Lescaut, Soeur Thérèse.com, ou le Commissaire Cordier

Retour de l'homme de Fer ?

Imaginée par Bertrand ARTHUYS et Alexis LE SEC, Caïn suivra les enquêtes d'un flic en fauteuil. Loin de l'image de L'Homme de fer avec Raymond BURR, le personnage incarné par Bruno DEBRANDT est plutôt du genre irrévérencieux. Un personnage né en 1967 et qui terminera en 1993, Robert DACIER sera le premier à avoir connu une reconnaissance dans le cadre d'un personnage en situation de handicap moteur.

Stéphane LAGOUTIÉRE

l’équipe de l'oeil et la mainA l'occasion des Journées européennes du patrimoine, France Télévisions propose pour la deuxième année consécutive des visites traduites en langue des signes pour les personnes sourdes et malentendantes. Le samedi 15 septembre à 10.00 et à 15.00, au siège de France Télévisons, à Paris, des enquêteurs de l'émission L'oeil et la main* participent à ces rendez-vous* et partagent leurs expériences avec le public.

Au programme : visites des studios d'enregistrement, de la régie de production et rencontres avec les animateurs du groupe sont au programme de ces journées. Pour y participer, le Service des Relations Téléspectateurs est à la disposition du public via son service de webcam et/ou de chat dédié aux personnes sourdes et malentendantes. Service disponible de 16.00 à 20.00 du lundi au vendredi.

L'oeil et la main

Cette collection documentaire hebdomadaire de 26 minutes produite par point du jour, traite de sujets et problématiques traitées ouvrant un espace de rencontre entre sourds et malentendants où s'échangent regards et points de vue sur le monde. L'émission est bilingue français-langue des signes et s'adresse ainsi aux uns comme aux autres.

La Rédaction

*Inscriptions selon le nombre de places disponibles

Laurence-est-aveugle-et-sa filleSi le risque zéro d'accident ou d'agression n'existe pour personne, il peut vite être dramatique pour un déficient visuel. La sécurité s'apprend, selon les propres limites de chacun. Un documentaire proposé une nouvelle fois le 8 septembre prochain, sensible et criant de vérité sur la vie quotidienne de près de 207 000 malvoyants profonds, dont environ 61 000 aveugles complets*.

Un documentaire réalisé par Sophie BENSADOUN et produit par Bleu Krystal média qui dans un documentaire de 26 minutes nous invite à découvrir la perception de la vision à travers trois situations celle Yvan, 19 ans, de Béatrice âgée de 35 ans après un accident ou Laurence mère célibataire élevant sa fille de quatre ans. Trois situations pleines d'apprentissages et de découvertes face à des situations que nous sommes loin d'imaginer y compris pour ceux qui sont en situation de handicap.

Pour Yvan, 19 ans, aveugle depuis l'âge de 10 ans. Il suit ses envies, comme, lorsqu'il plonge seul dans la foule un soir de fête de la musique à Paris. Mais l'unique risque qu'il ne prend pas, c'est faire le moindre geste sans sa canne. Selon Yvan, c'est à chaque déficient visuel de définir ses limites pour assurer sa sécurité. Un jeune qui veut vivre au-delà de son handicap et effleurer des situations de celle des jeunes de son âge

À 35 ans, Béatrice réapprend avec une instructrice en locomotion à se déplacer en sécurité dans la rue, après s'être fait renverser par une voiture. Savoir faire un maximum de choses par elle-même est la condition essentielle de sa sécurité. Pour cette raison, elle participe à un atelier destiné à sensibiliser les personnes déficientes visuelles aux gestes de premiers secours à donner en cas d'accident. Une femme aveugle est une proie facile pour des hommes aux intentions douteuses.

Un documentaire qui montre les difficultés n'est pas tout insurmontable au-delà des apparences avec la vie quotidienne de Laurence, 40 ans, pourtant elle victime des hommes. Pour autant, elle se bat contre le repli sur soi, tout comme elle lutte au quotidien contre ses propres peurs pour ne pas empêcher sa fille de quatre ans qu'elle élève seule, de s'épanouir. À la maison ou dehors, pour eux-mêmes ou leurs proches, ils veulent tous être les plus autonomes possible afin de garantir leur sécurité et vivre sereinement.

Un documentaire à voir sans modération le 8 septembre prochain à 23 h sur France 5 est disponible également pour les retardataires france5.fr pluzz

Stéphane LAGOUTIÉRE

Une partie de l’équipe de comédiens de la série les vestiaires sous la douche lors de la première saison en 2011 ©france2 Après un succès relativement bon réunissant en moyenne 1,6 million de téléspectateurs pour 13 % de PDA*, France 2 avait confirmé en mars dernier une 2e saison de 40 épisodes. Tournage que l'équipe entière, auquel Pascal LEGITIMUS participera pour deux épisodes, ont commencé dans une ancienne caserne de pompiers à Aubagne. Une équipe de sportifs qui a l'aube de jeux paralympiques se prépare à nous faire vivre ainsi le quotidien de nageurs dans les vestiaires d'un club de natation.

Humour décapant des deux auteurs est la clé de la réussite de « Vestaires ». « L'humour reste la meilleure manière de sensibiliser les gens au quotidien des handicapés" explique, Adda avant de poursuivre « On voulait montrer que les handicapés vivent les mêmes histoires au quotidien que tout le monde : les filles, le sexe, les discussions de vestiaires quoi ! "

Une star dans les vestiaires

Pascal LEGITIMUS, emballé par ce projet, sera la « Guest Star » de deux épisodes dans la saison 2. Le comédien revient sur l'intérêt d'un tel programme :" Cette série est utile et nécessaire. C'est décalé et réaliste à la fois. Cela fait du bien de voir ça ! Il y a une forme de racisme sournois envers les handicapés que l'on n'ose aborder. Faire un focus sur les différents handicaps comme dans Vestaires, et s'en moquer, c'est une super idée" explique l'ancien inconnu.

Une série novatrice et drôle

Programme novateur et sans pareil sur le petit écran français, « Vestiaires » a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois mais comme avec l'absence comme toujours du handicap mental. Il faut dire que cette série drôle et attachante en a surpris plus d'un en faisant plonger la tête la première le téléspectateur dans l'ambiance des vestiaires d'une piscine handisport. Le tout sans détour et avec beaucoup d'humour et d'émotion.

La première saison, qui comptait 23 épisodes, nous montrait ainsi Romy et Orson, les deux héros de Vestiaires, après leur séance de natation au moment où ils se livraient sur la vie, leurs espoirs ou leurs performances sportives, sans oublier de se vanner l'un l'autre ! Autour d'eux, c'est également tout un tas d'autres personnages hauts en couleur qui virevoltaient tels que CARO ou encore RAMIREZ...et bien d'autres

Une série née d'une fusion entre Adda ABDELLI, Fabrice CHANUT tous deux se rendant régulièrement aux vestiaires du club handisport à Marseille, c'est en enfilant leurs maillots de bain que les vannes ont alors commencé à fuser entre eux, « c'est comme ça que l'on a eu l'idée ».

La Rédaction

premier journee du tournage de la saison 4 dans la salle de réunion de l'équipe au premier étage avec a droite l'acteur principal Callen et a gauche Hanna ©CBSPour preuve de la contradiction permanente de la société et de la culture américaine, alors que ceux-ci n'ont aucun scrupule à exécuter à mort a un déficient mental. Ces derniers restent beaucoup plus tolérants dans la présence du handicap mental au sein même de leurs séries télévisées. Ainsi alors que les Français sont encore en plein dans la troisième saison, les producteurs de la série et notamment les studios de la CBS viennent d'annoncer qu'ils seraient en passe de recruter un tout nouveau personnage pour la rentrée.

Callen et Hanna vont-ils voir l'arrivée d'une nouvelle personne au sein du NCIS Los Angeles ? C'est en tout cas très bien parti, car selon la production de la série serait à la recherche d'une potentielle nouvelle actrice. Parmi eux et oui un jeune autiste de 18 ans à l'allure puck et pourrait se prénommer Astrid. Celle-ci atteinte d'autisme de haut niveau, des formes permettant souvent à la personne atteinte d'interagir socialement. Astrid qui bien que discrète se révélera brillante et douée pour les chiffres.

Un nouveau membre qui ne serait en tout cas pas de refus ! On vous rappelle que dans le final de la saison 3, Callen était arrêté après avoir tué Le Caméléon tandis que Hetty laissait une lettre de démission sur le bureau d'Owen Granger.

Nous retrouverons pour ce quatrième acte tous nos protagonistes menés par G. CALLEN pour de nouvelles et nombreuses aventures tant les terroristes rôdent, toujours avec beaucoup d'actions et d'infiltrations au cœur des organisations malfaisantes, avec dans le viseur cette unique devise, la sécurité du territoire des USA, rien d'autre... La production promet de l'action, du rire, des émotions, un cocktail gagnant qui commence à être bien rodé alors pour quoi changer ? Reprise des hostilités prévue début octobre 2012 sur CBS.

Le handicap déjà présent dans la série américaine

Comptant parmi les rôles principaux et jouant le celui de la directrice de l'agence, la présence de l'actrice Linda Hunt est née le 2 avril 1945 à Morristown dans le NewL’actrice américaine de petit taille Linda Hunt qui compte par les actrices du show bizz au Etats-Unis ©CBS Jersey aux États-Unis et a grandi à Westport dans le Connecticut en est la preuve malgré sa petite taille. Fille d'Elsie d'un professeur de piano et de Raymond Davy Hunt, le vice-président d'une compagnie pétrolière de Long Island. Linda Hunt a participé à la prestigieuse Interlochen Arts Academy. Une actrice qui débutera le cinéma en 1980 dans la comédie musicale Popeye de Robert Altman. Deux ans plus tard, elle a pour covedette Billy Kwan dans l'année de tous les dangers, l'adaptation cinématographique du roman du même nom de Peter Weir.

Elle y joue le rôle d'un homme photographe sino (chinois)-australien. Pour son interprétation, Linda Hunt remporte l'Oscar du meilleur second rôle féminin en 1983, devenant ainsi le premier acteur à remporter un Oscar pour un rôle du sexe opposé. Linda Hunt est aussi une grande actrice de théâtre et elle a reçu deux prix Obie et une nomination au Tony Award pour son travail théâtral. Linda Hunt se distingue par sa petite taille (elle fait 1,45 m), et sa voix reconnaissable entre toutes. Elle a d'ailleurs été sollicitée dans de nombreux documentaires, dessins animés et publicités. Elle a par exemple été choisie par Walt Disney pour prêter son énigmatique voix à la grand-mère de Pocahontas: Willow.

La Rédaction

Smart Talk un des prototype étudie d'origine anglaise ©MediatvcomQuelques jours après la remise de son rapport présenté au CNCPH concernant l'accessibilité des personnes handicapées au niveau de l'audiovisuel et notamment pour les personnes sourdes et mal et non voyantes. Le CSA publie ici étude en trois partie*, affirmant qu'il « n'existe pas en France de récepteur TNT qui puisse facilement être utilisé par des personnes aveugles ou malvoyantes ! ». Un constat dressé par les associations représentant les personnes souffrant d'un handicap visuel.

Sur la base de ce constat, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a entrepris de faciliter le développement et la commercialisation de tels récepteurs à l'intention du public français en lançant une étude, confiée à la société Mediatvcom, dont il a validé les résultats en assemblée plénière le 2 mai 2012.

Le procédé de vocalisation, actuellement déployé au Royaume-Uni et en Espagne, est la clef de l'accessibilité pour les personnes aveugles ou malvoyantes, puisqu'il permet de décrire vocalement toute information normalement affichée sur l'écran de télévision, telle que la navigation dans le menu de configuration du récepteur, le nom et le numéro de la chaîne, le titre et le résumé des programmes en cours ou à venir, etc.

Le CSA qui devrait dans les jours à venir présenter officiellement cette étude au ministre de la Culture et de la Communication, mais aussi au parlement, afin de recommander l'introduction d'une modification dans le cadre législatif soit introduit en France afin que les fabricants et les distributeurs proposent obligatoirement, dans leurs gammes de récepteurs, au moins un produit disposant de ces fonctions.

Ce développement et cette amélioration technologiques de ces récepteurs permettraient d'améliorer l'autonomie et l'intégration sociale des personnes aveugles ou malvoyantes. Mais aussi d'autres téléspectateurs pour lesquels la technologie peut être d'un abord difficile. Facilitant l'usage des innovations induites par le passage au tout numérique, qu'il s'agisse de l'accès à l'audiodescription dorénavant disponible sur plusieurs chaînes de la TNT, ou de la navigation dans une offre de programmes qui continue de s'enrichir.

Motors TV : projet d'avenant concernant l'accessibilité des programmes

Dans un autre sujet, le CSA vient de faire savoir que le projet d'avenant à la convention de Motors TV a été adopté officiellement le 5 juin dernier. Cette avenant modifiant l'article 3-1-3 de la convention de la chaîne au sujet de l'accès du programme aux personnes sourdes ou malentendantes, afin de mieux prendre en compte l'effort que fait la chaîne en incrustant à l'écran de nombreuses informations lors de la retransmission de compétitions sportives (noms et numéros des pilotes, classements, etc.)

Stéphane LAGOUTIÉRE

* Pour aller plus loin :
Synthèses de l'étude du développement des récepteurs TNT vocalisant dans le monde
(format PDF)
Spécifications fonctionnelles et techniques récepteur TNT vocalisant (format PDF)
Étude économique pour le développement d'un récepteur TNT vocalisant (format PDF)

A gauche Nicolas about président du groupe accessibilité aux personnes handicapées et a sa droite siège aussi a ce groupe, ancienne journaliste, elle d’ailleurs marraine d’une association de sourds et malentendants en Guadeloupe… ©FHI Comme chaque année et depuis 1986, le conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) vient de remettre un rapport au Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) sur les mesures prises en faveur de l'accessibilité dans les programmes audiovisuels. Un rapport élaboré par le groupe de travail et accessibilité aux personnes handicapées présidé par Nicolas ABOUT. Un document dans lequel seront traités essentiellement les problèmes d'accessibilité pour les personnes souffrant d'un handicap auditif ou visuel. La commission reviendra également sur les autres actions réalisées en dehors des personnes handicapées lors de l'année 2011. À noter que parmi ces évolutions, celle de la création d'une rubrique sur le site du CSA consacré à l'accessibilité des programmes.

Un rapport essentiel est pour lequel un des aspects et lui toujours totalement absents il s'agit là de la représentation des personnes en situation de handicap au sein même de la profession, soit en tant que journaliste ou bien encore en tant que présentateur. Une absence qui devient aujourd'hui totalement incompréhensible face aux nombreux exemples que nous donnent les télévisions européennes mêmes étrangères comme avec la première chaîne brésilienne ou certaines chaînes américaines. Un aspect pour lequel il serait temps qu'une mission d'inspection soit enfin confiée au CSA.

Au-delà des. Concernant l'accessibilité aux déficients auditifs et visuels au sein des chaînes de télévision, le rapport avait noté l'amélioration de la représentation du handicap comme dans les téléfilms, comme le confirme le quatrième baromètre de la diversité élaborée par le CSA portant sur la semaine du sept au 13 mai 2011 indiquant que le handicap concerné 0,6% des personnages indexés. Une évolution positive puisqu'il n'était que 0,3 % lors du premier baromètre. Des résultats encourageants enregistrés en 2011 alors que de nouveaux engagements en 2012 ont été formulés. À noter cependant que le handicap moteur reste favorisé face aux autres déficiences, tels que le handicap mental.

L'accessibilité aux salaires aux déficients auditifs en amélioration constante

Selon le CSA, 2011 concernant l'accessibilité des programmes sourds ou malentendants, la totalité des chaînes concernées, qu'il s'agisse de France télévision ou des chaînes privées dont l'audience dépasse 2,5 % ont respecté l'obligation. Une exception cependant avec la chaîne W9 qui n'a rendu accessibles que 76 % de ses programmes. Concernant les autres chaînes hertziennes, le conseil à me qui avait prescrit de rendre accessibles 40 % de leurs programmes a constaté que je la plupart de celles-ci ont dépassé cette obligation. À noter les efforts particuliers avec des solutions parfois innovantes mises en œuvre par les chaînes formation telles que des BFM TV, i>Télévision et LLCI. Ces dernières diffusant trois journaux sous-titrés et un traduit en langue des signes en semaine et quatre journaux sous-titrés le week-end et les jours, huit. La répartition des horaires de diffusion a notamment permis aussi aux déficients auditifs de bénéficier d'une information à toute heure.


Autre initiative en quoi je ne pense pas chaînes de la TNT gratuite Gulli, qui diffuse une émission sur l'univers des personnes sourdes ou malentendantes et une autre relative à la langue des signes, en plus de programmes sous-titrés. Seule déception avec les chaînes diffusées par câble, satellite ou ADSL pour lequel seuls 20 % de leurs programmes est accessible en 2011. Ces derniers remplissant tout de même comme l'indique le rapport les minimums requis.

A noté que concernant les normes pour les sous-titres, le CSA qui avait encouragé l'ensemble des éditeurs de la TNT à diffuser les sous-titres selon la norme DVB_Subtitling telle que précisé dans l'arrêté du 24 décembre 2001, constate que ce point a été en partie tenue. Le CSA qui par contre avait lancé une campagne d'observation de programmes en direct concernant la reprise des sous-titres par les distributeurs (ADSL, câble, satellite et TNT) pour lesquels les difficultés avaient été relevées. Le CSA a pu néanmoins constater malgré toute une nette amélioration.

Enfin au sujet des « bandeaux sombres » destinés à faciliter la lisibilité des sous-titres avec des caractères blancs sur l'image a fond blanc, le CSA a invité les chaînes de la TNT à utiliser un bandeau sombre. Des travaux menés par le Conseil ont contribué à ce que les sous-titres diffusés sur ce bandeau soient bien affichés sur les récepteurs.

Un rapport qui revient également sur le nombre des programmes en langue des signes ce dernier rappel qu'il y a ce sujet aucune obligation prévue par la loi n'a se sujet. L'existence de telle émission sur les chaînes de la TNT n'est que la seule volonté et le choix des directions. Elles sont néanmoins plus vingtaine et notamment dans les programmes d'information, mais aussi pour la jeunesse.

2011 aura notamment permis la signature du Charte de qualité du sous-titrage élaboré, en collaboration avec l'UNISDA (Union nationale pour l'insertion sociale du déficient auditif). Un accord réalisé après concertation avec les services de télévision, les laboratoires de sous-titrage, le CAASEM et certaines associations de personnes souffrant de déficience auditive. Un document qui aura été le 12 décembre 2011 par le ministre de la Culture et de la Communication, la secrétaire d'État à la cohésion sociale et aux solidarités, le président du CSA, les associations concernées, les chaînes de télévision et les laboratoires de sous-titrage.

Accessibilité des programmes les déficientes visuelles, le trou noir reste important

Défini par la loi du 5 mars 2009 qui prévoit que les services de télévision privés diffusés en mode numérique dont l'audience est supérieure à 2,5 % doivent diffuser des programmes en audiodescription. Une obligation intégrée au contrat d'objectifs et de moyens conclu avec l'État par France Télévision. Des stipulations spécifiques ont en revanche été introduites par le Conseil dans les conventions de TF1, TMC, Canal+, M6 et W9, après qu'il eut entendu en 2010 les éditeurs et les associations. Des chaînes qui seront allées au-delà de leurs obligations en 2011 selon le rapport. Enfin la loi du 30 septembre 1986 a été modifiée pour ajouter l'obligation pour les distributeurs de chaînes de reprendre les programmes audio décrits.

Stéphane LAGOUTIÉRE