Contenu principal

Message d'alerte

Quai de la station Sainte Anne de Rennes direction la PoterieAnnoncés en avril dernier, la société Keolis avait mis en place pour une durée expérimentale de six mois à la station Sainte-Anne du métro Rennais un diffuseur de parfum censé au malvoyant de favoriser leurs déplacements. La société Keolis vient d’annoncer qu’elle mettait fin définitivement à l’expérience face aux nombreuses critiques. Mise en place depuis fin mars deux senteurs différentes étaient censées indiquer les directions. Une expérimentation qui aura, semble-t-il peut convaincu, mais pour lequel les associations regrettent ne pas avoir été consultées.

Une idée originale mais…

Pour lesquelle les avis restent divergents. Certains affirmant que la présence des nombreux messages et la modernité du métro de Rennes, malgré la construction d’une deuxième ligne en construction actuellement, « c'est avant tout une réassurance, un petit plus », pour Julie. Une expérience mise en œuvre dans d'autres transports en commun comme le métro Lyonnais. Un système similaire est également en phase d'essais, en surface cette fois, sur les quatre lignes du tramway de Montpellier, selon la Fédération des aveugles de France.

Manque de dialogue ?

Des expériences pour lesquelles les associations ont été consultées à la différence de celle-ci. Pour preuve, le choix de la station indique l’association Valentin-Haüy. Si nous avions été consultés, nous aurions expliqué que nous évitons de descendre à Sainte-Anne. Il y a des travaux tout autour. Les ascenseurs ne sont pas directs. La station est profonde, grande. Il y a beaucoup de monde" souligne la secrétaire départementale Véronique PLANTAGENET,

Une enquête réalisée en juin dernier et paru sur le mensuel de Rennes relevait des conclusions sans appel. L’expérimentation avait était qualifiée de "poudre aux yeux" par Sylvie GANCHE, non-voyante et référente accessibilité aux Champs Libres, un site culturel géré par la Métropole de Rennes. Des associations toute d’accord sur le fait que « la mise en place de cette expérimentation, cette dernière a surtout été l’occasion d’une belle campagne de communication pour Keolis ».

Un dispositif qui ne semblait pas convenir à la municipalité de Rennes et qui aussi « à l'encontre de la politique municipale » expliquait l’élue Sylviane Rault dans Le Mensuel de Rennes en juin dernier. Précisant que la ville avait « mis en place les ambassad’air, nous achetons des peintures non nocives pour les écoles, nous interdisons les désodorisants dans les bâtiments municipaux… ».

Laurent SENIGOUT est directeur général de l'entreprise Keolis Rennes affirme quand à lui avoir « eu du mal à apprécier avec les associations partenaires si ce dispositif apportait vraiment une plus-value ». Pour améliorer l’accessibilité du métro aux personnes handicapées, la direction de Keolis assure toutefois qu’elle va plancher « sur d’autres expérimentations ».

 La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir