Contenu principal

Message d'alerte

les membres du haut conseil a la vie associative en présence de Luc CHATEL lors de son installation officielCréé par un décret le 28 juin 2011 auprès du premier ministre, le HCVA est une instance d’expertise et de dialogue avec les associations qui remplace le Conseil National de la Vie Associative (CNVA). Il devra si les moyens lui en sont donnés de poursuivre le dialogue entre pouvoirs publics et association et d’améliorer la pertinence des mesures prises par les pouvoirs publics.

Une cérémonie au cours duquel le ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, Luc Chatel, s’est félicité en cette année du bénévolat de la grande vigueur de la vie associative en France, "Une histoire qui ne cesse de progresser dans la participation a la démocratie et a la solidarité ce qui fait des associations l'importance de leurs place dans notre société".

Le HCVA sera ainsi saisi de tous les textes législatifs et réglementaires concernant les associations, qui pourront elles-mêmes, sous certaines conditions, le saisir sur toute question intéressant l’ensemble des associations. Il a également pour mission de contribuer, par ses propositions et recommandations, au développement et à l’amélioration de la connaissance des réalités de la vie associative. Chargé de recueillir et de mettre à disposition les données territoriales, qualitatives et quantitatives sur le secteur associatif, il établira tous les deux ans un bilan de la vie associative.

Fondé sur les compétences et l’expertise de ses membres, et non pas sur la représentativité des associations ou de leur secteur d’activité, le HCVA comprend 25 membres du monde associatif (salariés ou bénévoles) reconnu pour leur compétence en matière de communication, droit et fiscalité, gestion comptable et financière, partenariats public/privé, ressources humaines, dialogue civil, cadre européen, 5 personnalités qualifiées sans considération pour une éventuelle activité associative, des représentants des collectivités territoriales (AMF, ADF et ARF), un député, un sénateur et des représentants des ministères de la cohésion sociale, de la culture, de l’environnement, de la justice, du budget, de la santé, des sports, de l’intérieur, de l’économie et de la ville.

Renouvelé, strictement paritaire, le HCVA permettra ainsi d’accompagner le monde associatif vers de nouveaux modes de financement et de fonctionnement, vers une plus grande efficacité et une plus grande autonomie, au sein d’un dialogue renforcé et rénové avec les pouvoirs publics.

La Rédaction

Extérieur DU Parlement Européen Du 4 au 8 octobre dernier, La FAF, représentée par son président Vincent Michel et son 3e vice-président, Victor Roos, a participé à la 9e Assemblée générale de l'Union européenne des Aveugles (UEA), qui s'est déroulé 2011 au Danemark. À cette occasion, M. Vincent Michel a eu l'honneur d'être élu au poste de trésorier au sein du Comité exécutif de l'UEA. Il pourra pendant les quatre années que durera son mandat, représenter l'ensemble des personnes déficientes visuelles vivant en France au sein de l'UEA, organisation européenne reconnue au niveau international.

Après une première guerre ou les mutilés avait reçu la reconnaisse de la nation, les salariés tombés au travail n’avaient droit à rien et tous ont vécu dans une situation de grande pauvreté. Un travers cette histoire c’est aussi celle de l’association qui comptera jusqu'à 400 000 dans les années 1970, participant activement a l’histoire et à la construction sociale de la France. Présente dans des luttes parfois longues pour obtenir de nombreux acquis encore en vigueur, la FNATH c’est aujourd’hui 90 ans d’indignation ! avec la participation aujourd’hui de Stéphane ESSEL

2011.10.13.quatre vingt dix ans dindignation a la fnath

«Ceux qui étaient tombés pour une œuvre de mort, la guerre, avaient droit à la reconnaissance de la Nation ; ceux qui étaient tombés pour une œuvre de vie, le travail, n’avaient droit à rien ». C’est sur cette indignation prononcée par Baptiste MARCET, secrétaire général de 1925 à 1963 et dont de nombreuses rues en France portent le nom, que les mutilés du travail se regroupent et créent en 1921 ce qui deviendra la FNATH.

Des décennies d’indignation

De 1924 à 1954, les mutilés du travail obtiennent 11 lois de majoration des pensions. Méthode innovante pour l’époque, l’association n’hésite pas, pour frapper l’opinion, à manifester devant les fenêtres de la Chambre des députés (en mars 1927) et de Raymond Poincaré, président du Conseil (février 1929), qui, impressionné par la présence de mutilés du travail particulièrement atteints et défigurés, fait voter une revalorisation du montant des pensions (en août 1929).

En septembre 1954, après 2 ans de mobilisation, la Fédération arrache la loi instituant la revalorisation annuelle des rentes, évitant que la victime du travail et sa famille ne se retrouvent avec un montant de pension misérable quelques années après l’accident du fait de l’inflation. Une loi qui bénéficie aujourd’hui encore à des millions de salariés, qui ont oublié ou ignorent le rôle essentiel de l’association.

Des mutilés du travail aux accidentés de la vie

Depuis, les indignations ont été multiples pour améliorer le sort des mutilés du travail puis plus largement des accidentés de la vie : prévention des risques au travail qui ont évidemment évolué (explosion des cancers d’origine professionnelle, des troubles musculo-squelettiques et de la souffrance mentale), indemnisation des victimes de dommage corporel (victimes du travail, d’accidents de la route ou médicaux,..), citoyenneté des personnes handicapées, accès aux soins sur l’ensemble du territoire…

Un hors série ou la parole est donné aux anonymes !

Anonymes et adhérents de la FNATH, mais aussi à des personnalités comme le contemporain de l’association, Stéphane ESSEL, auteur du livre « Indignez-vous », qui a répondu aux questions de l’association : « D’un côté, certains peuvent choisir l’indifférence, de l’autre, d’autres se sentent découragés. C’est contre ces deux attitudes que nous essayons de lutter ! »

Vous trouver également celui de Macha MERIL, marraine de la FNATH, qui souhaite « un bon anniversaire à cette vieille dame qui n’a pas perdu son mordant, qui continue de recruter de jeunes adhérents, qui agit sans esbroufe, dans la continuité et la patience ». Ou encore de Guy FISCHER, sénateur du Rhône et ancien vice-président du Sénat depuis les dernières élections, rappelle que son père, accidenté au genou, « militait à l’association qui s’appelait alors les Mutilés du travail. Parfois, il m’emmenait aux réunions qui se tenaient à l’époque dans des arrière-salles de cafés. Mon père haïssait l’injustice… je crois que je tiens de lui. »

 

2011.10.13.logo anniversaire fnath

Une mobilisation qui ne faiblit pas : campagne pour une loi juste

Franchises médicales, fiscalisation des indemnités journalières, hausse des complémentaires… La FNATH se mobilise pour mettre un terme aux mesures injustes par l'adoption de la proposition de loi améliorant l'indemnisation des victimes du travail cosignée par une cinquantaine de parlementaires de la majorité pour tout savoir sur cette proposition de loi et sa nécessité vous pouvez vous rendre sur le site pour une loi juste.

La Rédaction

2011.10.03.opration brioches 2011Sensibiliser au handicap mental, encore trop méconnu en France est l'un des objectifs poursuivis par l’Unapei, plus qu’une simple l’Opération Brioches contribue a une rencontre, un partage entre le public, les personnes handicapées mentales et les bénévoles. Présente dans plus de 300 communes de France l'Opération Brioches, ressentie pour les familles, la personne handicapée comme un véritable événement fédérateur.

Les sommes récoltés chaque année environnent 2 M€, ont permis la création d'établissements, l'achat d'équipements, le développement d'activités de loisirs, sportives, culturelles, des départs en vacances pour de nombreuses personnes handicapées mentales. « Ces fonds nous permettent de répondre aux besoins quotidiens des personnes handicapées mentales. L'Opération Brioches est aussi une occasion d'échange et de partage qui vise à sensibiliser le public à la réalité du handicap mental » explique Christel PRADO, Présidente de l'Unapei.

Une opération qui aura cette année un gout d’anniversaire avec un demi-siècle d’existence de l’UNAPEI, créée en 1960, mais 40 ans d’existence pour ce rendez-vous annuel de la générosité et de partage avec les Français. L’association 50 ans après sa création fédère près de 600 associations présentes au niveau local (Apei, Papillons Blancs Chrysalide, Envol...), départemental (Adapei, Udapei, Association tutélaire) et régional (Urapei). Mais surtout, accueille 180 000 personnes handicapées au sein de 3000 établissement et services spécialisés pour lequel 75 000 professionnels sont employés dans les associations et les établissements

Un pari soutenu par L'Appel Médical, le Crédit coopératif, API Restauration, le Fonds Handicap et Société Générale. Des partenaires qui estime que « Soutenir l’Unapei est une évidence pour le Fonds Handicap & Société, nous partageons les mêmes valeurs. C’est tout naturellement que le fonds a choisi d’accompagner l’Unapei pour l’Opération Brioches 2011 », déclare Jean BARUCQ, Président du Fonds Handicap & Société. « Partenaire de longue date de l'Unapei, Société Générale rejoint tout naturellement l'Opération Brioches.Ambassadeur de l'accessibilité en 2010, Société Générale confirme ainsi son engagement et sa volonté d'accompagner au quotidien de nombreuses associations et établissements adhérents de l'Unapei, en mobilisant son Réseau d'agences sur cette opération », affirme lui Joseph Émile SERNA, responsable du Marché des associations pour la Banque de Détail en France a la Société Général

Stéphane Lagoutiére

* Liste des associations qui participent à l’Opération

2010.10.21.Logo-Semaine-Pour- Emploi-2010De la lutte pour la reconnaissance à l'égalité des chances, tel sera le slogan le 8 juin 1929, quand une vingtaine de personnes handicapées se réunissaient à Paris autour de Suzanne Fouché pour créer L'ADAPT avec Robert BURON à ses côtés et que le handicap n'empêcha nullement d'être le ministre plénipotentiaire des accords d'Évian quelques décennies plus tard. Une femme qui savait ce que le mot handicap avait comme conséquence frappée par la maladie dans sa jeunesse ! Le but déclaré de cette nouvelle association : de faire retrouver à la personne handicapée sa dignité par une réinsertion dans la société active et professionnelle.