Contenu principal

Message d'alerte

Façade extérieur de l'institut nationale des jeunes aveugle a Paris (illustration) d4e8bL’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SNJSJA-UNSA, SUD) de l'Association des parents et amis des Instituts nationaux de jeunes sourds et l’institut national des jeunes aveugles (INJ) appellent à la grève le jeudi 4 avril prochain. Une nouvelle grève après celle du 20 decembre 2018. Différents établissements départementaux et médico-sociaux seront également mobilisés et en grève à cette même date. A ce jour, les 5 INJS ainsi que l’INJA appellent à la grève. Seront également mobilisés, l’IJS de Bourg la Reine, l’EIDC d’Argenteuil mais également le CDDS de Rodez… Respectez les sourds !" ou "Liberté, égalité, choix de scolarité" appel les syndicats telle sera cette fois ce nouvelle appel a la mobilisation…

Des parents et des syndicats contre le tout inclusif…

Une mobilisation autour de la question de l’Éducation et de l’Enseignement pour les jeunes sourds et les jeunes aveugles ne cesse de prendre de l’ampleur. En effet, suite à la rencontre du 14 février avec Mme Sophie CLUZEL, secrétaire d’état chargée des personnes handicapées. Des parents d’élèves, les usagers et les professionnels craignent que la volonté affichée par le ministère d'avancer vers "l'école inclusive" se traduise par le démantèlement à terme des Instituts, qui accompagnent la scolarité d'un millier d'élèves sourds et aveugles, à la fois dans leurs classes et à l'extérieur, dans le milieu scolaire ordinaire. Des parents et des professionnelles qui selon le communiqué ne peuvent que faire à nouveau que le constat « d’une absence totale d’écoute et de dialogue sur l’avenir des établissements spécialisés dans le cadre de la construction de l’École inclusive ».

« Multiplier les parcours d'inclusion, oui, mais si les moyens basculent sur l'école inclusive on compromet l'accompagnement fait par les professionnels des Instituts », met en garde Julien BERTHIER, professeur d'histoire géographie à l'Institut des jeunes aveugles. Des parents d’élèves, des anciens élèves et des professionnels de 6 établissements différents, qui ont voté cette journée de mobilisation le 23 mars dernier cette journée de grève et d’actions du 4 avril notamment a Paris ou elle partira du ministère des Solidarités et de la Santé à 14h30 pour se diriger vers le ministère de l’Éducation nationale, via l’INJA.

L’intersyndicale qui rappelle que « ici que les jeunes sourds et malentendants, les jeunes aveugles et malvoyants sont scolarisés pour certains dans des établissements spécialisés et pour d’autres en milieu ordinaire ». Or, pour beaucoup d’entre eux, suivre une scolarité en collège ou lycée « ordinaire » n’a rien d’évident et nécessite une préparation, des adaptations et un accompagnement individualisé que permettent les instituts spécialisés. Le gouvernement se réfère à un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales de mai 2018 qui recommande « de développer les pratiques d'inclusion dans des réseaux d'écoles et d'établissements d'enseignement partenaires ».Les collégiens et leurs parents se rassemblent dans la cour à linstitut nationale des jeunes sourds lors de la rentrée scolaire 2017 2018 8d2cf

Le risque un transfert de tutelle…

Au même moment, les directions des établissements spécialisés entamaient la réduction de l’offre scolaire des Instituts de jeunes sourds et de jeunes aveugles, empêchant à terme, la possibilité d’allers-retours entre le milieu ordinaire et spécialisé. Or pour l’intersyndicale et l’association de parents, les INJ participent actuellement à la construction d’une école réellement inclusive, dans le cadre de projets de scolarisation qui allient les différents dispositifs (au sein des INJ et de l’EN). En « s’adaptant aux besoins spécifiques (tant pédagogiques, qu’éducatifs, que du point de point de vue de l’acquisition d’une autonomie au sens large) de chaque enfant. Les INJ sont en réalité déjà un élément de l’École inclusive que nous appelons tous de nos vœux ».

Mais sur le terrain, les professionnels et les usagers constatent qu’au nom de ces belles intentions que nous partageons tous, les modifications et la suppression de certains dispositifs se font de manière précipitée et sont réalisés sans concertation nationale ni avec les personnels, ni avec les parents (qui connaissent bien les besoins particuliers de ces jeunes), et sans préparation de l’Éducation nationale. La précipitation avec laquelle ces projets sont gérés, combinée aux contraintes budgétaires qui pèsent sur les INJ et sur l’Éducation nationale, pourrait se révéler désastreux. « De ce point de vue, madame Cluzel est restée imperméable à l’argument selon lequel les familles et les élèves doivent pouvoir continuer à bénéficier du libre choix de la scolarité de leur enfant : en milieu spécialisé ou en milieu ordinaire » précise Jocelyne DUBOIS, Présidente de l’association des Parents et Amis des instituts nationaux (INJA et INJS).

Le rapport prévoit de transférer la tutelle des Instituts aux Agences régionales de santé. « Nous n'aurons plus de recrutement national des élèves, et on devra fermer certaines filières » estime Hélène SESTER, secrétaire générale Unsa Éducation et professeure de mathématiques en INJS. L'intersyndicale demande un moratoire sur la réforme en cours engagées dans les établissements spécialisés de jeunes sourds et de jeunes aveugles dans l’attente d’une concertation. Ainsi que la planification d’un calendrier de réunions de travail avec le cabinet de Mme CLUZEL.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : CFDT, CFTC, CGT, FO, SNJSJA-UNSA, SUD

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir