Contenu principal

Message d'alerte

Le Pape François sur la Place Saint Pierre de Rome a la Cite du Vatican peut avant son audience generale ce 10 octobre 2018Si le Pape François apparaît une nouvelle fois ici dans son véritable rôle, celui du rappel des dogmes de l’Église catholique, la façon de le dire peut-être paraitre surprenant une nouvelle fois. N’hésitant comme il l’avait en juin dernier, l'avortement pratiqué en cas de handicap de l'enfant à un eugénisme «en gants blancs ». Le Pape qui a cette fois fustigé « la dépréciation de la vie humaine » rappelant le 5e commandement : tu ne tueras point. Le Pape François s’adressant a ceux qu’il la pratique, notamment le corps médical, de s’interroger s’il été « juste d'engager un tueur à gages pour résoudre un problème ? ».

« La violence et le refus de la vie »…

Le Pape qui lors de l’audience générale Place Saint-Pierre à Rome a fustigé « la dépréciation de la vie humaine et le mépris de la vie humaine », en raison des guerres, de l'exploitation de l'homme et de l'exclusion, et tout ce qui soumet « l’existence humaine à des calculs d’opportunité ». Le Saint-Père qui s’est ensuite indigné contre toutes les atteintes au respect de la vie, en particulier l’avortement évoquant « la suppression de la vie humaine (…) au nom de la sauvegarde des autres droits ». Critiquant ceux qui conseillent au parent d'interrompre la grossesse.

Citant pour exemple de parents découvrant que leur enfant à naitre est porteur d’un handicap. « Les parents, dans ces cas dramatiques, ont besoin d’une vraie proximité, d’une vraie solidarité, pour affronter la réalité en dépassant des Le Pape François sur la Place Saint Pierre de Rome a la Cite du Vatican benissant un enfant handicapepeurs compréhensibles. Au contraire, ils reçoivent souvent des conseils précipités ». Autrement dit, « interrompre la grossesse signifie descendre quelqu’un, directement », a expliqué le Pape. Précisant qu’ « un enfant malade est comme chaque nécessiteux de la terre, comme une personne âgée qui a besoin d'assistance, comme tant de pauvres qui ont du mal à joindre les deux bouts ».

« Un tueur a gage »…

« Mais comment un acte qui réprime une vie innocente et sans défense dans son épanouissement peut-il être thérapeutique, civil ou simplement humain ? Je vous le demande », s’adressant au fidèle présent Place Saint-Pierre de Rome. Un acte dont le Pape François s’interroge s’il « juste de descendre une vie humaine pour résoudre un problème ? Est-il juste de louer un tueur à gages pour résoudre un problème ? Non, on ne peut pas, ce n’est pas juste de descendre un être humain, si petit soit-il, pour résoudre un problème. C’est comme si on louait un tueur à gages pour résoudre un problème ».

« L’eugénisme en gants blancs »

Le 16 juin dernier le Pape François avait également créé la polémique après avoir comparé les cas d’avortement pratiqué en cas de handicap du fœtus. Au siècle dernier, « tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd'hui, nous faisons, la même chose en gants blancs » avait-il déclaré. S’interrogeant pourquoi on ne voyait plus de gens de petite taille dans les rues, simplement « Parce que le protocole de nombreux médecins avait, dit-il « va naître avec une anomalie, on s'en débarrasse », avait exprimé le Pape François. « La famille est une belle aventure et aujourd'hui, c'est une souffrance que de le dire, on observe que, souvent on pense à fonder une famille, à se marier, comme s'il s'agissait d'une loterie. Si ça va, ça va et si ça ne va pas, on efface tout et on recommence », avait déploré le pape.

Des propos qui choquent…

Véronique SEHIER, coprésidente du Planning familial à dénoncé avant tout une « culpabilisation inutile » de l'avortement interpellant le pape sur la mort des femmes qui « chaque jour meurt d’un avortement clandestin ». Une décision prise par la femme « en toute connaissance de cause et pour lequel cette culpabilisation et inutile et qui en France et heureusement dans beaucoup d’autre pays un droit ». Le pape qui devrait selon elle « plus s’interroger sur les nombreux cas de pédophilie chez les prêtres au sein de l’Église ».

Des réactions qui ont vu le jour également dans le camp des catholiques conservateur plus sur la forme que sur le fond. Christine BOUTIN présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate c’est dit choqué par les propos du pape François, parlant d’une « provocation pour les pays occidentaux », estimant qu’il fallait remettre l’emploi de terme dans son contexte et dans les origines argentines. Reconnaissant tout de même que pour les « Catholiques les propos sur le fond du pape font appel à une certaine cohérence, puisque nous reconnaissons l’embryon comme une personne et donc le fait de le supprimer et bien en cohérence avec la volonté de supprimer une personne ». Christine BOUTIN qui aura conclu que la volonté du pape aura peut-être aussi de « provoquer un électrochoc alors que la vie est menacée partout dans le monde ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Source : Vatican 2018

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir