Contenu principal

Message d'alerte

Signature du protocole du projet pilote a nantes par gabriel attal b222fL’accessibilité pour tous les jeunes est l’un des principes fondateurs du Service Civique, les missions devant être accessibles à tout jeunes qui souhaitent s’engager, quel que soit son profil, sa situation ou son origine. Afin de continuer à poursuivre cette ambition, la préfecture des Pays de la Loire et de la Loire-Atlantique et l’Agence du Service Civique lancent un projet pilote territorial pour favoriser l’accueil de volontaires en situation de handicap en mission de Service Civique. Une rencontre à laquelle ont participé Sophie CLUZEL et la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de Gabriel ATTAL, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Deux temps forts de cette journée…

Une journée qui aura été l’occasion pour les deux secrétaires d’État, de rencontrer des jeunes volontaires du Service Civique en situation de handicap. Ils auront ensuite dans la matinée en présence de personnalités locales participées à la signature d’un protocole actant le lancement d’un projet pilote territorial, par Yannick BLANC, Haut-commissaire à l’engagement civique et président de l’Agence du Service Civique et engageant l’ensemble des acteurs territoriaux dans cette mobilisation. Les secrétaires d’État qui auront ensuite dans un second temps dans l’après-midi, échangé avec l’association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) autour de la présentation des actions menées par la plateforme associative « la station » et du programme KAPS (Kolocations à projets solidaires).

Territoire pilote pour une initiative locale…

À l’occasion de ce déplacement ministériel, le pays nantais sera désigné comme territoire-pilote pour favoriser l’accueil de volontaires en situation de handicap en mission de Service Civique. L’objectif étant de mobiliser l’ensemblegabriel attal a droite face a un jeune de lassociation avec les kolocations 7ff0f des acteurs du territoire pour une période de dix-huit mois, pour trouver les bonnes pratiques, qui pourront ensuite être diffusées nationalement, et qui permettront de lever les freins à l’accès au service civique. Aujourd’hui, seuls 1% des jeunes en service civique sont en situation de handicap. Un projet afin selon Sophie CLUZEL de « Rendre, la société plus inclusive en améliorant l’accueil des jeunes en situation de handicap dans les associations, les collectivités territoriales et les établissements publics, notamment au travers de missions de Service Civique ».

« Nous sommes très fiers aujourd’hui de lancer ce pilote territorial qui va permettre à des jeunes en situation de handicap d’acquérir une certaine forme d’émancipation par la réalisation d’une mission de Service Civique. Cette initiative, qui part du terrain, illustre parfaitement notre détermination à venir renforcer l’universalité qui est dans l’ADN du Service Civique, à travers notamment, le lancement d’expérimentation » insiste Yannick BLANC. Une expérience dont il espère que ce projet pilote expérimenté en Pays de la Loire et en Loire-Atlantique « puisse servir de référence et être à l’avenir reproduit sur l’ensemble du territoire ».

Parmi les participants à ce réseau pilote lancé à Nantes la présence d’acteurs publics comme l’Agence du Service Civique, la préfecture des Pays de la Loire et de la Loire-Atlantique (la DRDJSCS), la Plateforme citoyenneté emploi co-portée par le collectif T’Cap, le Département de Loire-Atlantique ou encore le rectorat de Nantes, l’Université de Nantes. Mais aussi associatifs, comme l’APF France Handicap, l’APAJH, l’URIOPSS, l’ADAPEI, ainsi que de nombreux acteurs engagés au quotidien pour favoriser l’inclusion de personnes en situation de handicap parmi lesquels, l’AGEFIPH et le FIPHFP.

Favoriser l’accès au Service Civique des jeunes handicapées…

L’accessibilité pour tous les jeunes est l’un des principes fondateurs du Service Civique, les missions devant être accessibles à tout jeunes qui souhaitent s’engager, quel que soit son profil, sa situation ou son origine. L’accès des jeunes en situation de handicap au Service Civique fait ainsi partie des priorités de l’Agence du Service Civique depuis sa création en 2010.

Ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, le Service Civique a été élargi, en 2015 à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, pour faciliter encore davantage leur désir d’engagement. « L’objectif était de tenir compte des parcours plus longs de formation et d’insertion des jeunes en situation de handicap » explique Yannick Blanc, président de l’Agence du Service Civique. On constate que 25% des volontaires en situation de handicap à plus de 25 ans, ce qui prouve le bienfondé de cette mesure.

Graphique du profil des volontaires pour le service civique en situation de handicap 41383En 2017, la proportion de volontaires en situation de handicap était de 1,2% (ce qui représente près de 1000 volontaires) et, même si elle reste encore trop faible, cette part augmente chaque année (elle a été multipliée par trois en deux ans, entre 2015 et 2017). Depuis 2010 ce sont 2 266 jeunes en situation de handicap qui se sont engagés en mission de Service Civique, dans des structures publiques comme associatives.

L’Agence du Service Civique mène de nombreuses actions de sensibilisation à l’égard des jeunes et des organismes d’accueil, avec l’ambition de voir encore la part des volontaires en situation de handicap progresser. Les objectifs sont ambitieux puisqu’il s’agit d’atteindre un taux de 2,5% de volontaires en situation de handicap d’ici 2020. Cette expérimentation locale s’inscrit donc pleinement dans cette ambition nationale.

Gagné en autonomie…

Un service civique au sein de l’association OREA (2016 ; 10 mois) pour Benjamin BOUCHERON, 29 ans, et qui voulait se sentir utile, et faire quelque chose qui me permettait de sortir de son quotidien. Un service civique qui « m’a aidé à mieux me connaître, à avoir confiance en moi et à gagner en autonomie. Cela m’a fait prendre conscience que je pouvais avoir ma place dans le monde professionnel. Le Service Civique est un tremplin, toute personne en situation de handicap devrait avoir la possibilité de passer par là ».

Les missions de Service Civique auprès des personnes handicapées sont nombreuses, notamment au sein des établissements médico-sociaux ou de services publics, accueillant des personnes handicapées. Plusieurs associations proposent également des missions de sensibilisation sur le handicap.

Une compensation cumulable avec l’AAH…

Pour les volontaires en situation de handicap, l’indemnité de 580€ net par mois est cumulable avec l'Allocation aux adultes handicapés (AAH). Les organismes qui accueillent des personnes handicapées, publics comme privés (structure à but non lucratif), peuvent se voir financer tout ou partie de l'adaptation de leur poste de travail ou bénéficier d’aide humaine ou au transport grâce au soutien de l'Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) et du Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). En outre, il est possible d’aménager la durée hebdomadaire des missions en fonction des situations.

À propos du Service Civique...

Créé par la loi du 10 mars 2010, le Service Civique est une politique publique à destination de la jeunesse et bénéficiant à l’ensemble de la société, avec l’ambition de favoriser le vivre ensemble, la mixité et la cohésion sociale. Il permet à tous les jeunes qui le souhaitent, entre 16 et 25 ans et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager au service de l’intérêt général pour une durée de 6 à 12 mois.

La mission d’engagement de Service Civique peut être réalisée, en France ou à l’étranger, au sein d'une association, d’une fondation, d'un établissement public, d'une collectivité territoriale, des services de l'État, ou encore depuis janvier 2017 auprès de bailleurs sociaux et d’entreprises appartenant au secteur de l’économie Sociale et solidaire. Sans condition de diplôme, le Service Civique s’effectue dans l’un des neuf domaines d’action reconnus prioritaires pour la Nation : solidarité, environnement, sport, culture, éducation, santé, intervention d'urgence, mémoire et citoyenneté, développement international et aide humanitaire.

Selon le décret du 11 avril 2016, le Service Civique relève du Haut-commissaire à l’engagement civique, Yannick Blanc, lui-même placé auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. L’Agence du Service Civique, appuyée par les délégués territoriaux des DRJSCS et DDCS, est chargée de sa mise en œuvre.

 Stéphane LAGOUTÉRE

Ajouter un Commentaire