Contenu principal

Message d'alerte

Un membre de la caravane en route pour nos droits qui doit rejoindre paris le 14 mai 2019 0a280

A quelques jours du lancement officielle de la campagne des élections européenne et près deux ans après l’élection du président Emmanuel MACRON. L’association APF France Handicap à lancé le 7 mai dernier sa caravane pour faire valoir les droits des personnes handicapées et obtenir des signatures à leur pétition.qui doit arriver le 14 mai à Paris ou une lettre sera remis au chef de l’État. Le Président de l’association Alain ROCHON a lui présenté la 2é édition du baromètre de la confiance édité par l'Ifop sur la colère des français en situation de handicap dont 89 % (85 % en 2018) ne font plus confiance au Chef de l’État deux ans après son élection. Un avis qui monte a 90 % pour lutter contre la pauvreté ! En résumé une véritable descente aux enfers !!!

 

89 % ne font plus confiance en la politique d’Emmanuel MACRON…

Pour celui qui avait promis en 2017 de faire du handicap « la priorité de son quinquennat ». La réponse que viens de lui donnée la deuxième édition du baromètre sur les personnes en situation de handicap et leurs proches réalisé par IFOP du 1er au 26 mars 2019 sonne comme échec. Un résultat qui confirme le sentiment exprimé dans la rue depuis plusieurs semaines par les gilets jaunes auquel de nombreuses personnes handicapées étaient présente dans la rue parmi eux Wael ou Arthur à Paris ou encore Odile MAURIN à Toulouse. Mais au grand étonnement et comme les syndicats les grandes associations gestionnaires n’auront pas voulu y participer.

Dont près de 91 % (+5%) français concernés par un handicap affichent un état d’esprit négatif face à la situation économique et sociale de la France Autre constat éloquent, interrogés sur leurs états d'esprits à propos de l'action du Graphisme seul 1 répondant sur sur dix à confiance a Emmanuel MACRON et son gouvernement 1912fprésident de la République ou de la confiance envers le gouvernement, plus de 9 personnes sur 10 concernées par un handicap sont mécontentes dans le domaine de l’accessibilité du logement, l’article 18 de loi Élan, mais aussi dans les domaines du transport ou des lieux publics.

Sur les thèmes de la pauvreté et des ressources des personnes en situation de handicap et de leurs proches, le manque de confiance est encore plus fort. Alors qu'on compte 2 millions de personnes en situation de handicap sous le seuil de pauvreté, plus de 8 personnes sur 10 déclarent s'en sortir difficilement avec les ressources de leur foyer et 92 % des répondants affirment ne pas avoir confiance en Emmanuel MACRON et son gouvernement pour lutter contre la pauvreté des personnes en situation de handicap. En résumé comme l’affirme le président de l’ANPIPHM celui aura au moins tenue une promesse celle « des pauvres qui resteront pauvres ! »

Renouvelé chaque année, le baromètre France handicap de la confiance sert à mesurer votre ressenti sur l’action gouvernementale et à interpeller les responsables politiques sur la réalité de votre quotidien. En l'occurrence, les résultats du baromètre de la confiance 2019 illustrent la défiance des personnes en situation de handicap et de leurs proches à l’égard de l’action du président de la République et de son gouvernement, ainsi que leur attente forte de décisions concrètes de la part des responsables politiques. A noter 83 % estiment que les engagements pris pendant la campagne n’ont pas été tenus. Enfin, 43 % estiment que leur situation s’est dégradée.

Quatre caravanes pour manifester leurs mécontentent…

En ce sens, du 7 au 14 mai, les personnes en situation de handicap ont décidé avec leurs proches de faire entendre leur voix et de faire valoir leurs droits dans toute la France. Durant sept jours la caravane intitulé "En Route Pour Nos Droits" abordera cinq thématiques de proximité (pouvoir exercer ses droits fondamentaux, pouvoir se loger, pouvoir bénéficier de ses propres ressources et vivre dignement, pouvoir être autonome et financer son autonomie, pouvoir se déplacer). Elles mettront en exergue le non-respect des droits dont sont victimes les personnes en situation de handicap.

Prochain arrêt le 10 mai a Toulouse sur le thème du logement intitulé : À nos espoirs de logement accessible disparus à jamais ! avec a partir de 10h un rassemblement devant le monument aux morts. « Dress code » : tous habillés en noir. Ou le 11 Mai au Havre sur le thème des ressources avec la création d’un camping fictif "La dèche sur mer" pour inviter le grand public et les politiques afin de les sensibiliser sur le thème des ressources autour d’un pique-nique citoyen. Et le 13 mai a Évry avec un rassemblement citoyen sur la place des Droits de l’homme et la prise de parole autour du thème de la mobilité. Un agenda a consulter sur le site dédié de la caravane de l’APF France Handicap.

Des membres de la caravane en route pour nos droits devant le parlement européen a Strasbourg 4a677Quatre caravanes qui arriveront deux ans jours pour jour après l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, la caravane qui espère faire une entrée remarquée à Paris. Le 14 mai 2019, des centaines de personnes concernées par le handicap prendront part à une manifestation dans les rues parisiennes pour arriver Place de la République à 13h00 sur laquelle sont prévus des discours et des animations. Tout ceci pour exprimer leur colère sur la politique actuelle et le manque d'accessibilité.

Une lettre ouverte destiné à Emmanuel MACRON…

Une caravane qui se terminera le 14 mai prochain pour les dirigeants de l’association par la remise au Palais de l’Élysée d’une lettre ouverte au président de la République co-signée du 7 au 14 mai par les français. Une lettre ouverte exposant les revendications issues des contributions (600 participants) recueillies sur la plate-forme collaborative APF France handicap lancée dans le cadre du Grand débat national.

1. Celle tout d’abord d’introduire le handicap dans la Constitution française en l'ajoutant dans son article 1er tel qu'il a été modifié par l'Assemblée nationale en juillet 2018 : « Elle [La France] assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine, de handicap ou de religion. ».

2. Comme celle de « supprimer la prise en compte des ressources du conjoint dans la base de calcul du montant de l’AAH et de créer le revenu individuel d’existence pour les personnes en situation de handicap qui ne peuvent pas ou plus travailler, distinct du projet de revenu universel d’activité ». Une suppression de prise en compte des revenus du conjoint plusieurs rejeté par la majorité parlementaire.

3. Mais également d’« Élargir le périmètre de la prestation de compensation aux activités domestiques et à l'aide à la parentalité, supprimer les barrières d'âge et créer le "risque autonomie" pour toutes et tous, en mobilisant des financements supplémentaires de solidarité nationale.

4. Tout comme l’obligation de « Faire respecter les obligations d'accessibilité et appliquer dès maintenant les sanctions pour tous les établissements recevant du public ».

5. Après le vote de la loi Élan et de son article 18 de « Revenir à 100 % de logements accessibles et maintenir une obligation d'ascenseur à R+3 sans dérogation ».

6. Enfin de rendre effectif « le droit aux transports sur tout le territoire : mettre en accessibilité l'ensemble des moyens de transports publics et soutenir le développement d'une offre complémentaire de transports adaptés, sur tout le territoire, avec une amplitude horaire et un tarif équivalent aux transports publics ».

 

Ajouter un Commentaire