Contenu principal

Message d'alerte

L’augmentation de la TVA aura forcement des conséquences des prix des services à domicile. Une situation qui aura forcement des conséquences sur le marché de l’emploi du secteur.Peut être bien que oui, peut être bien que non, il ne s'agit de vous donner une réponse normande, mais que si certains sont épargné la hausse sera bien réelle. Déjà alerté en 2011, la va recevoir cette fois un « avis motivé de la commission estimant le taux réduit de 5,5 ou 7 % contre 19,6 % suspect. Un taux réduit pour lequel Bruxelles veut faire la différence entre ceux de nécessité, avec ceux de confort. Bruxelles estimant que l'application d'un taux réduit de TVA à l'ensemble des services à la personne (SAP) n'est pas compatible avec la législation européenne.

Confortablement installés sur des transats, munis de chaudes couvertures, les spectateurs vont pouvoir voir, revoir ou découvrir des films sur le thème "Métamorphoses". Sur la prairie du Triangle au parc de la Villette.L'Association Valentin Haüy vient de signer une convention de partenariat avec La Villette pour favoriser l'accessibilité des lieux et plusieurs de ses contenus culturels aux personnes déficientes visuelles. La prochaine édition du festival « Cinéma en plein air » du 25 juillet au 26 août 2012 sera une de ses actions phares. Le festival « Cinéma en plein air » de La Villette est unique en son genre. Depuis 21 ans, la prairie du triangle du parc se transforme à la tombée de la nuit en une immense salle de cinéma à ciel ouvert. Cette année, ce festival estival est enfin accessible aux personnes déficientes visuelles !

De gauche a droite les rapporteurs de la commission Commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois Isabelle DEBRE et Claire Lise CAMPION qui est également vice présidente de la commission © Public SénatComme elle le fait régulièrement la commission des lois du Sénat a rendu le 4 juillet dernier un rapport présenté par les Sénatrices Isabelle DEBRE et Claire-Lise CAMPION vice-présidente de la commission ont étudié les évolutions de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Un rapport en trois questions où les rapporteurs reviennent ici sur l'un des enjeux fondamentaux de notre société celle de la cohésion. Une droite tres critique mais qui pourtant n'a pas véritablement mise tous les moyens en oeuvre d'évolution lorsque qu'elle se trouvait au pouvoir.

agence de voyage Castellane VoyagesLa justice se décide enfin près d'un an après les faits. En effet dans la nuit du 17 au 18 septembre, vingt-deux personnes, dont 18 sourds et trois malentendants, avaient été refusées, pour raisons des prétendues "sécurités", à l'embarquement à Marseille d'un vol de la compagnie Hermès, filiale d'Air Méditerranée, pour la Turquie. Un voyage organisé par le tour-operator Fram est acheté auprès d'une agence marseillaise, Castellane Voyages. Le 2 juillet dernier a un juge des référés du tribunal du TGI de Marseille à enfin à condamner lundi dans son délibéré l'agence de voyages, estimant de la seule responsabilité pour « manquement d'information à la compagnie arienne ».

Une décision dans lequel le juge à condamné l'agence Castellane Voyages à verser à chacun des passagers la somme de 2.500 euros, soit 55.000 € au total, pour rembourser leur voyage et indemniser leur préjudice, ainsi qu'une somme globale de 3.500 € au titre des frais de justice. Les requérants, qui n'ont toujours pas reçu un centime, réclamaient, outre le remboursement des billets, beaucoup plus: 15.000 euros chacun au titre du préjudice moral.

Un juge qui lors de l'audience du 16 ou compagnie aérienne et agence de voyages n'avait cessé de se renvoyer la responsabilité de la situation. Mais le tribunal a tranché: c'est l'agence de voyages qui est responsable du fiasco, faute d'avoir informé le tour-operator du handicap de ses clients. Information qui aurait permis à Fram d'en avertir Hermès, afin que celle-ci prenne ses dispositions en matière d'équipage pour pouvoir accueillir des personnes à mobilité réduite, comme l'impose le règlement européen en la matière. Et de conclure que le litige prend naissance "dans un défaut d'information" sur la particularité des voyageurs, "imputable à la seule agence".

Reste à savoir si l'agence va décider de faire appel de la décision ou décider d'appliquer la décision du juge des référés à Marseille et payer les dommages-intérêts.

La Rédaction

Un chien guide d'aveugle au main d'un non-voyant ©FHITrop d'idées reçues sur les chiens-guides d'aveugles, trop peu d'informations sur la cécité et la déficience visuelle, trop peu de connaissances sur l'utilité du chien-guide d'aveugle dans la vie d'une personne qui en a besoin... expliquent qu'en France, seulement un chien-guide d'aveugle est remis pour 100 personnes déficientes visuelles. C'est trop PEU pour la FFAC qui souhaite combattre les idées reçues qui freinent les demandes de chiens guides d'aveugles !

La FFAC veut faire stopper ses fausses idées comme celle « Obtenir un chien guide s'est payant ! » non c'est gratuit ! Ou des malvoyants qui imaginent « Ce n'est que pour les aveugles ! » De ceux qui pensent que « C'est plus contraignant qu'utile » non, un chien guide apporte confort, sécurité et autonomie au quotidien ! Quand aux délais d'attente, il existe, mais ne dépasse jamais deux ans après la demande et peut même intervenir dans un délai de six mois. Quand à ceux qui pensent qu'ils risquent d'avoir des difficultés pour circuler dans les lieux publics, qu'ils se rassurent NON, les chiens guides sont autorisés dans tous les lieux publics !

Et comme le confie Leila, 63 ans et malvoyante, « j'ai longtemps cru que les chiens guides étaient réservés aux aveugles. Je me suis renseigné et quelques mois plus tard Sony arrivait à la maison. Je peux enfin me promener sans avoir peur de me cogner ».

Pour éviter ces fausses idées et permettre à tous ceux qui le souhaite se promener sans peur, la FFAC lance cette année la première édition de la Semaine du chien guide d'aveugle, du 24 au 30 septembre 2012, dans un seul objectif, accompagner toujours plus de personnes déficientes visuelles vers l'autonomie. Le rendez-vous de la semaine à ne pas manquer avec en conclusion une journée porte ouverte dans les dix écoles des chiens guides le 30 septembre

Une occasion unique de découvrir le travail d'éducation des chiens, de rencontrer des personnes déficientes visuelles, des familles d'accueil et de s'informer sur les modalités de remise d'un chien guide. Pour en savoir plus rendez-vous sur le site de la manifestation chiens-guides. Pour en parler avec un maître de chien guide, obtenir des informations et recevoir gratuitement un DVD avec audiodescription, un seul numéro N° Vert 0 800 147 852

La Rédaction

l'entrée d'une agence pôle emploi ©FHIEn 2010, avec 5,89% de taux d'emploi légaux de travailleurs en situation de handicap, Pôle emploi dépassait le taux moyen légal dans les trois fonctions publiques, qui s'élevait à 4,22%. Mais restait cependant en dessous du seuil légal de 6 %. En 2011, à la dernière déclaration annuelle obligatoire d'emploi des travailleurs handicapés (DOETH) réalisée par Pôle emploi fin mai 2012 le taux légal avait été dépassé avec 6,16% d'emploi de salariés en situation de handicap. Une amélioration rendue possible par le travail de la mission nationale handicap des conseillers interrégionaux à l'intégration et des correspondants régionaux handicaps.

Un enfant en compagnie d'un médecin. Des maladies rares souvent et encore trop mal diagnostiqué l'Observatoire des maladies vient de présenter les résultats d'une étude dans lesquels sont mises en avant les lacunes de prise en charge que rencontrent les patients atteints d'une maladie rare. L'étude démontrant plusieurs graves dysfonctionnements auxquels il convient de trouver des solutions demande l'Observatoire. Des analyses ressortant des questions posées à 198 personnes dont 127 patients et sur 121 pathologies différentes. Le reste des sondés étant des proches des malades. En France, Maladies rares Info Services estiment que trois millions de personnes sont atteintes d'une maladie rare. La majorité d'entre elles est d'origine génétique et ce sont souvent des "maladies orphelines", c'est-à-dire pour lesquelles il n'existe pas de traitement.

Erreurs de diagnostic

Parmi les premiers faits ressortant significativement de cette étude et celle liée au diagnostic. Celle-ci démontre que 15% des malades interrogés n'ont pas de diagnostic clairement posé, dont les deux tiers depuis plus d'un an et la moitié depuis plus de trois ans. Afin d'établir un diagnostic plus de 50% des malades en consulter de 1 à 5 médecins notamment en milieu hospitalier. Un chiffre qui est même supérieur pour 13 % des sondés. Mais l'étude souligne que, lorsque la pathologie est identifiée, le patient n'est pas certain d'être enfin fixé, car 46% des personnes interrogées indiquent avoir fait l'objet d'une erreur de diagnostic.

L'enquête montre que 47 % des personnes malades sans diagnostic sont suivies dans des centres de référence « maladies rares », contre 20 % pour les personnes diagnostiquées, d'avantages suivis en services hospitaliers à 49 %. Sans diagnostic, 45 % des personnes estiment que leur statut de malade n'est pas reconnu et que leur état de santé se dégrade durant cette période de latence.

Manque d'information

Autre élément mis en avant par l'observatoire dans ce document et qui peut être en partie surprenant, c'est celui de l'information pour lequel les malades affirment manquer renseignements clairs par rapport à la pathologie. Ils sont ainsi 57 % des patients et familles à juger, le langage médical peu accessible sachant que 63 % des proches estiment également la qualité de l'écoute satisfaisante. « Sans doute, les personnes malades attendent-elles encore davantage de leur médecin que leurs proches. Une autre explication peut aussi résider dans l'état émotif de la personne malade », commente l'Observatoire. Au final avant de contacter Maladies rares info services, 93% des sondés, ont d'abord tenté de se renseigner sur Internet. Mais seulement 38 % d'entre eux reconnaît que l'information obtenue par cette voie a été complète.

Un coût de santé trop important

graphique dépense restant a charge avec comme question posée : Pouvez-vous indiquer la ou les causes de ces frais qui restent à charge ? Face à la crise économique et la baisse d'un pouvoir d'achat l'autre majeur étant celui du reste a chargé, ils sont ainsi 00% à déclare qu'il reste à leur charge une somme allant de 100 à 1 000 € par an. Ce qui pour une personne percevant l'A.A.H par exemple représente peu représenté plus d'un mois et demi de revenu. Un reste à charge concernant principalement les médicaments peu ou pas remboursé, et les surcoûts liés aux consultations et aux soins médicaux arrivent en seconde position. Il concerne en premier lieu les enfants en bas âge (78 %), suivis des personnes en activité (50 %), des retraités (48 %), des personnes en invalidité, arrêt de travail ou au chômage (43 %) et des scolaires (40 %). Ces chiffres révèlent un réel problème de santé, car 19 % des personnes interrogées déclarent avoir déjà renoncé aux soins pour des raisons financières. Une situation inacceptable quand on sait que le coût des conséquences risque de s'avérer à terme plus coûteux encore surtout que seuls 22% des personnes interrogées exerce une activité professionnelle.

Stéphane LAGOUTIÉRE