Skip to main content

Semaine pour l'emploi : un nombre d'actions croissant, mais trop peu d’offres ! Un bilan mitigé

Rédigé le 1 Décembre 2011

Une personne à mobilité réduite sur son lieu de travail, le 13 novembre 2008 en Basse-Normandie (AFP/Mychele Daniau)Organisée chaque année, la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées est l'un des rendez-vous qui permettent de sensibiliser les médias et le grand public, mais aussi de mobiliser les acteurs de l'emploi et les candidats en situation de handicap. Pour la 15e édition du 14 au 20 novembre dernier, 418 actions ont été recensées sur le site, soit 20 actions de plus qu'en 2010. Une 15e édition qui aura aussi démontré l'accroissement et la progression du nombre de demandeurs d'emploi et que près de 40 % des entreprises n'embauchent pas de salariés handicapés. Un bilan somme toute très mitigé.

Sida 2012 : Battre la campagne ! Avec cette année comme thème de rassemblement Objectif zéro !

Rédigé le 1 Décembre 2011

Affiche de la journée mondial du VIH-sidaUne marche est organisée à l'occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida. De nombreuses associations de lutte contre le sida, dont Sidaction, seront présentes. Rendez-vous est donné le jeudi 1er décembre à Paris ainsi que dans de nombreuses autres villes françaises. Objectif zéro est lui le thème choisi par la Campagne mondiale contre le sida (WAC) pour célébrer la journée mondiale de lutte contre le sida le 1er décembre. Le nouveau thème, qui sera utilisé jusqu'en 2015, fait écho à la vision de l'ONUSIDA de « Zéro nouvelle infection au VIH. Zéro discrimination. Zéro décès dû au sida ».

Le professionnel de l’autonomie électrique Legrand présent au Salon des services à la personnes

Rédigé le 30 Novembre 2011

Ouvert du 1er au 3 décembre 2011 à la Porte de Versailles, ce grand rendez-vous des spécialistes ouverts au particulier comme aux professionnelles accueillera pour la deuxième fois le grand spécialiste mondial français Legrand. Une entreprise spécialisée dans les infrastructures électriques et numériques du bâtiment. Spécialiste 2011.11.30.Le-pdg-du-groupe-legrand-a-Limonge-en-juin-2010-présentant-la-section-accessibilite-autonomieLe pdg du groupe Legrand a Limoge en juin 2010 présentant la section accessibilité autonomie©FHImondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment. Référent incontournable dans son domaine, Legrand propose et développe des solutions domotiques dédiées à l'environnement de la personne en perte d'autonomie. Sujet dans lequel aussi particulièrement implique. 

Pour la deuxième année consécutive, Legrand est partenaire de la Maison du futur, un espace de plus de 400 m² entièrement équipé des technologies les plus avancées. Le fabricant présentera l'ensemble de son offre en grandeur nature pour les besoins d'assistance à l'autonomie et de maintien à domicile : chemin lumineux, détecteurs de gaz, solutions de téléassistance seront disponibles et visibles pour répondre aux questions des visiteurs du salon

Outre les solutions domotiques pour sécuriser le logement et maintenir le plus longtemps possible àQuelques uns des nombreux produits présenté en juin 2010 destinée a améliorer l'autonomie et la sécurité©FHIQuelques uns des nombreux produits présenté en juin 2010 destinée a améliorer l'autonomie et la sécurité©FHI domicile les personnes en perte d'autonomie ou en situation de handicap, Legrand choisit cette année de mettre particulièrement l'accent sur les solutions de téléassistance. Parce que prévenir les risques ne suffit pas toujours, Legrand propose des terminaux et des solutions de téléassistance qui permettent à toute personne dépendante, qui se trouverait en difficulté, d'appeler un tiers. Elle permet aux personnes seules de communiquer rapidement et en toute simplicité avec les piliers de leur vie quotidienne (proches, services, urgences, médecins...).

Le salon des services à la personne est le rendez-vous des professionnels du secteur et des particuliers. Il apporte des réponses aux questions que se pose le grand public ainsi que des solutions pratiques et adaptées. La 5e édition du salon des services à la personne, ce sont 250 exposants, 23 000 visiteurs attendus, 100 conférences et trois espaces d'exposition pour le grand public et les professionnels. Retrouver les solutions Legrand dans la maison du Futur au centre du pavillon 7.1

La Rédaction

Ela invite les entreprises à la rejoindre pour sa 2e édition où chaque pas comptera !

Rédigé le 29 Novembre 2011

2011.11.29.Mets tes baskets dans l'entrepriseMobilisant depuis 18 ans, les établissements scolaires à se mobiliser en faveur de la lutte contre les leucodystrophies à travers sa campagne « Mets tes baskets et bats la maladie ». Ela en 2011 avait souhaité cette fois s'adresser aux entreprises, une initiative couronnée de succès et récompensée par les Trophées Sporsora 2011. Pour la 2e édition de « Mets tes baskets dans l'entreprise », l'association invite les entreprises à participer à l'opération pour une journée solidaire le 7 juin prochain.

Une déclinaison de l'appel de solidarité envers les entreprises a réussi selon l'association grâce au soutien de la Fondation Française des jeux, un concept simple a vu le jour : convertir des pas en euros. Le dispositif a été testé dans une quinzaine d'entreprises en mai dernier et unanimement apprécié par les salariés pour son approche simple, ludique et solidaire. Présenté aux Trophées Sporsora 2011 il a été élu « meilleure initiative citoyenne de l'année ».

Pour Guy Alba, Président fondateur d'ELA, « Nous avions déjà initié des opérations dans le milieu de l'entreprise, mais nous n'avions pas réussi à trouver un concept à la fois aussi simple et convivial. Le temps d'une journée, toutes les différences s'effacent, quel que soit le niveau de hiérarchie on est unis pour une même raison : faire le plus de pas possible au profit d'ELA ».

En 2012, ELA ira plus loin encore. L'objectif est de réunir 150 entreprises, partout en France, pour une grande journée solidaire le 7 juin prochain. Chaque entreprise pourra s'approprier l'événement : soit mobiliser ses salariés sans changer le cours de la journée soit au contraire en profiter pour multiplier les initiatives sur le temps du midi notamment (marche, course, tournois sportifs, conférences). Des événements interentreprises sont d'ores et déjà prévus, notamment avenue Hoche (Paris 8e).

Comment participer ?

Le principe de l'opération est simple : les salariés doivent multiplier leurs pas sans pour autant changer leur journée de travail. Tous les moyens sont bons pour faire monter le compteur : préférer les escaliers à l'ascenseur, aller à la rencontre de ses collègues plutôt que de téléphoner ou envoyer des mails, etc. Pour chaque pas effectué, l'entreprise participante s'engage à reverser 1 centime d'euro à l'association ELA. En moyenne, un salarié effectue 3 000 à 5 000 pas par jour.

L'organisation de la journée : en amont, l'entreprise qui souhaite participer à l'opération s'inscrit sur le site d'ELA, reçoit gratuitement tout le matériel nécessaire au déroulement de la journée (DVD de sensibilisation, affiches, flyers, banderoles, mails conseils, etc.) et se voit remettre également les podomètres nécessaires pour le décompte des pas (2 euros le podomètre).

Pour toutes inscriptions et renseignement vous pouvez vous rendre sur le site www.ela-asso.com

La Rédaction

Michel MERCIER récompensé pour une charte sur le logement adapté à la dépendance

Rédigé le 25 Novembre 2011

Roselyne BACHELOT, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, a remis à Michel Mercier le premier prix de l'édition 2011 du concours "Vivre ensemble aujourd'hui et demain", le 22 novembre lors du Salon des maires et des collectivités locales à Paris. Michel Mercier pour qui ce prix vient récompenser le travail de toute une équipe et d'une volonté farouche d'intégration.

2011.11.22.michel mercier_ recompense_pour_une_charte_sur_ le_logementMichel MERCIER reçoit des mains de la ministre à la Cohésion sociale, Roselyne BACHELOT le prix du concours « Vivre ensemble aujourd'hui et demain »"Vivre ensemble aujourd'hui et demain" est le premier concours francophone à récompenser les réalisations et les projets qui favorisent l'intégration des aînés dans la cité et l'échange entre les générations. Le thème de l'édition 2011 était, «Vous croyez que c'est une utopie ? ". Le jury du concours est particulièrement attentif au caractère reproductible et économiquement viable des projets soumis.

L'objectif de la Charte « Rhône , vivre chez soi », portée par Michel Mercier et signée en novembre 2010 par une vingtaine de partenaires, est d'amener les promoteurs et les bailleurs sociaux à produire 20 à 25 % de logements adaptés pour personnes dépendantes ou en perte d'autonomie. Le projet insiste sur la banalisation de ces logements adaptés, c'est à dire non étiquetés personnes âgées ou handicapées.

De nombreux autres projets mis en avant

Roselyne Bachelot a également récompensé le dispositif « Voisin-âge » de l'association « Petits Frères des Pauvres », permettant la mise en relation entre des habitants d'un même quartier et des personnes âgées isolées et la « Vallis Aurea ».

Mais aussi un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et un « foyer de développement territorial et de bien-vivre intergénérationnel » de l'AREPA (Association des résidences pour personnes âgées) situé à Saint-Sorlin-En-Valloire (26).

Le projet « Bien Vieillir Ensemble » (Think tank architecture) a obtenu un coup de cœur du jury pour sa conception de logements adaptés et adaptables pour les seniors, suivant une organisation urbaine et architecturale permettant de mutualiser les services et les fonctions et de favoriser la mixité générationnelle.

Enfin, les encouragements du jury vont au foyer d'activité sociale « Fas Res » : accueil social pour personnes âgées (foyer du Ségala). Le foyer d'activité sociale (FAS) à destination des personnes âgées ou handicapées est un lieu de vie et d'animation dans le but de maintenir actifs et acteurs les seniors de notre territoire le plus longtemps possible à domicile et de fournir aux aidants familiaux des espaces-temps de répit.

Un concours ouvert à l'international

Le coup de cœur du jury est revenu au « Diagnostic communautaire de la commune de Gland », un projet de Pro Senectute, la plus grosse organisation professionnelle au service des personnes âgées en Suisse, qui a établi un état des lieux de la qualité de vie des plus de 55 ans au cours de l'année 2010. Une cérémonie spéciale organisée à Montréal en mars 2012 récompensera le projet « Habitat 1460 » du centre d'hébergement des personnes démunies « La Traversée ». Leur projet d'habitation permet de créer un milieu de vie communautaire intergénérationnelle en plein cœur d'un quartier populaire à Montréal.

La Rédaction

Le CISS proteste ferment et demande que les indemnités journalières ne soient pas réduites !

Rédigé le 24 Novembre 2011

Après l'annonce d'un retrait de la baisse sur le niveau des indemnisations en cas d'arrêt maladie en octobre dernier et notamment sur le 4e jour de carence, provoquant Feuille de demande d'arrêt maladie (illustration)©FHI Feuille de demande d'arrêt maladie (illustration) un gronde générale parmi la population. Une mesure pourtant qui selon spécialiste et le CISS pourrait bien faire l'objet d'un retour lors de travaux parlementaires. Selon le CISS, dans un récent sondage effectué à leur demande auprès de 1006 personnes les 17 et 18 novembre par ViaVoice expriment un avis contraire. 60% estimes que la création d'un nouveau jour de carence aura pour principale conséquence une baisse de revenu subie par les travailleurs en arrêt-maladie. Il ne serait que 25% à affirmer que la création d'un nouveau jour de carence aura pour principale conséquence une baisse de revenu subie par les travailleurs en arrêt-maladie.

Toujours selon ce sondage, ils seraient plus de huit sur dix à considérer que cette baisse de revenu est injustifiée, car trop préjudiciable pour les malades, et ce malgré le contexte de la crise mis en exergue pour engager des mesures d'économie sur les dépenses d'Assurance maladie. Les Français rejoignent en cela les positions du CISS qui s'opposent radicalement à ce que les « indemnités journalières en cas d'arrêt maladie » soient une variable d'ajustement de l'équilibre des comptes de l'Assurance maladie.

Aux finales deux raisons essentielles pour l'association du collectif inter associatif pour la santé, la première consiste sont les nombreuses inégalités profondes entre les salariés en fonction de la couverture extra-légale qui peut exister entre salariés et différents accords d'entreprises ou contrat de prévoyance. La seconde en fait que ce type de mesure devrait concerner en premier lieu les populations les plus précaires faces à l'emploi.

Une situation qui va manifestement comme le dénonce le CISS « la volonté répétée du gouvernement de réaliser des économies sur l'indemnisation des arrêts de travail des personnes malades ». Le gouvernement mettant en avant comme toujours les erreurs souvent minoritaires. Certes comme dans tout système celui-ci n'est pas infaillible, mais peut-il pourtant décider de prendre des mesures sur le principe de réduire des abus qui restent largement minoritaires. « Plutôt que d'agiter cet épouvantail, il conviendrait d'évaluer objectivement l'efficacité des mesures de contrôle mises en place les années précédentes comme la « contre-visite par le médecin de l'employeur ». Comme le souligne le collectif.

Le CISS qui estime que l'équilibre budgétaire de l'Assurance maladie doit un réalisé à long terme. Comme le demandent depuis de nombreuses années les associations, ce travail doit être le fruit d'une réflexion concertée jouant de façon équitable sur l'optimisation des recettes et des dépenses, en prenant soin que les unes comme les autres soient ajustées dans le souci d'une contribution de chacun en fonction de ses moyens et d'une mise à disposition du système pour tous en fonction de ses besoins. Des Français conscients de l'importance de la préservation de cet acquis social et de solidarité de1945, ils savent aussi que seul le débat démocratique permettra la préservation d'un tel système, au moment où les effets de la crise vont le rendre d'autant plus indispensable.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Norbert MAS condamné à 15 de réclusion pour le meurtre de sa fille autiste

Rédigé le 24 Novembre 2011

2011.11.23.dossier affaire_norbert_masCertains parleront de Justice, d'autres affirmeront que la responsabilité n'appartient pas à l'homme, mais à la société face à son manque récurrent de solidarité envers les
familles. Faut-il sanctionner un tel acte ? La réponse est oui, mais il faut trouver comme dans les cas d'euthanasie la part d'humanité qui peut résider en chacun de nous. Morgane GILBERT, avocate de l'accusé, a-t-elle surtout mis en avant la personnalité fragile de son client.

15 années de réclusion sera la réponse des jurées face à l'acte de ce père qui avait étouffé, en septembre 2009, sa petite fille autiste âgée de 10 ans. Un procès dont les jurées iront pourtant au-delà des réquisitions du procureur. L'avocate générale Élisabeth CATTA martèlera lors de son réquisitoire que si « avoir un enfant autiste est une épreuve, personne n'avait le droit de l'entraîner dans la mort » insistant que « Nous ne devons pas faire le procès d'un père d'enfant autiste, mais celui d'un père qui a tué son enfant, n'oubliez pas qu'il s'agit d'un meurtre », martèle Élisabeth CATTA, à l'adresse des jurés. La Procureur qui demandera après un réquisitoire de près de 45 minutes une peine entre 10 et 12 ans pour un meurtre « accompli volontairement, sciemment ».Norbert MAS dans le box des accusés de cour assise de LyonNorbert MAS dans le box des accusés de cour assise de Lyon

À la barre, à l'évocation de son enfant qui criait ou se tapait parfois la tête contre les murs, Carole ne peut retenir ses larmes. Le corps parcouru de tremblements, elle répète qu'elle aurait aimé que son mari, homme dépressif, qui a tenté à plusieurs reprises de se suicider, se confie. « Il aurait pu me parler de la rupture avec sa nouvelle compagne, de ses angoisses. J'aurais pu l'aider et Natacha serait encore là ». Isabelle DAMIANO, son avocate insiste également sur la responsabilité du père. « Sa souffrance, on l'entend. Son désespoir, on l'entend. Mais de là, à entraîner dans la mort, l'être que l'on aime le plus, il y a un fossé que l'on ne franchit pas ».

De son côté l'avocat de l'accusé, Me Morgane GILBERT, n'aura pas réussi à convaincre les jurées, pour lequel le problème est beaucoup plus complexe. « Cet homme mérite d'être sanctionné, il le sait. Mais son discernement a été altéré par son désespoir. Sa place aujourd'hui n'est pas en prison, mais à l'hôpital ».

Stéphane LAGOUTIÉRE