Contenu principal

Message d'alerte

Avec le SIESH c'est la possibilité de disposer gratuitement de valises cabines médicales supplémentairesDepuis le mois de juillet 2017, la Conférence des grandes écoles (CGE) porte auprès des pouvoirs publics et des instances internationales le projet de création d’un Statut international d’étudiant en situation de handicap (SIESH). À quelques semaines de la Conférence de Bologne et du Salon handicap à Paris où il sera présenté le 24 et 25 mai prochain, la CGE lance une campagne pour la création de ce statut qui permettrait de limiter les discriminations dont peuvent faire l’objet les étudiants (e)s en situation de handicap dans le cadre de cursus internationaux.

Conference de presse de la rentree universitaire 2016 le 20 septembre 2016La ministre de l’Éducation nationale, Mme Najat VALLAUD-BELKACEM, et le Secrétaire d’État de l’enseignement supérieur Thierry MANDON, ont présenté hier matin lors d’une conférence de presse la rentrée universitaire 2016à l'université Paris Descartes. Inscription, logement, accessibilité des bâtiments, mais aussi des cours, plus que jamais celle-ci reste et demeure plus dix ans après l’instauration de loi de 2005 un vrai parcours du combattant. Pour preuve ils n’étaient ainsi que 1.3 % a pouvoir accéder a des cours en 2015 il seront a peine 1.5 %. Une situation que le "vol" de la ministre de 30 M€ au FIFPH pour assurer le financement de la sécurité n'arrange en rien...

Najat Belkacem, ministre de l'Éducation nationale,à la Conférence des Présidents des Universités le 31 août 2016 © Ministère de l’éducation / Gouvernent.fr 2016À la veille de la rentrée université, voilà qu’une fois de plus le gouvernement Français n’hésite pas à nouveau à vider les caisses des organismes en charge du handicap, après l’AGEFIPH ou le FIPHFP. Dans un Tweet signé Najat Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, le 31 août 2016 précisant que « La rentrée se fera dans des conditions de sécurité renforcée. Nous apporterons 30 M€ pour cela ». Une sécurité des étudiants qui se fera une fois de plus sur le dos des personnes handicapées, et qui a provoqué une colère générale dans le monde associatif, comme chez les étudiants handicapés qui ne sont que 2 %, financé par les fonds du handicap !

Le Groupe APICIL et emlyon business school creent une chaire sante et performance au travailLe 19 mai dernier, Le Groupe APICIL et emlyon business school ont signé un accord de partenariat dans l’objectif d’une création sur le thème « santé et performance au travail ». Un sujet délicat et pourtant essentiel après de nombreux scandales qui ont parfois mené des hommes et femmes au suicide dans des entreprises ou la pression de rentabilité devient de plus en plus forte. Dirigée par Guillaume SOENEN, et d’étudier le lien entre la santé des individus et la performance qui en résulte au travail tant à l’échelle individuelle que collective.

Logo Mission Handi IGSLa mission handicap du Groupe IGS, organise le jeudi 16 avril 2015 de 10h à 13h et de 14h à 17h sur son campus parisien, la 7ème édition de son forum sur la thématique : « Alternance & Handicap : une alliance performante pour poursuivre ses études dans l'enseignement supérieur. ». L'alternance serait-il le tube de l'été pour les personnes handicapées ? En tout cas, cette idée commence à faire son petit bout de chemin dans la tête des entreprises. Preuve en est puisque le Groupe IGS en a fait le thème de sa septième édition de son Forum, qui se tient ce jeudi 16 avril 2015 sur son campus parisien.

Signature convention Universite de StrabourgL'Université de Strasbourg, le CROUS, Vitalliance et la MGEL ont signé une convention de partenariat le 18 mars 2015 sur le campus de l'Esplanade, afin d'améliorer l'accès au logement et aux services de la vie quotidienne des étudiants handicapés inscrits à l'Université de Strasbourg. Une situation qui serait semble t-il la premiere afin de mettre disposition un logement gratuit pour accueillir une auxiliaire de vie qui accompagnera l'étudiant handicapé.

Signé en présence d'Alain BERETZ, Président de l'Université de Strasbourg, Christian CHAZAL, Directeur du CROUS, Géraldine Marceau, directrice Régionale de Vitalliance et Cédric CHEVALIER, Directeur de la MGEL. Cette convention qui devrait pouvoir comme le souligne les signataires, apporter a certains étudiants lourdement handicapés ont parfois besoin d'une auxiliaire de vie sociale présente jour et nuit qui sont parfois un frein supplémentaire a cette inclusion. 

Une convention novatrice...

Pour organiser matériellement cette présence indispensable en résidence universitaire, un logement attenant ou proche du logement de l'étudiant doit être mis à disposition de l'Auxiliaire de Vie Sociale (AVS) qui accompagne l'étudiant dans les actes de la vie quotidienne. Ce logement représente un surcoût pour les familles.

L'Université de Strasbourg et la MGEL se proposent de prendre en charge le coût du logement complémentaire. Une mutualisation des moyens humains et matériels pourrait bien sûr être envisagée dans certaines situations comme celle par exemple d'une tierce personne pour deux étudiants dans la même résidence.

Une convention dont les partenaires s'engagent notamment à adapter le logement géré par le CROUS ou la MGEL aux besoins spécifiques de l'étudiant en situation de handicap et à optimiser l'accompagnement dans la vie quotidienne. Mais aussi à financer le logement de l'auxiliaire de vie sociale accompagnant l'étudiant et à fluidifier l'information entre les partenaires pour anticiper et coordonner les demandes.

« Mener une politique inclusive »

L'Université de Strasbourg qui à travers le Service de la Vie universitaire et sa mission handicap souhaite pouvoir à travers ce dispositif d'accueil et d'accompagnement spécifique pour permettre aux étudiants en Karim Filali Etudiant a l'Universitesituation de handicap de poursuivre leurs études dans les meilleures conditions possibles et donc mener une politique inclusive en faveur des étudiants handicapés dans l'enseignement supérieur.

« Une volonté commune pour ces différents acteurs qui est de conjuguer des actions favorisant le parcours d'études des étudiants handicapés inscrits à l'Université de Strasbourg, en intégrant les besoins spécifiques, les demandes personnalisées et en complétant les dispositifs existants là où ils sont insuffisants pour répondre à des problématiques particulières », comme le précise Alain BERETZ, Président de l'Université

Le premier bénéficaire de cette convention sera Karim FILALI, étudiant en L1 à la faculté des arts en musicologie à l'Université de Strasbourg, en situation de handicap, dont France Handicap Info vous propesera son interview dans quelques jours.

La Rédaction

Affiche Campagne Handi DÀ l’occasion de la journée Handi’D qui aura lieu ce jeudi, l’université Paris-Diiderot se mobilise pour le handicap car elle en a fait un axe majeur de sa politique de responsabilité sociale. Le thème de cette journée sera le : « handicap et le sport ». Durant cette manifestation, les étudiant(e)s pourront s’initier aux différents sports tels que le rugby-fauteuil, le basket-fauteuil, le badminton en fauteuil, le tennis de table en fauteuil ou encore le torball pour les aveugles.

Si on met les moyens en place, les étudiants handicapées peuvent eux-aussi y arriver. Faut-il encore le vouloir alors que les facultés sont bien e retard sur les questions du handicap. Avec 2% d’universitaires handicapés dans les fac, leurs chances de réussite, para rapport aux autres, restent minces. Pourtant à Paris-Diderot, le handicap a sa place. C’est pour cette raison que l’université parisienne organise ce jeudi la journée Handi’D. À travers cette manifestation, elle espère sensibiliser le plus grand nombre d’étudiants face au handicap quel qu’il soit moteur, sensoriel, physique ou mental.

Sous le thème du handicap et du sport, des initiations à la Langue des signes (LSF), des ateliers autour des troubles Dys, des ateliers autour de l’autisme, de la surdité seront organisés à l’occasion de cette manifestation. Par ailleurs, des jeux de société adaptés ainsi qu’un jeu de loi et parcours à la canne pourront également vous distraire. Enfin, les valides pourront s’initier au rugby-fauteuil, au basket-fauteuil, tennis de table fauteuil, la boxe et le volley handisport ou encore au ninjutsu à l’aveugle.

Avec près de 30 000 étudiants, Paris-Diderot s’ouvre à tous les publics très divers. Elle a fait du handicap un axe majeur de sa politique de responsabilité sociale et s’attache à soutenir les étudiants handicapés dans leur parcours scolaire à la faculté. Preuve en est puisqu’il y a 228 universirtaires en situation de handicap inscrit(e)s à Paris-Diderot. L’université parisienne travaille en synergie pour faciliter l’accès au quotidien, à la culture, à la vie associative et au sport pour les étudiants handicapés. Rappelons que 48% d’entre-eux ont réussi leur année. Cela prouve bien qu’avec un peu de volonté, les universitaires en situation de handicap peuvent se former comme les autres afin de pouvoir entrer sur le marché du travail avec toutes les chances de leurs côtés. 

La Rédaction