Contenu principal

Message d'alerte

Un jeune étudiant handicapés non voyant à l'université de LyonNée en 1988 avec son concours de référence d'admissions parallèles, Passerelle s'est constituée en association en 2007 dont Sept écoles membres de Passerelle sont engagées dans le Concours post-bac Handicap Passerelle 2013* dont les inscriptions sont ouverte jusqu'au 24 février 2013. Mise en œuvre pour la 3e année, 2012 avait permis la sélection de 7 candidats pour 5 étudiant admis au final après les épreuves.

Une initiative mise en place a la suite d'un constat de celui de beaucoup d'étudiant en situation de handicap présents dans leur établissement qui n'avaient pas déclaré leur situation alors qu'ils pourraient bénéficier des dispositifs légaux afférents. Aujourd'hui construit avec le partenariat de treize entreprises

Manque d'information ? Peur d'être rejetés ? Souhait de se réaliser en dépassant la notion d'assistance ? Des situations qui comme l'avait déjà mis en avant l'association Starting-Block Handivalide qui le confirme moins de 5 % des titulaires du bac réussit des études supérieur. Un constat qui nous conduit à reconnaître que trop peu de personnes en situation de handicap sont aujourd'hui titulaire d'un diplôme. L'objectif de Passerelle est de contribuer à faire évoluer les mentalités et montrer qu'il est possible de faire des études et d'intégrer des entreprises qui se soucieront d'eux. Puisque que beaucoup affirme que la raison du chômage étant le manque de qualification.

Le Concours post-bac Handicap

Le Concours Handicap Passerelle est un concours de niveau bac organisé en partenariat avec des BTS, IUT ou Bachelors présents dans les régions des Écoles membres participantes. Les candidats admis au concours devront suivre une formation à l'IUT ou en classe de BTS pendant deux ans ou dans un Bachelor pendant 3 ans. Pendant ces deux ou trois années, les étudiants seront considérés comme étudiants de l'ESC dans laquelle ils ont été admis et pourront profiter de modules supplémentaires dans cette école. À la fin des deux ou trois années d'études et à condition d'avoir obtenu le diplôme sans avoir redoublé, ils intégreront l'ESC en 1ère année (pour l'IUT ou le BTS) ou en 2ème année (pour le bachelor) et ce, sans repasser de concours.

Un projet auquel participent également en partenariat treize entreprises de renom tel que Auchan, Groupe BPCE, TF1, Bouygues télécom, Société Générale, IBM, Crédit Mutuel Arkea, Crédit Agricole, La Poste Manpower, Casino, HP, Natixis. Chacune de ces entreprises partenaires accordent un financement annuel pour l'amélioration de l'accessibilité au savoir et aux formations d'excellence des étudiants en situation de handicap. Passerelle s'est engagée à utiliser ces fonds sur des projets spécifique pour lequel une commission a été créer. L'Association Passerelle bénéficie par ailleurs du soutien de l'association Hanploi, de la FEDEEH et de l'association Tremplin « Etudes, Handicap, Entreprises ».

La Commission d'affectation de fonds

Pour compléter le dispositif, Passerelle a également créé une commission d'affectation de fonds destinée aux étudiants actuellement en formation au sein des Écoles membres de Passerelle. Cette commission étudie une à deux fois par an toutes les demandes de financement portant sur l'aménagement et l'adaptation du parcours de formation inhérent au handicap de l'étudiant. Elle vise à faciliter l'accessibilité globale aux études (secrétariats d'examen, preneurs de note, frais de déplacements spécifiques, coûts de logements et de vie supplémentaires dus au handicap ...). Chaque année, entre 20 000 € et 30 000 €, sont alloués à des étudiants pour des situations spécifiques liées à leur handicap et au suivi de leurs études.

Stéphane LAGOUTIERE

*1. EM Normandie 2.EM Strasbourg 3. ESC Grenoble 4. ESC La Rochelle 5. ESC Pau 6. ESC Saint-Etienne 7. Novancia Business School Paris

des étudiants-bénévoles lors des projets Handivalide 2011Parce qu'aujourd'hui encore, on ne compte que 0,5 % d'étudiants handicapés, des étudiants bénévoles s'engagent avec Starting-Block pour une inclusion globale des jeunes avec un handicap. Une action pour préparer le coup d'envoi de la Campagne Handivalides en février 2013. Une campagne qui sera soutenue par sa marraine Marie-Amélie le Fur triple médaillée olympique d'athlétisme des Jeux de Londres. "Mon engagement avec Starting-Block, défendre l'idée selon laquelle chacun doit pouvoir choisir son parcours de formation et son métier selon ce qu'il aime, ce qu'il sait faire, et surtout pas en fonction de son handicap." Affirme telle avec conviction !

Cycle de Formation Handivalides

Une centaine de jeunes adultes viennent se former les 27/28 octobre à Paris à la thématique du handicap et à la démarche de pédagogie active de Starting-Block. Au programme : formation généraliste autour du handicap, ateliers de mises en situation et de gestion de projet.

Une fois formés, c'est parti !

Dès le 12 novembre, cap sur le tutorat Handivalides. Des étudiants bénévoles vont accompagner sur marie amélie le fur marraine campagne handivalidesune année scolaire une centaine de jeunes franciliens en situation de handicap (psychique, auditif et mental). Qu'ils soient dans des établissements spécialisés ou intégrés dans des ULIS (Unité localisée pour l'Inclusion scolaire), les participants pourront au fil des séances s'ouvrir de nouvelles perspectives. Rencontres, découverte d'un métier, travail sur la confiance en soi, l'ouverture à l'autre... Autant d'activités qui doivent les aider à construire leurs projets personnels, étudiants et professionnels.

À partir du 27 novembre aura lieu le lancement des jumelages Handivalides. Il s'agit de classes de collégiens valides et handicapés apprenants à se connaître au cours de trois journées de rencontre sur une année scolaire. Un moyen de dépasser ses préjugés dès le plus jeune âge. Enfin en Fevrier en 2013, pendant près de 4 mois, les étudiants se mobiliseront pour un meilleur accès aux études des jeunes en situation de handicap. 45 établissements et près de 40 associations étudiantes seront impliqués dans cette campagne nationale portée par Starting-Block.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Un jeune étudiant handicapé non voyant Un chiffre qui reflète et ne fait que confirmait la situation de ceux qui sont comme demandeur d'emploi et pour lequel les entreprises reprochent essentiellement leurs manques de qualification. Une situation qui permet à d'autres de trouver une prétendue excuse aussi à leur manque d'embauche. Certes le manque de qualification est une réalité mais comme le confirme la cour des comptes dans un arrêt rendu public le 22 juin (v.article) elle est loin d'être la seule. Désireuse de lutter contre toute discrimination, dont celle du handicap, la mission HAND'IGS du Groupe IGS lutte pour que ce soit le cas en entreprise ou au quotidien. Une occasion unique de se rappeler que la question du handicap est celle de la responsabilité sociale des entreprises et des organismes de formation.

Au-delà des récentes critiques sur le coût des universités ou des grandes écoles avec parfois des coûts passant du simple au double, une situation qui peut être aussi une des premières barrières naturelle. Le Groupe IGS* regroupant huit écoles d'enseignement supérieur, d'organismes de formation, de centres de formation d'apprentis et alternants. Fort de ce quelle considère comme des valeurs sociales, les entreprises et les jeunes en situation de handicap, en privilégiant la rencontre, la sensibilisation, et surtout l'alternance qui leur permet de monter en qualification et en compétences. Une approche du handicap qui répond aux enjeux du marché de l'emploi.

Un groupe qui a accueilli ainsi depuis quatre ans par l'alternance en contrat de professionnalisation ou en contrat d'apprentissage pour l'année 2011-2012 près de 80 personnes en situation de handicap dans le cadre de l'Action de Formation Préalable au Recrutement (AFPR) en Cycle Master 2 professionnel en passant par le BAC et le BTS dans les différentes filières de formation, sur tous les dispositifs : Apprentissage, Alternance, École, Formation Continue.

Un accueil rendu possible sur les responsable de l'IGS à la fois par la formation et la sensibilisation des équipes pédagogiques, mais également la mise en place des aménagements techniques : 15 fauteuils adaptés, 2 PC portables, 6 grands écrans, 5 logiciels d'agrandissement, 1 logiciel de synthèse vocale, 1 boucle magnétique mobile. Mais aussi par des actions organisationnelles (tiers temps, cours de soutien) et des aménagements humains. Des actions menées surtout pour sensibiliser les collaborateurs et les managers de demain, à la fois par le sport, par l'art, par le thème du management et de la relation commerciale, ou enfin de l'accessibilité numérique,

Ainsi a titre d'exemple sur l'accessibilité numérique celle-ci a été rendu possible avec la création d'une une émission interactive Web TV. Les alternants de Master 1 Ressources Humaines du CIEFA- Groupe IGS organisent leur émission interactive qui s'articule autour de questions telles que : « Qu'est-ce que l'accessibilité numérique ? Pour quels sites internet ? Quels outils existent ? Comment mieux exercer son métier lorsque l'on est en situation de handicap? Comment accéder aux métiers du numérique ? ». Réponses de spécialistes et professionnels. Avec également la création d'un village numérique et la démonstration d'outils par 6 entreprises innovantes face au handicap : conversations téléphoniques avec des personnes malentendantes, outils de synthèse vocale, rendre accessible un site web. Ou encore des ateliers d'initiation à la Langue des Signes Française organisés chaque année.

Appel au concours de l'IMIS, attribution de deux bourses

Les-locaux-de-l-IMS-a-LyonFait novateur, l'Institut de Management en Industries de la Santé (IMIS) propose pour la rentré prochaine deux bourses d'honneur* à 2 personnes en situation de handicap pour la rentrée prochaine à Lyon. Une initiative prise au vu des difficultés que ont constaté la mission Hand'IGS sur les problématiques que rencontrent les personnes en situation de handicap à poursuivre leurs études jusqu'à un cursus BAC+4, BAC+5. L'IMIS a donc décidé d'offrir 2 bourses d'honneur* dotées d'une valeur de 9 000 € pour l'une et de 4 000 € pour l'autre afin de d'accueillir dans sa formation, des personnes en situation de handicap et obtenir un titre certifié par l'État, niveau 1. Une réalité bien présente comme la confirmé encore la dernière manifestation organisé par....Un concours qui aura lieu le 3 septembre à Lyon sur le campus du Groupe IGS. Des candidats qui doivent remettre le dossier avant le 28 août 2012. Les cours débuteront le 24 septembre et se termineront le 31 mars incluant un voyage aux États Unis, suivi d'un stage en entreprise.

5ème édition du concours 2012-2013

Devenir son propre entrepreneur et laisser son empreinte éco-citoyenne, tel est le pari du CFA et de l'ESAM depuis 4 ans avec ce concours national qui récompense chaque année les futurs talents de l'entreprenariat éco-citoyen. Il accompagne les candidats dans l'élaboration de son projet autour de 3 enjeux déterminants pour l'entreprise : l'environnement, l'égalité des chances et le Handicap. Une quatrième édition qui avait vu le premier prix décerné à Alexander Hoffman pour son projet « Kar ». A seulement 21 ans, Alexander HOFFMANN, ce jeune prodige de l'informatique a remporté ce prix. Son projet : un logiciel intelligent baptisé « Kar », qui permet d'assister des personnes âgées ou handicapées dans l'utilisation de leur ordinateur. « Grâce à ce logiciel, une personne tétraplégique peut commander son ordinateur par sa voix ou les mouvements de sa tête », avait-il précisé à l'auditoire, impressionné. Il permet aussi de réduire la consommation d'énergie de l'ordinateur de moitié. Une double dimension sociale et environnementale qui avait séduit le jury de ce concours.

Pour ceux qui le souhaite les dossiers pour les prochains prix sont a déposé du 2 au 28 décembre 2012 avec une sélection des finalistes qui sera connu le 8 janvier prochain. Avant que chaque un deux ne soutienne leur projet le 15 février pour une remise des prix le 19 mars 2013.

La Rédaction

affiche handivalide comportant six personnage sur fond noir Avec près 40 journée de mobilisation et de sensibilisation a travers toute la France au sein des universités et grandes écoles et ceux depuis le 9 février. Des étudiants qui pour dernière journée se sont retrouvé au cours d'un World Café, invités à partager leurs connaissances et expériences. L'objectif ? Mutualiser ses données au sein d'un guide consacré à l'accessibilité des associations étudiantes et de leurs activités.

En effet, au-delà de l'accompagnement administratif des étudiants handicapés, quel accès ont-ils aujourd'hui à la vie étudiante : sport, loisirs, culture, fêtes, citoyenneté ? C'est toute la vie associative des universités et écoles qu'il est nécessaire d'interroger. Et dans ce domaine, rien de concret ne se fera sans les étudiants ! Un guide sur l'accessibilité de la vie étudiante, pour passer de la théorie à la pratique ! En 2012, parce qu'une réelle inclusion des étudiants handicapés est l'affaire de tous, Starting-Block et les associations partenaires ont travaillé à la réalisation d'une Charte à destination des associations étudiantes. Ceci afin qu'elles s'engagent à prendre en compte le handicap dans les actions qu'elles proposent.

Mais parce qu'il est fondamental de recueillir les idées et les expériences de chacun, Starting-Block appelle les étudiants, valides et handicapés, qui pour beaucoup se sont mobilisés lors de la Campagne Handivalides, à participer à la réalisation d'un guide pour une vie étudiante accessible. Les idées clés, points de vigilance, difficultés de terrain qui émergeront au cours du World Café serviront donc de base à sa réalisation. Le Guide aura pour vocation de fournir aux étudiants des pistes concrètes pour rendre effectif sur le terrain leurs engagements en faveur de l'inclusion des étudiants handicapés.

Un sentiment et un besoin exprimé par beaucoup, « Je suis convaincue qu'une vie étudiante plus accessible pourra, d'une part, améliorer l'intégration des étudiants handicapés dans leur établissement et d'autre part, contribuer à ce qu'il y ait plus d'étudiants handicapés dans l'enseignement supérieur. », raconte Orianne, étudiante, à l'origine d'un projet de charte sur l'accessibilité des événements étudiants à Sciences Po.

A propos de la Campagne Handivalides

La Campagne Handivalides, c'est chaque année 4 mois de sensibilisation et de mobilisation portée par l'association Starting-Block dans les établissements d'enseignement supérieur. Les journées Handivalides, à travers des témoignages, des rencontres avec des structures spécialisées et des mises en situation (repas à l'aveugle, parcours en fauteuil, initiation à la langue des signes...), permettent une meilleure perception de la complexité des situations de handicap afin de susciter des comportements adaptés. Sont ainsi abordées des questions telles que l'accueil d'étudiants handicapés, l'orientation des jeunes en situation de handicap dans les études supérieures ou encore la question de leur insertion professionnelle.

La Rédaction

2012.03.23.logo des trois chairesDans son rapport triennal remis en juin 2011, l'Observatoire national sur la formation, la recherche et l'innovation sur le handicap (ONFRIH) préconisaient d'« inscrire le handicap comme priorité thématique nationale pour la recherche et l'innovation ». Une évolution qui devrait permettre d'affirmer une meilleure compréhension dans nos sociétés et qui a été présentée officiellement hier au Collège de France.

Un enjeu confirmé lors de la Conférence nationale du handicap du 8 juin 2011, dont les conclusions invitent à faire du handicap un des axes stratégiques de la recherche en France. Parmi les mesures à mettre en place immédiatement, l'État entérinait ainsi la création de trois chaires de recherche « Handicap et sciences sociales » à la Maison des sciences sociales du handicap de l'École des hautes études en santé publique (EHESP), dirigée par Jean François RAVAUD.

Trois chaires portant successivement sur le lien social et santé dont le titulaire dirigé par Claude MARTIN, directeur de recherche CNRS. La participation sociale et situation de handicap dont le titulaire est Jean François RAVAUD, directeur de recherche INSERM. Enfin, le handicap psychique et décision pour autrui dont le titulaire est Florence WEBER, professeur à l'ENS Paris.

L'EHESP

Rappelons que l'école des hautes études en santé publique (EHESP) est un établissement public de l'État à caractère scientifique, culturel et professionnel. L'EHESP est membre fondateur du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Sorbonne Paris Cité, membre associé de l'université européenne de Bretagne (UEB) et membre de la conférence des grandes écoles.

Plate-forme pour l'enseignement et la recherche en santé publique, l'EHESP est structurée selon cinq départements (biostatistiques et épidémiologie /santé, environnement et travail/Institut du management/sciences humaines, sociales et des comportements de santé/sciences infirmières et paramédicales) intégrés dans un projet interdisciplinaire avec des centres de recherche). L'EHESP propose des filières de formation de cadres des trois fonctions publiques, des spécialités de diplôme national de master, de mastères spécialisés, d'ingénieur, de doctorat et une offre très riche de formation tout au long de la vie.

La Rédaction

Constitué de quatre grands pôles de formation*, celui-ci devrait permettre à court terme répondre a l'augmentation des capacités de formation de l'ISRP d'étudiants en psychomotricité. Nora BERRA, la Secrétaire d'État, a la santé, ainsi dévoilé la plaque de cet immeuble de 2500 m², anciennement propriété de la MGEN. Une journée Nora BERRA, au côté Madame Élisabeth HUBERT, ancienne ministre de la Santé en 1995 et de Monsieur BAGUET Député Maire de Boulogne Billancourt et de Monsieur Gérard HERMANT le Directeur de cette établissement, inaugurant le nouveau pôle le jour  anniversaire des 38 ans du Diplôme d'État de psychomotricien en présence de plus de cinq cent élèves.Nora BERRA, au côté Madame Élisabeth HUBERT, ancienne ministre de la Santé en 1995 et de Monsieur BAGUET Député Maire de Boulogne Billancourt et de Monsieur Gérard HERMANT le Directeur de cette établissement, inaugurant le nouveau pôle le jour anniversaire des 38 ans du Diplôme d'État de psychomotricien particulière puisque le 15 février correspondant a la date anniversaire de la création du diplôme d'État.

Prévue dans le Plan Alzheimer 2008/2012 dans lequel deux mesures qui prévoyaient notamment une augmentation substantielle du nombre de psychomotriciens formés durant cette période. L'augmentation des capacités de formation de l'ISRP d'étudiants en psychomotricité permettra de répondre à un besoin réel évolution. Des études récentes, qui montrent que les cas de dyspraxie, de dyslexie et de dysgraphie, chez les jeunes entre 6 et 11 ans, sont en constante évolution.

Enfin, on a pu constater au travers de la montée des risques psychosociaux, l'importance du rôle que pourrait jouer l'entreprise dans la prévention de certaines pathologies liées à l'âge, pour peu que le monde du travail dispose d'outils et de professionnels dument formés, or il n'existe pas à ce jour de traitement médicamenteux. L'analyse de cette situation, juxtaposée aux nécessités de prises en charge psychomotrice déjà relevées, a mis en évidence des besoins considérables de formation de psychomotriciens.

Face à la demande du ministère de la Santé aux Instituts de formation en Psychomotricité d'accroître leur capacité de formation. l'ISRP a répondu favorablement à cette demande en créant notamment un Institut à Marseille et en développant largement l'accueil de son Institut parisien, le passant de 84 à 210 étudiants en psychomotricité. Un triplement qui a nécessité l'acquisition de nouveau locale répondant à toutes les normes de sécurité, d'accessibilité et d'enseignement de la psychomotricité.

Au final se sont ainsi plus 1300 étudiants qui vont se répartir dans ses locaux de ce pôle euro universitaire de la santé** où se retrouveront les 700 étudiants en psychomotricité de l'ISRP, 400 stagiaires de Formation complémentaire (Pratiques avancées niveau Master, Diplôme universitaire en convention avec les Universités de Paris Ouest/Tours/Murcia/Vérone) et 200 étudiants préparant les concours d'entrée en écoles paramédicales.

La Rédaction

 

* Le pôle euro universitaire de la santé est constitué de : L’ISRP (Institut de Formation en Psychomotricité). Expersanté (Préparation aux concours paramédicaux). De l’UEFP (Unité Européenne de Formation Permanente) et enfin l’ALIP (Alliance Linguistique Interculturelle de Paris)

** Ces entités vont constituer un véritable, pôle dont la vocation est d’assurer : Des formations initiales (grade L ou niveau M1, prévu par la réingénierie). Du développement professionnel continu (dont les textes sont à l’étude au Ministère de la Santé).Des mises à niveau préparant aux concours. Des formations complémentaires de type M2 en convention avec des universités françaises et étrangères. Des échanges européens (Erasmus) ou internationaux en lien avec Campus France. Des recherches fondamentales. Des coopérations de formations sanitaires (Kiné, Psychomotricien, Ergo, Orthophonie). Et d’assurer la coopération des établissements privés assurant des missions de service public et l’université française.

Martin Malvy, Président de la région Midi-Pyrénées, a inauguré en présence de plusieurs personnalités locales les deux nouvelles résidences universitaires Maryse Bastié et l'Aérophile. Ce sont ainsi plus 500 nouveaux appartements qu'occupent depuis la rentrée 2011 les étudiants de la région. Parmi ces logements environ une vingtaine ont 2012.02.06.inaugurations-des-residences-universitaires-maryse-bastie-et-l-aerophileMartin MALVY, a droite dans la résidences universitaires en face de lui un jeune étudiant et a gauche de ce dernier Nicole BELLOUBET, 1ere vice-présidente du conseil régionale en charge de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Une cérémonie à laquelle a participé Olivier DUGRIP, recteur de l'Académie de Toulouse, Stéphane CARASSOU, adjoint au maire de Toulouse, Thierry Bégué, directeur du CROUS, Jean-Pierre Cremer, Alain Carréaménagé pour pouvoir accueillir des étudiants handicapés de plus en plus nombreux. Un investissement nécessaire pour les universités de la région situées en 3e  position après Paris, Lyon, la ville de Toulouse qui accueille près de 75 000 soit près 17,78 % de la population.

Deux résidences construites sur des terrains de la région. La première érigée sur le site du lycée Renée-Bonnet compte 277 logements et un logement de fonction, construits par la SA HLM « le Nouveau Logis Méridional ». Une résidence qui tire son nom de l'aviatrice nièce de l'ingénieur Clément Ader. Des appartements d'une surface de 16 à 20 min 2 s pour les T1 et de 35 à 38 m2 pour les T2 auxquels s'ajoutent locaux communs et de stationnement. Une résidence universitaire située à côté de la résidence universitaire Clément Ader, avec laquelle des équipements et des personnels seront mutualisés.

Pour la résidence universitaire l'Aérophile qui tire son nom d'une première revue française consacrée à l'aviation. Ce sont là 235 logements et appartement de fonction qui ont réalisé par la SA HLM « Cité Jardins ». C'est dans ce bâtiment que l'on était prévu les studios 20 à 27 m2 permettant d'accueillir des personnes à mobilité réduite et de 30 à 32 m2 pour les T2.

Une offre encore trop insuffisante

Alors que Toulouse reste et une ville jeune et que celle-ci ne cesse de progresser la baisse de ses étudiants reste une réalité, une situation qui ne contredit en rien le manque de logement. Concernant les étudiants à mobilité réduite, passée de 700 dans les années 1980, puis 7600 en 2004 et en 10 000 recensés à la rentrée en 2011 sur les 2 359 200 étudiants. Un chiffre qui pourtant n'est guère satisfaisant ceux-ci ne représentant encore que 0,5 % des effectifs totaux ! À Toulouse où les étudiants seraient environ 79 000, les étudiants handicapés ne seraient qu'au nombre de 401.

Malgré tout, le logement reste un souci majeur, parfois l'élément leur obligeant à choisir le lieu de leurs études. Si il vrai que la région Midi-Pyrénées a produit un efforts important ces dernières années et a permis grâce à cela d'améliorer de façon continue l'accès au logement universitaire aux personnes à mobilité réduite, celui-ci reste difficile. Un dossier d'autant plus essentiel au vu du secteur privé où cela reste exceptionnel. Le secteur des bailleurs sociaux et lui en amélioration, mais loin des atteintes.

Il n'en reste pas moins que la ville universitaire ne dispose avec ses derniers logements universitaires de moins d'une cinquantaine d'appartements, comme les vingt logements domotisés de la résidence universitaire Clément Ader, sur le site de l'Université Paul Sabatier. Ces derniers permettant d'accueillir des étudiants handicapés dépendants devant être secondés pour certains actes de la vie quotidienne. Au total, ces nouvelles constructions neufs supplémentaires pour les étudiants toulousains, ne permette d'atteindre péniblement que 0,8 % des logements consacrés aux étudiants handicapés. 

De son côté le CROUS dispose de chambres ou logements spécialement aménagés pour les différents types de handicaps et de très nombreuses chambres ou logements accessibles. La demande de logement en résidence universitaire s'effectue par la constitution du dossier social étudiant (DSE), qui est le document unique pour toute démarche auprès du CROUS. Cette demande s'effectue sur le site du CROUS entre le 15 janvier et le 30 avril précédant la rentrée universitaire.

Un investissement nécessaire...

Un financement ou la région a mis à disposition les deux terrains situés aux abords des lycées et a apporté un complément de financement global à hauteur de 311 000 €. Un budget qui rentre le cadre du contrat de projets Etat-Région(CPER) 2007-2013, la Région a déjà consacré près de 6 M€ pour la construction de 1 119 logements et la rénovation de 1 160 chambres. Par ailleurs, la Région a lancé à la rentrée 2011, un dispositif de garantie régionale pour l'accès des étudiants au logement locatif, en partenariat avec le CROUS et le PRES. La Région garantit au bailleur le paiement des loyers et charges locatives en cas de défaillance du locataire, pour des étudiants français ou étrangers qui n'ont pas de garants ou de cautionnaires. La garantie couvre au maximum dix mensualités de loyers, plafonnés à 500 € par mois pour un étudiant vivant seul ou en colocation et à 650 € par mois pour un étudiant vivant en couple. À ce jour, plus de 1 000 étudiants ont déjà bénéficié de la garantie régionale depuis sa mise en place.

La Rédaction