Contenu principal

Message d'alerte

Affiche Appel au candidat élection europenneDu 22 au 25 mai, les électeurs européens sont appelés à choisir les 751 représentants qui siègeront au Parlement européen pour les cinq prochaines années. La Fédération des APAJH, première association tout handicap, invite les candidats républicains à l'euro députation, à s'engager avec détermination pour l'accessibilité universelle afin de garantir l'égalité des droits à tous les citoyens. Pour cela, elle a conçu un appel, intitulé « Nos priorités, vos engagements : l'accessibilité universelle pour une Europe citoyenne ». Des candidats ont déjà répondu.

Un appel qui aura été néanmoins très dur a faire entendre tant par la diversité des listes que des candidats, mais surtout dans une campagne européenne quasi absente de la vie politique française et ceux notamment moins de deux mois après les élections municipales.

Un appel pour une société inclusive !!!

La Fédération des APAJH ui aura souhaité adressé à travers ce message quatre priorités pour que l'Europe s'inscrive comme une opportunité pour la construction d'une société inclusive ou 80 millions de citoyens vivant au sein de l'Union européenne sont en situation de handicap.

Des députés européens, qui ont en représentant 390 millions de personnes de 28 nationalités différentes, selon l'association, l'opportunité de construire une société plurielle et inclusive pour l'ensemble des citoyens de l'Union européenne. L'APAJH est déjà engagée dans les problématiques européennes : elle est membre fondatrice du Conseil français des Personnes handicapées pour les questions européennes. Aujourd'hui, elle appelle de ses voeux leurs signatures sur quatre priorités.

Quatre priorités dans lesquelles s'adresse notamment la prise en compte du handicap dans l'ensemble des programmes d'éducation, de culture, de santé, d'emploi et de transport. Ainsi que la garantie de l'égalité et des droits de chacun ainsi que la lutte contre toute forme de discrimination.

Mais aussi le respect des engagements pris par la France lors de la ratification de la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes en situation de handicap. Avec enfin la mise en oeuvre de la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap par l'accès aux fonds européens

Pour Jean-Louis Garcia, président de la Fédération des APAJH, « l'Union européenne, dans son action pour la modernité, représente une opportunité de faire évoluer les sociétés en son sein. Les députés européens ont la charge de voter le budget et les lois de l'Union, qui, à terme, s'imposent dans les législations nationales. Ils ont donc un rôle majeur à jouer dans la promotion et la diffusion du concept d'accessibilité universelle ».

Les candidats français s'engagent pour une Europe garantissant l'accès à tout pour tous

Monsieur Éric ANDRIEU, Monsieur Jean-Paul DENANOT, Madame Sylvie GUILLAUME, Monsieur Vincent PEILLON, Madame Christine REVAUT D'ALLONNES-BONNEFOY, Madame Catherine TRAUTMANN, candidate de la liste « Choisir Notre Europe » du Parti Socialiste et du Parti Radical de Gauche ; Monsieur Philip CORDERY, Secrétaire national du Parti Socialiste à l'Europe, Monsieur Guillaume LARRIVE, directeur de campagne de l'UMP aux européennes ; Madame Marielle DE SARNEZ, candidate de la liste « les Européens » du MODEM et de l'UDI ; Monsieur Jean-Philippe TANGUY, de la liste « Debout la France », de Debout la République, se sont déjà engagés à promouvoir l'accès à tout pour tous.

Une liste des signataires de l'appel de la Fédération des APAJH dont vous pouvez retrouver une mise en ligne régulièrement sur le site apajh.org.

La Rédaction

One Of Us reponses a son questionnaire bioethiqueA la veille des élections européenne en France, la Fondation Jérome LEJEUNE ainsi que trois associations, l'AFC, CPDH et l'Alliance VITA, avait présenté aux candidats une série de questions élaborée par le « Le comité citoyen ONE OF US ». Un questionnaire composé de douze questions, permettant aux citoyens de connaître la position des candidats sur les principales questions bioéthiques Il a été transmis aux listes les plus représentatives. Des têtes de liste qui ont répondu et dont voici le résultat ! Plutôt surprenant.

Premier enseignement pour ONE OF US : les candidats ou les listes qui ont répondu au questionnaire manifestent un intérêt particulier pour les enjeux bioéthiques à l'échelle européenne. Avoir pris du temps pour répondre signifie qu'ils considèrent comme un outil démocratique important. Pour la France, ayant reçu deux types de réponses de la part des candidats. Certaines listes ont envoyé une réponse globale pour tous leurs candidats. Des candidats ont pris l'initiative de répondre individuellement. Des réponses qui proviennent majoritaire de liste plutôt catholique et consavatrice.

Ainsi ont peut noter l'adhésion complète aux questions pour des listes comme celle de la « Liste Force Vie » dont Mme Christine BOUTIN et tête de liste en Île-de-France, ou encore celle Liste Debout la France du parti Debout la République ou encore la liste « Nous citoyens » et la liste « Bleu Marine ». A noter que M. Renaud MUSELIER (tête de liste UMP - Sud-Ouest) ayant fait le choix par l'intermédiaire de M. Renaud MUSELIER (tête de liste - Sud-Ouest) a répondre positivement à 10 questions sur 12. Il ne s'est prononcé ni sur l'avortement tardif ni sur la sélection prénatale des foetus porteurs de trisomie 21.

L'UMP qui néanmoins à travers la liste "Pour la France agir en Europe" : s'oppose à l'autorisation de la recherche sur l'embryon, à la PMA/GPA pour les couples homosexuels et à l'euthanasie. L'UMP s'engage à défendre la liberté de conscience dans les « situations où le droit à la vie est menacé. » En revanche, sur l'avortement et la sélection prénatale, l'UMP n'affiche pas de positions claires.

La liste Europe Écologie : ayant elle tenue à adresser une réponse « par souci démocratique » mais n'a apporté aucune réponse au questionnaire. Les responsables partis politiques du parti ayant uniquement indiqué que ses interprétations des droits fondamentaux sont « essentiellement antagonistes avec les positions de ONE OF US ».

Des absences de réponses surprenantes !

Manque de volonté ou absence de volonté politique certains auront préféré ne pas répondre a ce questionnaire parmi eux, les listes les Européens (UDI Modem), Choisir notre Europe (PS) et Front de gauche, n'ont apporté aucune réponse, ni globale, ni individuelle. Cette absence de réponse interroge.

Pourquoi un questionnaire sur ces enjeux ?

Les enjeux de bioéthique ne relèvent pas de la compétence de l'Union européenne, au sens de la compétence législative. Sur ces sujets, il appartient à chaque État membre de légiférer dans son propre pays. Néanmoins, les élus européens ont une responsabilité sur ces enjeux, via le vote du budget européen et l'adoption de rapports parlementaires. Une raison qui donc était le moteur selon ces instigateurs pour que les « les citoyens ont besoin de connaître les positions des candidats sur ces sujets ».

Un budget est l'expression d'une politique. L'Union européenne finance des programmes de recherche scientifique dont certains conduisent selon la Fondation a ce qu'elle nomme comme la destruction d'embryons humains.

D'autre part, en matière d'avortement, l'Union européenne accorde des crédits dans le cadre de programmes destinés à développer la « santé génésique et sexuelle des populations » dans des pays tiers.

Par ailleurs, des rapports parlementaires portant sur des enjeux de bioéthique sont régulièrement débattus et mis au vote par les eurodéputés.

Des exemples récents : le rapport Estrela pour ériger l'avortement comme droit fondamental (septembre 2013); le rapport Lunacek prônant la PMA pour les femmes célibataires et lesbiennes (février 2013); ainsi que le rapport « Généricide : les femmes manquantes » sur la sélection prénatale des filles (juin 2013). Des raisons justifient donc de demander aux candidats leur engagement sur l'ensemble des points abordés par le questionnaire de bioéthique.

La Rédaction

Affiche de l’ADAPT pour ces dix engagements de sa charte européensA cinq jour du scrutin qui aura lieu le 25 mai 2014 et a la veille d'un taux d'abstention record qui pourrait atteindre 60 %, l'ADAPT a souhaité interpeller aujourd'hui tous les députés européens, les partis et les candidats aux élections européennes 2014, avec 10 engagements à faire respecter et mettre en œuvre pour que les personnes handicapées puissent vivre une vie de citoyen à part entière.

Dix engagements qui ont été traduits en anglais, allemand et espagnol pour interpeller le plus grand nombre de parlementaires.

Avec une population de 80 millions de personnes sont en situation de handicap au sein de l'union européenne, soit plus de 15% de la population. Au-delà des autres difficultés rencontrées dans le quotidien, l'emploi reste un problème très préoccupant avec un taux de chômage de 20% qui constitue un taux moyen deux fois plus élevé que chez les personnes valides.

Il s'agit là d'une discrimination d'autant plus importante et inacceptable selon l'ADAPT qui rappel dans son communiqué que la Convention internationale des Nations-Unies relative aux droits des Personnes handicapées (CIDPH) ratifiée par l'Union européenne et l'Etat français précise dans son article 27 : « Les États Parties reconnaissent aux personnes handicapées, sur la base de l'égalité avec les autres, le droit au travail, notamment à la possibilité de gagner leur vie en accomplissant un travail librement choisi ou accepté sur un marché du travail et dans un milieu de travail ouvert, favorisant l'inclusion et accessible aux personnes handicapées. Ils garantissent et favorisent l'exercice du droit au travail, y compris pour ceux qui ont acquis un handicap en cours d'emploi, en prenant des mesures appropriées, y compris des mesures législatives. ».

Un pari sur un engagement sur le travail des parlementaires pour lequel très peu ont véritablement abordé ce dossier lors des cessions du Parlement a Strasbourg et qui comme l'indique un extrait du texte fondateur de l'association, « La citoyenneté n'a plus aucun sens lorsque la personne en situation de handicap ne se sent pas reconnue ; l'intérêt pour la Cité et la vie politique disparaît. »

La Rédaction

Logo du Manifeste Europe édité par le CISSFace un scrutin et débat qui peine, le CISS vient de réussir a obtenir la réponse voir leurs engagements sur deux questions précises en France après leur avoir adressé son Manifeste pour « faire de la santé une vraie priorité en Europe ». Si les réponses entre les nationalistes, conservateurs et libéraux se différencient, celui du droit à la santé fait l'objet d'un consensus.

Un manifeste qui fait l'unanimité

Si les principaux partis politiques en lice pour cette élection européenne s'entendent sur l'importance à accorder aux enjeux de l'accès aux soins et des droits des patients, on note des approches différentes sur les priorités à mettre en œuvre pour y parvenir :

Certains insistent davantage sur les mesures à prendre en matière économique et sociale pour garantir l'accès aux soins en cette période de crise (Parti socialiste, Front de gauche, Europe Écologie Les Verts, Bretagne pour une Europe sociale), sujet qui peut aussi amener à interroger la place de l'Europe et de son pouvoir de subsidiarité vis-à-vis des États membres en matière de protection sociale (Front national).

D'autres voient la dimension européenne de la santé devoir s'exprimer sur les coopérations nécessaires en matière de recherche médicale d'un point de vue scientifique ou socio-économique (UMP, Alternative UDI-MoDem), ou encore vis-à-vis des enjeux nouveaux tels la mobilité des professionnels de santé, la démographie médicale ou le vieillissement de la population (Parti socialiste).

Enfin l'importance d'une approche nouvelle de la santé, orientée sur ses déterminants environnementaux, est également mise en avant comme une perspective à développer au niveau européen (Europe Écologie Les Verts, CAP 21 Europe citoyenne).

Un manifeste signé par 41 candidats

De leurs cotés les candidats eux soutenu de façon inégalement ce manifeste du CISS. En l'état, le Manifeste du CISS a été signé par 17 candidats Europe Écologie Les Verts (dont 8 têtes de liste), 10 candidats du Parti socialiste (dont 3 têtes de liste), 7 candidats Front de gauche (dont 2 têtes de liste), 2 candidats L'Alternative UDI-MoDem (dont 1 tête de liste), 1 candidate Front national. Il est à noter qu'aucun candidat UMP n'a jusqu'ici signé notre Manifeste. Par ailleurs, 1 candidate tête de liste de « CAP 21 Europe citoyenne » et le candidat tête de liste de « Bretagne pour une Europe sociale » nous ont également apporté leur soutien.

Traité transatlantique : de l'attentisme à la claire opposition

A la question de savoir quelles sont les conséquences prévisibles sur la santé des populations du « traité transatlantique de libre-échange États-Unis / Union Européenne » (TAFTA) en négociation, tous les partis déclarent que leurs candidats élus au Parlement seront très attentifs aux risques d'atteinte des critères élevés de qualité en vigueur en Europe en matière de système de soins et de dispositions pour préserver la santé.

Sur la base de ce constat commun, les stratégies divergent toutefois entre les partis qui affirment dès maintenant leur claire opposition à ce traité étant donnée leur perception des risques en jeu (Front de gauche, Europe Écologie Les Verts), de ceux qui préfèrent réserver leur positionnement pour le moment où ils auront pu disposer d'un traité suffisamment abouti qui soit soumis au vote des parlementaires (UMP, Alternative UDI-MoDem.

Le Parti socialiste qui insiste beaucoup sur toutes les dispositions déjà prises par ses députés européens sortants pour encadrer le cours des négociations). Le Front national adopte une position intermédiaire en dénonçant les conséquences « gravissimes évidentes » de ce traité.

La Rédactiion 

Retrouvez l'intégralité des réponses apportées par chaque parti ayant répondu et les noms des candidats signataires site d'information France Handicap Info.

Application pour les élection européenne FnathLancé il y a quelques semaines cette application qui semble avoir un certain succès dans une France les panneaux electoraux malgré un nombre important de liste reste vide. Une application qui devient selon ces concepteurs, « devient encore plus interactive ». Il est désormais ainsi possible maintenant de poster sa propre revendication que la Fnath transmettra aux députés européens élus, ainsi que de partager ses revendications sur son mur Facebook.

Mais aussi de de retrouver toutes les informations sur les élections, le fonctionnement des élections et l'impact de l'Union européenne sur la vie des personnes handicapées. L'opinion étant essentiel, vous êtes invités à donner votre avis sur 20 revendications pour améliorer l'Europe et la rendre plus en adéquation avec les attentes des personnes handicapées.

A un mois des élections européennes, la FNATH informe et mobilise l'ensemble des électeurs, et plus particulièrement les électeurs handicapés, sur le web en lançant un appli, disponible gratuitement sur tablette et smartphone, Apple et Androïd. Objectif : informer sur l'Union Européenne, son impact sur le quotidien des personnes handicapées et surtout en invitant à une mobilisation en votant sur près de 20 revendications.

L'Union Européenne compte actuellement environ 80 millions de citoyens handicapés. Quelles sont les législations mises en place par l'Union Européenne dans le domaine du handicap ? Que proposent les candidats pour les élections à venir ? Comment mobiliser les élus sur cette problématique ? L'application Europe & Handicap donne la possibilité aux personnes handicapées de développer une citoyenneté européenne active en les invitant à faire entendre leur voix.

Son interactivité, sous la forme d'un mur virtuel des revendications, ainsi que son accessibilité, avec des fonctionnalités pour les malvoyants (gestion du contraste, adaptation de la taille des caractères) font de cette application un outil innovant et inédit pour la prise en compte des citoyens handicapés dans les processus de décision institutionnels européens.

Pour rappel celle application comporte plusieurs rubrique : 

  • la première, « l'Europe citoyenne », qui s'adresse à tous les citoyens, s'adresse à tous les citoyens qui souhaitent mieux comprendre le fonctionnement des institutions européennes, des élections qui se dérouleront le 25 mai prochain ou encore les programmes des partis politiques.
  • la deuxième, « Europe & Handicap », qui s'adresse plus particulièrement aux personnes handicapées et à leurs familles, donne des exemples concrets de l'impact de l'Union européenne dans le quotidien des personnes handicapées, qu'il s'agisse par exemple de la lutte contre les discriminations, de l'emploi ou encore de l'accessibilité.
  • la troisième, « A moi de voter », dresse une liste de revendications autour d'une vingtaine de thématiques, notamment la pauvreté et l'exclusion, la réduction des dépenses sociales, la liberté de circulation, l'accès aux soins ou l'implication des personnes handicapées. Il est ainsi possible par exemple de s'exprimer pour l'adoption de l'Acte européen de l'accessibilité ou encore la protection des femmes handicapées contre toutes les formes de discrimination ...

Une application gratuite est téléchargle sur Androïd et Apple.

Application Handicap & Europe FNATHAlors que la commission de bruxelle rendra officiellement un rapport sur x, a un moins d'un des élections la FNATH informe et mobilise l'ensemble des électeurs, et plus particulièrement les électeurs handicapés, sur le web en lançant un appli, disponible gratuitement sur tablette et smartphone, Apple et Androïd.

Objectif pour la FNATH, informer sur l'Union européenne, son impact sur le quotidien des personnes handicapées et surtout en invitant à une mobilisation en votant sur près de 20 revendications.

Face a Europe de plus de 80 millions de citoyens handicapés la Fédération posant quelles sont les législations mises en place par l'Union européenne dans le domaine du handicap ? Que proposent les candidats pour les élections à venir ?

Mais aussi, comment mobiliser les élus sur cette problématique ? L'application Europe & Handicap donne la possibilité aux personnes handicapées de développer une citoyenneté européenne active en les invitant à faire entendre leur voix.

Plusieurs rubriques autour d'une question l'Europe

La première, « l'Europe citoyenne », qui s'adresse à tous les citoyens, s'adresse à tous les citoyens qui souhaitent mieux comprendre le fonctionnement des institutions européennes, des élections qui se dérouleront le 25 mai prochain ou encore les programmes des partis politiques.

La deuxième, « Europe & Handicap », qui s'adresse plus particulièrement aux personnes handicapées et à leurs familles, donne des exemples concrets de l'impact de l'Union européenne dans le quotidien des personnes handicapées, qu'il s'agisse par exemple de la lutte contre les discriminations, de l'emploi ou encore de l'accessibilité.

La troisième enfin intitulé : « A moi de voter », dresse une liste de revendications autour d'une vingtaine de thématiques, notamment la pauvreté et l'exclusion, la réduction des dépenses sociales, la liberté de circulation, l'accès aux soins ou l'implication des personnes handicapées. Il est ainsi possible par exemple de s'exprimer pour l'adoption de l'Acte européen de l'accessibilité ou encore la protection des femmes handicapées contre toutes les formes de discrimination ...

Son interactivité, sous la forme d'un mur virtuel des revendications, ainsi que son accessibilité, avec des fonctionnalités pour les malvoyants (gestion du contraste, adaptation de la taille des caractères) fait de cette application un outil innovant et inédit pour la prise en compte des citoyens handicapés dans les processus de décision institutionnels européens.

Une application soutenue par le gouvernement

Conçue par MT Cultures et le studio de création lyonnais, DOWiNO, qui conçoit de sérieuses games de produit, applications mobiles et films d'animation pour le compte d'organisations publiques et privées afin de sensibiliser, éduquer et former à des problématiques de développement durable, de responsabilité sociale, de santé publique et de solidarité.

Cette application à fait l'objet du soutien financier du Ministère des Affaires étrangères et de la commission européenne dans le cadre du partenariat de gestion pour la communication sur l'Europe ainsi que le soutien de la Fondation de France.

La Rédaction

Les députés français ont procédé à l'élection des présidents des huit commissions permanentes de l'Assemblée nationale et, comme prévu, tous les candidats PS ont été élus à l'exception de celle des Finance ©AFP Après l'élection de Claude BARTELONNE à la présidence de l'Assemblée nationale par 298 voix et l'abstention notamment des verts, l'hémicycle réunit aujourd'hui vient de finir de distribuer les postes avec les huit présidents des commissions permanentes. Parmi eux, sept PS, un UMP et trois femmes, là encore la parité est loin d'avoir été respecté....

Des socialistes qui auront été dur en affaires, semblent-t-ils oubliant certaines de leurs obligations encore les écologistes. Des socialistes qui ont en effet décidé de présider toutes les commissions ont à l'exception de la commission des Finances, qui revient désormais de droit à l'opposition et sera présidée par L'UMP Gilles CARREZ et Christian ECKERT (PS) rapporteur général.

Les femmes qui présideront trois commissions avec Élisabeth GUIGOU, candidate malheureuse à la présidence de l'Assemblée, aux Affaires étrangères, Patricia ADAM à la Défense et Catherine LEMORTON aux Affaires sociales. Comme prévu, Jean-Jacques Urvoas a été élu à la présidence de la commission des Lois, François BROTTES aux Affaires économiques, Patrick BLOCHE qui avait été notamment contempteur dans la loi d'Hadopi, présidera les Affaires culturelles et Jean-Paul CHANTEGUET au Développement durable. Le groupe écologiste avait réclamé en vain la présidence de cette dernière commission, mais le groupe PS a refusé, qui entraînera la colère de Noël MAMÈRE.

Du côté des membres de l'ancien gouvernement, il semblerait l'ancien Premier ministre François Fillon, ira à la commission des Affaires étrangères, a-t-on appris de source parlementaire. François Baroin, Valérie PECRESSE, Xavier BERTRAND, Laurent WAUQUIEZ, Bruno le MAIRE, Éric WOERTH, Christian ESTROSI, siègent à la commission des Finances, souvent considérée comme la plus prestigieuse.

À noter que le nouveau député Gilbert COLLARD, élu avec le soutien du front national et avocat de profession, siégera à la commission des Lois. Marion MARÉCHAL-LE PEN siégera aux Affaires culturelles. Prochain rendez-vous important à l'Assemblée est la déclaration de politique générale du premier ministre Jean-Marc AYRAULT le 3 juillet, qui sera suivi d'un vote comme l'a annoncé Alain VIDALIES, ministre chargé des Relations avec le Parlement.

Un bureau compose la veille

Claude BARTELONNE, qui la veille après avoir lu les noms des vice-présidents, questeurs et secrétaires du bureau, le tout nouveau président de l'Assemblée nationale aura clos la séance. Un bureau qui représente la plus autorité de l'Assemblé et composé de 22 membres qui exerce une compétence générale sur l'organisation et son fonctionnement interne. Un bureau qui comprend après un accord entre les présidents des groupes trois vice-présidents socialistes, deux UMP est un écologiste. À noter que le bureau est lui renouveler chaque année.

Stéphane LAGOUTIÉRE