Contenu principal

Message d'alerte

Un jeune garçon déficience mental tenant dans ma main sa carte d’électeur qu'il montre avec fierté !©unapei Derniers français à avoir conquis le droit de vote en 2007, les personnes handicapées mentales iront voter sans connaître les engagements des deux candidats à leur égard. Tels et le constat que dresse l'UNAPEI dans son communiqué. Depuis décembre 2011, l'UNAPEI n'a eu de cesse d'interpellé les candidats à l'élection présidentielle pour qu'ils se rendent accessibles aux personnes handicapées mentales en enregistrant une vidéo exposant leurs engagements avec des mots simples.

Support le plus adapté aux difficultés liées de la déficience intellectuelle. Aujourd'hui, à quelques heures du débat présidentiel l'UNAPEI attend toujours les vidéos des deux candidats au second tour. Bien qu'ayant reçu des réponses écrites de Jean‐Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont Aignan, François Hollande et Nicolas Sarkozy, à ce jour, seule Marine le Pen s'adresse en vidéo aux personnes handicapées mentales.

Le 6 mai, ce sont donc 400 000 citoyens handicapés mentaux qui iront voter avec amertume, sans connaître l'engagement du futur Président de la République à leur égard. Être citoyen, c'est être reconnu comme membre à part entière de la société. C'est pouvoir prendre part à la vie collective en accédant aux mêmes droits et en exerçant les mêmes devoirs que les autres. La conquête du droit de vote des personnes handicapées mentales sous tutelle a été le résultat d'un long combat. Si elles ne peuvent pas l'exercer en toute connaissance de cause, c'est le leur confisquer. Le thème central du 52e Congrès de l'UNAPEI, qui se tiendra du jeudi 31 mai au samedi 2 juin 2012 à St-Brieuc, est la citoyenneté des personnes handicapées mentales. L'UNAPEI exprimera son amère déception aux 1200 congressistes attendus.

Espérons que nos députés auront un peu plus de considérations pour les électeurs qui sont dans leur circonscription et qui devront comprendre une nouvelle fois l'importance de ce vote et du projet que le député souhaite défendre pour sa circonscription, mais aussi la politique qu'il défendra au niveau national.

Stéphane LAGOUTIÉRE

affiches hollande sarkozy ou le visage déchiré des deux candidat apparaît sur panneau d'affichageÀ l'issue du « Grenelle du parcours scolaire social et formation professionnelle des jeunes handicapés » organisé le 25 janvier 2012, la FNASEPH* avait publié une plate-forme de propositions sur le parcours de formation des jeunes handicapés. Afin de connaître publiquement leurs engagements sur les trois questions, concernant la formation des enseignants, l'accompagnement scolaire par les AVS, l'accompagnement dans tous les temps de vie de l'enfant. Sophie Cluzel, présidente de la FNASEPH, après avoir été reçu par les équipes des deux candidats voici les réponses obtenues. Mais des réponses n'apportent pas grand-chose de nouveau par rapport au premier tour...

La formation des enseignants

François HOLLANDE tient à souligner que les enseignants seront formés à l'accueil des jeunes handicapés dès le début de leur carrière, au sein des nouvelles ''écoles supérieures de professorat de l'éducation des universités ". Ce module de formation au handicap sera obligatoire, inscrit dans le cahier des charges des écoles et repris dans un nouveau référentiel métier des enseignants.

Nicolas SARKOZY rappel que des modules de formation à distance et en ligne seront disponibles dès la rentrée 2012, afin que tout enseignant qui accueille un élève handicapé dans sa classe puisse rapidement prendre connaissance de ses besoins spécifiques et des adaptations pédagogiques nécessaires. Par ailleurs, des formations destinées aux professeurs spécialisés seront organisées.

L'accompagnement scolaire par les AVS

François HOLLANDE rappelle l'importance qu'il confère au dossier éducation en affirmant qu'un véritable métier d'accompagnant de jeunes handicapés sera créé, dans un cadre statutaire spécifique à déterminer. Le personnel recevra une formation avant sa prise de poste. Le candidat s'engage à co-construire et contractualiser le référentiel de formation avec les associations et en particulier avec la FNASEPH. L'engagement pris pour la rentrée scolaire 2012 est de faire évoluer l'existant pour aller vers un seul statut d'accompagnant, en transformant les emplois aidés d'AVS4 actuels en emplois d'« Assistants éducation auxiliaires de vie scolaire individuels ». Ce nouveau statut devrait permettre de répondre aux besoins correspondant aux différents temps de vie de l'enfant et de l'adolescent, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, selon la logique transversale de l'Agenda 225. Une partie des 60 000 emplois créés dans l'Éducation sera consacrée à l'accompagnement scolaire des jeunes handicapés.

Nicolas SARKOZY confirme qu'il compte transformer les contrats aidés des transformés progressivement remplacés par des assistants de scolarisation, mieux formés, mieux rémunérés et bénéficiant de contrats de six ans avec des perspectives de carrière. D'ici 2013, 7 200 assistants de scolarisation seront recrutés. Tous auront reçu 60 heures de formation. La rédaction du récent décret sur le sujet a suscité des réserves. C'est surtout une question de forme. Certaines formulations pourront être revues, afin de lever toute ambiguïté sur les intentions de l'État. L'objectif demeure d'apporter un accompagnement individuel à l'enfant handicapé. Le candidat s'engage à faire aboutir la réflexion pour l'établissement d'un référentiel de formation des AVS. Un partenariat stable et fructueux entre les associations et les établissements scolaires sera mis en place et le métier d'«accompagnant de vie scolaire et sociale » sera défini avec tous les acteurs concernés.

L'accompagnement dans tous les temps de vie de l'enfant

Sur cette troisième question est dernière questions François HOLLANDE Il faut rappelle-t-il un seul statut d'accompagnant individuel pour tous les temps de vie. La continuité d'accompagnement sur tous les temps de vie de l'enfant handicapé mérite un métier qui puisse s'exercer pleinement, sur tous les lieux de vie, si nécessaire. Nous nous appuierons sur l'expertise des associations, que nous souhaitons valoriser pleinement.

Nicolas SARKOZY de son côté confirme que dans tous les départements, des services d'accompagnement scolaire, social et professionnel seront créés qui permettront de décloisonner l'accompagnement des enfants entre l'école et ses autres lieux de vie, ainsi que celui des étudiants ou des jeunes adultes entre universités ou lieu de travail, et lieu de vie. Nous nous appuierons pour cela sur les expériences concluantes réalisées dans certains départements.

La Rédaction

* Fédération Nationale des Associations au Service des Élèves Handicapés.


 

les principaux candidats de haut en bat Eva JOLY, Jean-Luc MELANCHON, Marine Le PEN, François BAYROU, François HOLLANDE et Nicolas SARKOZY avec en fond le drapeau français Surtout pas d'illusion à J-2 du premier tour ! Car tant au niveau des primaires socialistes où nous aurions pu espérer un véritable lieu de discussion, à celle de la campagne présidentielle et de ces dix candidats le handicap, la santé ou même la dépendance aura été les grands perdants et absents de ce rendez-vous électoral. Non les campagnes se suivent, mais ne se ressemblent pas... Déception aussi pour les associations pour lesquels les candidats ont parfois répondu tels la FNATH ou l'APF, l'APAJH... ignorant totalement ou partiellement toutes les autres comme l'UNAPEI ou le CISS, des réponses que vous pouvez retrouver sur les sites des associations.

Des candidats, qui ont hormis quelques déplacements médiatiques comme François HOLLANDE au café des sourds à Paris, n'auraient pas été connus si les médias spécialisés ne c'était fait écho. Car si personne ne conteste la crise et ses effets et l'obligation de rembourser ses dettes, l'économie ne doit-elle pas être au service de l'homme et non pas l'inverse ? Sa réduction ne peut ni être fait sur une économie contre les plus faibles, ni sur ce qui peut mettre en danger une politique d'inclusion sociétale de notre société que sont l'accessibilité, la dépendance, la santé, l'éducation ou l'accès a l'emploi.

Alors à deux jours d'un premier tour de scrutin vous êtes désormais confronté à un choix difficile entre illusion et réalité, dont chacun des candidats qui entendent être à lui seul la solution miracle pour la France de demain. Petit tour d'horizon sur les quatre grands thèmes qui intéresse les personnes en situation de handicap ou a leurs proches : Accessibilité, Éducation, Emploi, Pouvoir d'achat

Accessibilité... Un grand chantier ! 

Certes les améliorations avancent faiblement, mais la prise des consciences des communes, départements, régions a commencé, celle-ci est souvent réduite par un manque de coordination dans les décisions et dans le fait que l'accessibilité ne concerne pas uniquement la personne en fauteuil, mais le handicap visuel, auditif, mental et un non voyant dans une gare équipe d'une canne bien sûr les pertes d'autonomie liée à la vieillesse. Pour les six principaux candidats celle-ci relèves à nouveau beaucoup trop flou et dont les permanences politiques n'étaient pas d'ailleurs pas tout accessible. Force a constaté qu'à 30 mois de l'échéance ne sera pas rempli alors que le dernier rapport d'étape que moins de 15 % des bâtiments concernés ont été rendu accessibles.

Alors que le candidat Nicolas SARKOZY promet essentiellement de ne pas accorder de dérogation à l'obligation de rendre accessible aux personnes handicapées les bâtiments recevant du public d'ici 2015. François HOLLANDE veut créer une « agence de l'accessibilité des bâtiments ». Il s'engage à faire « un état des lieux national de l'avancement des travaux » pour « identifier les domaines, qui nécessitent l'effort de rattrapage le plus important » et à mettre « à disposition des collectivités territoriales des outils communs ». François Hollande qui compte également garantir un « volet handicap » dans chaque loi des politiques publiques.

De son côté François BAYROU se réduit à proposer, « établir une cartographie, une planification et un agenda afin que tous les édifices publics soient accessibles dans le délai imparti ». Marine Le Pen laisse entendre dans son programme qu'elle va s'inspirer des travaux du Conseil national consultatif des personnes handicapées et des rapports du sénateur Paul Blanc. Celles-ci également percevoir l'accessibilité au sens universel du terme. Elle s'engage également à mettre en place une meilleure collaboration entre les services et notamment avec le centre d'études sur les réseaux de transports urbanisme et des constructions publiques. Du côté des vertes Éva, JOLY, veut « engager tous les chantiers, financements et planifications des travaux » pour assurer l'accessibilité dans les délais prévus par la loi de 2005. Jean-Luc MÉLENCHON étant le seul a proposé « des mesures réglementaires (...) pour garantir la mise en accessibilité des établissements recevant du public et des installations ouvertes au public ».

Emploi, et un taux de chômage qui cesse de progresser !

Avec un taux jamais atteint et qui aurait progressé de plus 12 % en 2011, atteignant 19,9% chez les travailleurs handicapés, est largement en dessous de la réalité puisque beaucoup ne sont plus inscrit depuis longtemps au Pôle emploi et à Cap emploi. Des candidats pour lequel aucun d'eux ne propose de réelle proposition Un travailleur handicapé déficient mental travaillant sur une chaine d'emballage le 19 novembre 2009 dans un atelier de Pont de Nemours à  Wittelsheim©AFPsusceptible d'améliorer la situation. Nicolas SARKOZY souhaite avant tout en matière d'emploi promouvoir un effort particulier à la formation pour améliorer le niveau de qualification des personnes handicapées et leur offrir selon lui un meilleur accès à l'emploi. Il souhaite également promouvoir un appui personnalisé des services pôle emploi ou des Cap emplois. François HOLLANDE qui répond à cette question par l'unique renforcement des sanctions en cas de non-respect des 6 % de travailleurs handicapés dans les entreprises, les services publics et les collectivités locales. Une solution déjà mise en œuvre depuis juillet 2012. Ajoutant qu'il faut aussi s'améliorer la formation initiale et continue des personnes handicapées, et ce, dès l'école primaire.

Les trois autres candidats, dont François Bayrou rappelle la nécessité déjà pour les entreprises de respecter les lois existantes et de proposait également de favoriser l'accompagnement des travailleurs handicapés ou encore la création d'entreprises adaptée et rappellent que les services publics doivent se montrer exemplaires. Pour Éva JOLY la solution ou se trouve-le dans l'amélioration ou de l'accès à l'école et à la formation. Autre engagement celui de la révision du statut des ESAT avec notamment un soutien particulier les collectivités locales d'augmenter le nombre de structures. Pour le candidat Jean-Luc MÉLENCHON la solution serait le dans la sécurité du parcours des salariés dans l'emploi et la formation avec une garantie des revenus tout au long de leur vie. Le candidat qui s'engage également dans la création ou d'équipe d'accompagnements et de préparation à l'emploi des travailleurs handicapés notamment au sein des entreprises. Pour la candidate Marine Le Pen celle-ci envisage avant tout de redéfinir le champ d'application de l'AGEFIPH et de la loi afin de selon elle d'améliorer la formation des jeunes handicapés trop souvent en situation d'échec.

Éducation et toujours plusieurs milliers d'enfants sans scolarisation

Si personne ne conteste l'évolution significative de la présence dans le secteur de l'éducation primaire et secondaire des enfants handicapés, il n'en reste pas moins que près de 30 000 d'entre eux ne sont toujours pas. Autres difficultés l'absence d'une réelle formation tout comme l'absence d'un véritable statut pour les accompagnantesUn étudiant handicapé dans un amphithéâtre comportant des places intégrées dans le Campus de Beaulieu au sein du Bâtiment 28 dans l'Université de Rennes 1de vie scolaire (AVS). L'État qui s'est vu à plusieurs reprises suite à des plaintes de l'UNAPEI condamner pour cela. Les candidats parlent eux d'un sujet essentiel.

Le candidat président souhaite lui avant tout renforcer l'accueil des étudiants handicapés au lycée et dans les universités. Et concernant la scolarité, il s'engage à trouver à la fois des débouchés pour les auxiliaires et de poursuivre les réformes engagées afin de selon lui de corriger les inégalités d'accès à l'école selon les territoires. Les précisions que je véritablement n'apporte aucune solution pour les AVS. François HOLLANDE, qui a placé la jeunesse au cœur de son programme, propose quant à lui tout d'abord une meilleure formation des enseignants. Le candidat s'en engage à la suppression des contrats précaires pour les auxiliaires de vie scolaire. Ils engagent notamment aussi ici à la création de nouveaux postes parmi les 60 000 postes supplémentaires qui seront créées par l'Éducation nationale.

Professeur, François Bayrou, considère la scolarité des enfants handicapés en milieu ordinaire comme une priorité. Il estime notamment son projet comme indispensable la formation des enseignants. Concernant les AVS, il estime nécessaires leur professionnalisation et leur reconnaissance. Éva JOLY, dont les propositions ressemblent singulièrement à celle du PS ou du Modem celle-ci, propose la professionnalisation des AVS et la multiplication des capacités d'accueil pour ceux ne pouvant être accueillis en milieu ordinaire. Jean-Luc MÉLENCHON s'engage à une formation obligatoire pour tous les enseignants et à l'augmentation du nombre d'enseignants spécialisés au sein des écoles. Il s'engage notamment aussi la suppression contre éducation nationale éducation adaptée. Il s'engage enfin à la titularisation au sein de l'Éducation nationale des AVS. Marine le Pen de son côté enfin propose dans son programme de réfléchir à une meilleure adaptation en termes de scolarisation et notamment à l'inclusion scolaire de comportement de troubles très légers. Elle estime comme prioritaire la pérennisation des AVS est de leur formation. Marine le Pen qui est dans son programme aussi l'importance d'une meilleure formation au niveau des enseignants.

Pouvoir d'achat : 760 € en perspective en septembre 2012

Un homme amputé jouant a la marelle pour l'Allocation adulte handicape en 2012Tel un sera le montant de l'AAH adulte handicapé après l'un des rares engagements réellement appliqué dans les faits. Un montant toujours largement en dessous du seuil de pauvreté européen même pour ceux auquel s'ajoute la prestation d'autonomie. Une question qui se pose également pour ceux en bénéficie

Des candidats qui eux estiment comme Nicolas SARKOZY qui rappelle l'engagement tenu entre 2007 et 2012, ou comme François HOLLANDE qui explique la question de l'allocation adulte handicapée sans parler des pensions d'invalidité, en fonction « de la situation des finances publiques ». François BAYROU affiche sa volonté lui d'unifier les aides aux personnes en perte d'autonomie qu'elles aient moins ou plus de 60 ans, alors que le dispositif est aujourd'hui divisé entre personnes handicapées (avant 60 ans) et personnes âgées (après 60 ans).

Marine le PEN rappelle qu'elle souhaite augmenter l'AAH de 33%, ce qui représentera l'essentiel des 11 M€ qu'elle veut consacrer au handicap. Éva JOLY promet « à terme » un revenu d'existence pour les personnes handicapées et d'augmenter de 50 % tous les minima sociaux. Jean-Luc MÉLENCHON répond quand à lui à la demande du collectif ni pauvre ni soumis, mais totalement irréalisable en proposant un « revenu de remplacement égal au SMIC brut, en substitution de l'AAH ».

Stéphane LAGOUTIERE

entrée principale du palais de l'ElyseeLe 28 février, l'APAJH, principale association, à considérer l'ensemble des champs du handicap, a adressé aux principaux candidats son « Pacte handicap 2012 ». Composé de dix engagements, il vise à reconstruire le consensus républicain qui avait prévalu au moment de l'adoption de la loi du 11 février 2005. À moins d'une semaine du premier tour, la Fédération a reçu trois réponses. Elle regrette que le handicap soit, une fois de plus, laissé dans l'ombre de la campagne.

Trois candidats s'engagent à une semaine du premier tour

Aujourd'hui, 18 avril, l'APAJH a reçu des retours de la part de trois candidats, qui réagissent positivement au Pacte : François Bayrou du MODEM, François Hollande du Parti Socialiste et Éva Joly d'Europe Écologie les Verts. François Bayrou s'engage ainsi notamment pour la formation des personnels accompagnants de la communauté éducative, pour la création d'un nouveau statut d'Assistant de Vie Scolaire, ou encore pour la mise en place d'un dispositif de prise en charge du cinquième risque, via la création d'un « Plan Dépendance ». Il souligne son souhait de rendre effective la loi sur l'accessibilité des bâtiments publics, et de renforcer la formation des collectivités territoriales à l'accessibilité des bâtiments publics.

François Hollande, pour qui le handicap, est un sujet transversal et non catégoriel, revient spécialement sur une mesure de son programme. Il soutient que l'on ne peut pas œuvrer pour les élèves en situation de handicap en affaiblissant l'éducation Nationale dans son ensemble, et rappelle que la création de 60 0 00 postes supplémentaires est le socle de son engagement pour la scolarisation dans le domaine du handicap. Pour ce qui est de l'accès à l'emploi, il souhaite consolider le réseau Cap Emploi, développer des passerelles entre milieu adapté et milieu ordinaire, et sanctionner plus sévèrement les entreprises ne faisant pas d'efforts pour respecter les 6 %.

Eva Joly, qui a signé le Pacte Handicap 2012 de l'APAJH, se prononce pour une accessibilité universelle. Ainsi, par exemple, concernant la thématique de l'École, elle exprime le souhait de développer l'accès à la scolarisation, en augmentant le nombre d'Assistants de Vie Scolaire et en les intégrant à l'Éducation Nationale. Dans le domaine de l'emploi, elle ambitionne de créer un maximum de passerelles entre le milieu médico-social et le milieu ordinaire. Dans celui de la santé, elle s'engage à assurer l'accès aux soins à tous, via notamment une augmentation du seuil d'accès à la Couverture Maladie Universelle complémentaire. Si les trois candidats vont dans le sens de la plupart des mesures proposées par l'APAJH, seule Éva Joly envisage de mettre en place le revenu universel d'existence, après l'avoir expérimenté.

Le handicap reste un combat quotidien !

Si l'APAJH a apporté le plus haut intérêt aux retours des candidats d'Europe Écologie Les Verts, du MODEM, et du Parti Socialiste, la Fédération déplore le silence des autres partis sollicités. Elle regrette particulièrement que le sujet soit laissé pour compte dans les débats et par les médias, alors que pour 72% des Français, les pouvoirs publics devraient en faire davantage pour améliorer la condition des personnes en situation de handicap en France (Source : Sondage TNS-Sofres du 26 janvier 2012 pour l'APAJH). Pour Jean-Louis Garcia, président de la Fédération des APAJH, « quand le handicap sera pensé comme un atout pour la transformation de la société, une étape fondamentale sera franchie dans la construction d'une société inclusive ».

La Rédaction

 

Récemment constituée, à l'initiative du Collectif des démocrates handicapés (CDH), la « Force citoyenne » a interpellé les candidats à l'élection présidentielle . Celle-ci a été adressée à chacun des prétendants. Regroupant le CDH, le « collectif EgaliTED », « Humanisme-Ecologie-République », « Vivre avec la SEP 2012.04.16.isoloir-de-vote-pour-personnes-handicapeesSeront-il nombreux a venir voté pour le 1er et deuxieme tour, le CDH tente une dernière fois de poser des questions a des candidats parfois muet» et « Asperger Amitié », « la Force citoyenne » a posé 7 questions à tous les candidats : toutes les réponses seront publiées sur son site. Les réponses qui seront données aux questions seront consultable en même temps le 19 avril, 3 jours avant le premier tour.

Dans les jours qui suivront la publication et la diffusion des réponses dans les divers réseaux auxquels le collectif participe, sera rendue publique une première liste de candidats aux élections législatives. Si lors de la campagne pour la Présidence de la République, il n'a pas été fait grand cas des préoccupations quotidiennes d'une grande partie de la population, ignorée dans les programmes, le CDH et la Force Citoyenne sauront aller à la rencontre des électeurs en juin 2012, à l'occasion des élections législatives, et offrir aux citoyens la possibilité d'avoir des représentants proches d'eux.

Le président du collectif des démocrates handicap qui sera présent demain a partir de 15 h 30 sur le plateau de radio Booster 89.1 nous donnera a cette occasion son sentiment sur cette campagne et les promesse des candidats sur les grands sujet comme l'accessibilité, la santé, l'éducation ou l'emploi. Jean-Louis FONTAINE qui espère que les candidats puisse comprendre l'importance du sujet et qu'il ne prenne pas uniquement en compte l'économie même si il indispensable mais doit rester au service de l'homme et non le contraire.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Appercu du site de la F.A.G.E.R.HÀ défaut de voir, les candidats considéraient le sujet du handicap comme un véritable sujet de société, un sujet qui concerne directement plus 12 % de la population française de moins de 65 ans. La FAGERH qui fédère l'ensemble du secteur de la réadaptation professionnelle soit 140 établissements et services qui accueillent chaque année 11 000 travailleurs handicapés pour une reconversion professionnelle. L'association qui a adressé ou présenter à chaque candidat une plate-forme de propositions pour une inclusion professionnelle durable des travailleurs handicapés.

Seront-ils réellement entendus au-delà d'une réponse de convenance ? On peut craindre que non au vu d'un taux de chômage qui ne cesse de progresser chez les travailleurs alors que celui deux a trois fois plus importantes que chez les valides. Rappelons à titre d'exemple que la FAGERH, dont l'objectif, est de permettre à une personne handicapée de retrouver un métier compatible avec l'état de santé suite à un accident ou une maladie. Une inclusion dans l'emploi qui comme le rappel les responsables de l'association « suppose une véritable volonté politique : se donner les moyens nécessaires en termes d'orientation, de formation et d'accompagnement ».

Contrairement à la politique mise en œuvre par l'État et de « cesser les désengagements successifs de l'État constatés dans les dernières lois des finances et d'engager des concertations dans les territoires pour apporter les réponses les plus adaptées aux besoins ». « Une qualification professionnelle est un passeport pour l'emploi. Les résultats de la réadaptation professionnelle en atteste : 69 %% des stagiaires accueillis, en 2010 en formation, ont trouvé un emploi dans l'année suivante » soulignent les responsables dans le communiqué.

Des propositions à travers une plate-forme

Des propostions dans leurs intégralités incluant des témoignages de travailleurs handicapés que vous pouvez retrouver ici ou sur le site de la FAGERH. Les principales propositions concernant l'évaluation l'orientation et la formation, trois points essentiels dans le parcours au retour à l'emploi pour un travailleur handicapé. En matière d'évaluation la FAGEREH à suggérer notamment la mise en place une unité par bassin de santé, le dispositif UEROS pour les personnes cérébrolésées étant insuffisamment développé au regard des besoins et des engagements pris.

En matière d'orientation, le développement des conventions entre les centres de préorientation et les MDPH pour améliorer l'information et fluidifier les parcours. Ainsi que l'augmentation du nombre de lieu d'accueil et diversifier l'offre pour mieux répondre aux besoins notamment autour des missions de diagnostic, de préévaluation et d'évaluation, ou encore inscrire les services de préorientation comme acteur du service public de l'orientation. Enfin développer les partenariats avec le champ sanitaire pour donner aux bénéficiaires la possibilité de mûrir leur projet en offrant le temps et les étapes adaptées à leur rythme et à leur situation.

En matière de formation trois points paraissent essentiels à l'association celle d'assurer la rémunération de tous les travailleurs handicapés stagiaires de la formation professionnelle, afin de sécuriser les parcours professionnels quels que soient les aléas de santé. De financer la compensation en formation (interprète, synthèse vocale...) pour que la formation soit accessible à tous quel que soit le handicap. Mais aussi de développer des pôles ressources pour l'accompagnement de jeunes en formation, pour le conseil aux entreprises, pour les travailleurs d'ESAT...

La Rédaction

Vue d'un des balcons réservé au public de l'hémicycle de l’Assemblée nationale videMême si beaucoup de Français sont encore en plein dans les élections présidentielles dont le premier tour aura lieu dimanche prochain, les députés commencent eux aussi a se préparer. Comme cela avait confirmé lors du conseil des ministres du 11 mai 2011, le ministre de l'Intérieur a annoncé le calendrier des prochaines élections législatives. Le premier tour se tiendra le 10 juin 2012 et le second tour le 17 juin 2012.

Les listes des candidats pour le 1er tour, fournies par le Ministère de l'Intérieur, seront disponibles fin mai 2012. L'Assemblée vient de mettre en ligne un nouveau site exclusivement dédié aux prochaines élections législatives des 10 et 17 juin 2012.

Vous y trouverez des informations sur le droit électoral et le statut des députés, la carte des circonscriptions - y compris celles des députés qui représenteront pour la première fois les Français de l'étranger - des questions/réponses sur ces élections et, dès qu'ils seront connus, la liste des candidats des 1er et 2e tours.

Un vote où pour tenir compte du décalage horaire, les habitants de certains départements et territoires d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Polynésie Française) voteront la veille. Par ailleurs, les Français établis à l'étranger, qui pour la première fois désigneront des députés, voteront avec une semaine d'avance afin de tenir compte de l'éloignement.

Les pouvoirs de l'Assemblée expirant « le troisième mardi de juin de la cinquième année qui suit son élection » (article LO121 du code électoral, sur le site Légifrance), le mandat des députés de l'actuelle législature expirera le mardi 19 juin 2012 à minuit, celui des députés nouvellement élus débutant le mercredi 20 juin 2012 à 0h00.

Nouveau découpage électoral

Ces législatives 2012 seront marquées par un nouveau découpage électoral. Le nombre de députés reste inchangé (577), mais la répartition des députés à élire varie. Concrètement quel était le problème ? Historiquement un département devait compter au moins deux députés, une logique qui avait été cassée. Le nouveau découpage a lui été établi pour permettre une meilleure représentation démographique. Certaines circonscriptions étaient en effet surreprésentées par rapport à leur nombre d'habitants et d'autres sous-représentés. Ainsi une voix d'un électeur du département de la Lozère « valait » plus de trois voix d'un électeur du département des Bouches-du-Rhône. Des circonscriptions ont disparu, d'autres ont été créées ou agrandies.

Élections législatives et financement des partis politiques

Les élections législatives servent certes à désigner les députés qui siégeront à l'Assemblée nationale, mais elles permettent également de financer en partie les partis politiques. À chaque siège de député correspond une somme gagnée par son parti politique (44.000 € en 2007). D'autre part si un parti politique présente au moins 50 candidats dans autant de circonscriptions et qu'il réalise au minimum un score de 1 % des voix, chaque voix lui rapporte 1,63 € par an pendant la durée du mandat (5 ans sauf en cas de dissolution de l'assemblée).

Triangulaires et quadrangulaires

Le mode de scrutin spécifique permet la présence de 3 ou 4 candidats au 2e tour de l'élection. En effet, contrairement à la présidentielle où seuls les 2 candidats arrivés en tête au 1er tour sont admis au 2e (en cas d'absence de majorité absolue bien sûr), il « suffit » pour les candidats des législatives, d'obtenir 12,5 % des électeurs inscrits pour pouvoir se maintenir. On parle alors de triangulaires ou de quadrangulaires. À noter: un candidat est élu dès le premier tour s'il obtient la majorité absolue (Plus de 50 % des suffrages exprimés) à la condition que l'abstention ne dépasse pas les 50 %.

La Rédaction