Skip to main content

Le Comité Interministériel du Handicap finalement réuni autour de Jean CATEX le 16 novembre prochain

Le premier ministre Jean CATEX recevant les associations en charge du handicap 3ce02Le 29 octobre dernier après la réunion avec le premier ministre le 26 octobre, Sophie CLUZEL avait annoncé le report du Comité Interministériel du Handicap (CIH) pour cause de crise sanitaire mais sans préciser de date. Lors de de sa conférence de presse sur l'impact de la pandémie sur les personnes handicapées, la secrétaire d’état en charge du handicap annonce la 16 novembre prochain certainement lieu en visio-conférence. Un comité qui devrait se réunir autour des ministres mais aussi pour la première fois des représentant du CNCPH, des associations dont les demandes et les attentes sont importantes. Mais aussi le jour même du lancement de 24ème édition semaine européenne de l’emploi des personnes handicapées.

Un CIH dans une nouvelle version…
Promis par Jean CASTEX dès sa prise de fonction de chef du gouvernent Il aura fallu attendre plus de quatre mois. Le dernier CIH, avait eu lieu le 3 décembre 2019 sous l'égide d'Edouard PHILIPPE, suivi de la Conférence nationale du handicap du 11 février 2020. Réuni autour du premier ministre, ce nouveau comité interministériel du handicap (CHI) à pour objectif selon Jean CATEX de faire le « point sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des mesures déjà annoncées ». Mais aussi pour « préciser, pour la fin du quinquennat, la feuille de route sur la société inclusive » que le gouvernent affirme comme « l’une de ces priorités », comme l’avais alors promis le candidat Emmanuel MACRON. Une promesse loin d’avoir été tenue comme l’exprime la majorités des personnes handicapées, pour qui celui aura eu comme objectif premier de détruire des élément essentiel de la réforme de 2005 comme sur l’accessibilité.

Un comité qui présentera néanmoins une nouveauté en 2020 puisque au-delà de la présence des ministres concernés ce comité, dans une version « élargie », va réunir également les hauts-fonctionnaires en charge du handicap et de l'inclusion ainsi que des représentants du Comité national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) et associatifs. Une satisfaction d’avoir été enfin entendu à l’origine de cette demande et qui dans un tweet qui regroupe 48 associations avait exprimer que « celle-ci témoigne de la volonté de Jean CASTEX d'échanger avec les associations représentant les personnes handicapées ». Reste a savoir si les demande et les attentes des associations seront entendue cela reste loin d’une certitude !!!

Un comité qui se tiendra le jour même du lancement de la 24ème édition de la semaine européenne de l’emploi des personnes handicapées en présence de plusieurs ministres, dont la Ministre du travail Elisabeth BORNE et Bruno LEMAIRE Ministre de l’Economie. Une semaine sous le signe de la compétence qui n’empêche pas de constater avec regret que le chômage des travailleurs handicapées dépasse aujourd’hui les 23 %.

« Nous avons la volonté »…
Mais la réalité et loin d’être souvent accompagné des actes. Il suffit de voire en près de trois les nombreuses promesses de sa secrétaire d’Etat toujours en attente de réalisation. A titre d’exemple la 5ème branche dont par exemple APF France Handicap rappelle dans un communiqué que la crise sanitaire actuelle est révélatrice de « réalités très critiques et d'inégalités vécues par les personnes en situation de handicap et leur famille », ajoutant qu'il est « urgent d'agir ». Espérant « l'adoption d'une grande loi autonomie avec la création de la prestation universelle autonomie, sans barrière d'âge ».

Si les associations citant quelques exemple d’avancé positive, comme le plan de formation bénévolat, l'élargissement de l'aide au repos pour les aidants, la numérisation d'un certain nombre de réponses administratives pour en faciliter l'accès. Ainsi que la reconnaissance de travailleur handicapé (RQTH) en cas de handicap irréversible. De son côté le gouvernement avait également annoncé qu'aucune demande d'AAH ne devrait être traitée en plus de trois mois à partir du 1er janvier 2021, sur tout le territoire. Une mesure pour lequel sa date d’application reste encore a fixé.

« Un niveau de vie en dégradation… »
Pour l'ANPHIM il existe effectivement des avancés celle-ci demeure accessoires par rapport à d'autres questions jugées plus « fondamentales ». l’APF France Handicap ajoutant que « le ressenti des personnes est plutôt une dégradation de leurs conditions de vie ». Une situation notamment confirmé par la publication par la DRESS concernant les ménages bénéficiant de l’AEEH qui dans 30 % sont souvent des familles monoparentales (v. article). L’association qui dans un communiqué demande la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint dans le calcul de l'AAH (Allocation adulte handicapé), une proposition voté par l’assemblée en février 2020, mais resté sans réponse faute d’inscription a l’ordre du jour du Sénat. L’APF souhaitant également la revalorisation de l'AAH sur le taux de l'inflation pour 2021. L'ANPIHM va plus loin en réclamant un « revenu de remplacement » porté au niveau du SMIC, lui aussi désolidarisé des revenus du conjoint.

Accessibilité, Aide technique, PCH…
Une liste malheureusement beaucoup trop longue pour la citer totalement. Mais les associations réclament également le respect des calendriers des Ad'AP pour une meilleure accessibilité de la cité, une situation qui laisse au vu des avancé faites par certaines collectivités que celui-ci ne soit pas encore respecté et débouchant sur un nouveau report. Rappelons que ces dernière avait pourtant eu dix ans pour le faire entre 2005 et 2015. Des associations qui demande aussi de revenir sur la loi Elan une des première loi par le Président Emmanuel MACRON qui avait pourtant promis de faire du handicap l’unedes priorité de son quinquennat ».

Mais aussi l’amélioration de la couverture des besoins en aides techniques, hausse du taux horaire de la PCH gelé depuis trois ans, numéro unique d'appel pour rompre l'isolement des aidants ou encore création de services d'accompagnement à la vie sexuelle. Des associations qui demande aussi de revenir sur la loi Elan Des annonces sont promises le 16 novembre prochain. Pas sûr qu'elles suffisent à combler toutes les attentes…

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Gouvernement.fr / APF France Handicap :/ ANPHIM 2020

Catégorie : POLITIQUE GOUVERNEMENT
Publication : 06/11/2020
AssociationsSophie CLUZELGouvernementPolitique de santéPolitique socialePolitique gouvernementaleCIHJean CATEX

Articles en relation