Skip to main content

Mobilité internationale des étudiants : Treize bourses pour compenser les surcoûts en situation de handicap

Remise de treize bourse a la mobilité internationale a des étudiants handicapés a l'hotel de Lassay 57fa1Ce jeudi 4 juillet 2019, la Conférence des grandes écoles (CGE) et la Mission Handicap Assurance (MHA) ont remis à treize étudiants en situation de handicap des bourses d’encouragement à la mobilité internationale. Une cérémonie à l’Hôtel de Lassay, en présence Richard FERRAND, Président de l’Assemblée nationale et Sophie CLUZEL, Secrétaire d'État en charge du handicap. Auquel aura participé la CGE représentée par Yves POILANE, Président de la commission Relations Internationales. Une belle cérémonie qui cache avant tout une réalité celle de la présence des étudiants en situation de handicap qui sont moins de 2 % à pouvoir accéder a étude supérieur en 2018.

Un projet porté par la CGE…

La Conférence des grandes écoles (CGE) qui porte depuis plusieurs années le projet de création du Statut International d’Étudiant en Situation de Handicap (SIESH1). Cette dernière auteure en 2008 d’une première charte afin de soutenir les établissements dans le développement d’une politique inclusive. Une politique qui ouvert une porte mais pour lequel les résultats n’ont pas significatif. En février 2019 la CGE signe alors une deuxième charte. Avec comme objectif celle de l'accompagnement dans la mobilité internationale, l'aide à l'insertion professionnelle et la garantie de l'accès au sport des étudiants en situation de handicap.

En attendant l’adoption de ce statut, présenté aux plus hautes instances nationales et internationales et qui faciliterait la mobilité des étudiants en situation de handicap, l’octroi de ces bourses viendra alléger les surcoûts supportés par les étudiants et leur famille. De son côté, la Mission Handicap Assurance (MHA), s’est naturellement rapprochée de la CGE afin de nouer un partenariat et ainsi encourager la mobilité internationale des étudiants concernés.

La Secrétaire d’État qui a l’occasion de cette cérémonie aura affirmer soutenir le plaidoyer pour un Statut International de l’Étudiant en Situation de Handicap « sur lequel nous devons avancer collectivement » proposant a la CGE de « conduire les travaux nécessaires à la mise en oeuvre de cette coopération ».

Yves POILANE pour qui « La mobilité internationale des étudiants favorise le rayonnement des grandes écoles et de l’enseignement supérieur français. C’est en effet un atout considérable pour notre pays, qui exporte ainsi ses meilleurs Avec le siesh c'est la possibilité de disposer gratuitement de valises cabines médicales supplémentairesétudiants, véritables ambassadeurs de l’excellence de nos formations et de nos établissements ». Précisant que cette mobilité internationale devait « être accessible à toutes et tous, sans considération de moyens financiers ou de contraintes logistiques ».

Moins de 2 % d’étudiants en situation de handicap…

Une belle cérémonie ou tous le monde et le gouvernement au premier chef tiens surtout à cacher une réalité toute particulière celle de la présence d’étudiant au sein des universités française. Des étudiants en situations de handicap dont tres peut arriver à accéder aux études supérieures. Ainsi en 2018 ils n’ont été que 23 257 a acceder à l'université, soit 1,22% de la population étudiante, selon un rapport de la médiatrice de l'Éducation nationale. Une situation qui se détériore puisqu’en 2016-2017, ils été près de 26.000 étudiants étaient inscrits dans l’enseignement supérieur. Mais seulement 20% d’entre eux suivaient un master et 0,6% un doctorat, contre respectivement 33% et 4,5% tous étudiants confondus. Pire selon le « Global university disability and inclusion network » premier réseau mondial des universités et des grandes écoles pour l'inclusion des personnes handicapées. En France, par exemple, seuls 1% des étudiants sont en situation de handicap, selon le 1er baromètre révélé en novembre 2018.

Et il ne s’agit pas toujours de manque de moyens financier même si cela peut être l’une des raisons. L’autre étant surtout les difficultés d’accessibilité ou bon nombre des universités française ayant encore pas résolue cette question pourtant essentielle. Tout comme celle lié aux examens selon le ministère de l’Enseignement supérieur en 2018, 81% des étudiants handicapés bénéficient d’un aménagement des modalités d’examens. Pour les autres, cela signifie qu’ils se retrouvent souvent bloqués dans la poursuite de leur cursus. A défaut de pouvoir donc les accueillir en France ont les envois à l’étranger !!!

À propos de la CGE…

Créée en 1973, la CGE regroupe 216 Grandes écoles en France, auxquelles s’ajoutent 13 Grandes écoles étrangères, couvrant de nombreuses spécialités : ingénieur, management, architecture, sciences politiques, création & design, journalisme, écoles militaires, écoles vétérinaires et de santé ... Les Grandes écoles représentent plus de 40 % des diplômes de grade master délivrés chaque année en France. ... Les 216 Grandes écoles membres proposent une offre de formation et de recherche à déclinaisons multiples en réponse aux besoins du monde socio-économique.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Assemblée Nationale / CGE 2019

1 la liste des organismes officiels auxquels la contribution SIESH a été présentée

Catégorie : ÉTUDE SUPÉRIEURE
Publication : 05/07/2019
ÉtudiantsÉtude supérieurSophie CLUZELÉducationGrandes ÉcolesMinistère de l'Education nationaleAnne-Lucie WACKCGEYves POILAN

Articles en relation