Contenu principal

Message d'alerte

En vacances ou au repos le cerveau reste actif Francis EUSTACHE nous décrypte ce phénomène (illustration)Savez-vous ce qu'est le réseau du mode par défaut à l'état de repos ? Francis EUSTACHE, Président du conseil scientifique de l'Observatoire B2V des mémoires et Directeur d'Études à l'École Pratique des Hautes Études (EPHE) décrypte le phénomène du réseau du mode par défaut à l'état de repos. Ce phénomène a été décrit assez récemment, fin années 1990 début 2000. Il s'agit d'un processus neurophysiologique mis en évidence grâce à l'imagerie cérébrale, dans un premier temps avec la Tomographie par Émission de Positons (TEP) puis avec l'Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf) au repos.

Exemple d'animations du modèle de langue de la tête parlante articulatoire du GIPSAUne équipe de chercheurs du laboratoire GIPSA-lab (CNRS/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP) et d’Inria Grenoble Rhône Alpes ont annoncé avoir mis au point un système permettant de visualiser, en temps réel, nos propres mouvements de langue. Capturés à l’aide d’une sonde échographique placée sous la mâchoire, ces mouvements sont traités par un algorithme d’apprentissage automatique qui permet de piloter une « tête parlante articulatoire ». Des travaux sont publiés dans la revue Speech Communication d’octobre 2017.

Lancement du programme RESPIRE21 et son équipe entourant la responsable scientifique le Pr. Brigitte FaurouxEntre 30 à 50 % d’enfant atteint de trisomie 21 serait également porteur du syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) contre 2 % à 4 % dans la population pédiatrique générale selon une étude de 2015(1). Pour lutter contre cette situation et favorisée le dépistage, la Fondation Jérôme LEJEUNE et son Directeur Grégoire FRANÇOIS-DAINVILLE, en collaboration avec l’Hôpital Necker et le Pr Brigitte FAUROUX responsable scientifique du programme, et la Dr. Isabelle MAREY, de l’Institut ont officiellement présentée, en présence de la Secrétaire d’État Sophie CLUZEL, lancé RESPIRE 21.

Une tentatice de suicide avec des medicamentsAlors que les suicides représenteraient chaque année plus 800 000 morts dans le monde selon l'OMS, en France selon l'Observatoire national du suicide créé en 2013 annonce un chiffre de 11.400 en France Métropolitaine un des taux les plus élevés d'Europe et dans rapport publié en novembre 2014. Des personnes en situation de handicap qui ne serait pas épargné. Une situation que vient de mettre en évidence une récente étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Pour lequel les sourds et malentendants sont nettement plus susceptibles d'avoir des idées suicidaires, de faire des tentatives de suicide et de subir des violences y compris sexuelles que les personnes entendantes.

Une etude scientifique suedoise met en avant le desequilibre hormonal chez les meres d enfants autistesLe journal Molecular Psychiatry vient de publier des travaux d'une étude épidémiologique réalisée par l'Institut Karolinska de Stockholm. Celle-ci démontrerait que les enfants nés de mères produisant un excès d'hormones mâles ont un risque considérablement plus élevé de développer des troubles autistiques. Ainsi pour la première fois le lien entre le syndrome de Stein-Leventhal et les troubles du spectre autistique (TSA).

Une boite d'anti epipileptique le Zebinix distribue en espagne par le Laboratoire BALAprès avoir reçu des données positives issues de trois études cliniques de phase III présentées ce jour lors du 8e Congrès européen d'épileptologie qui se tient à Berlin en 2008. Une nouvelle étude présentée sur les données de vie réelle lors du 69e congrès annuel de l'American Epilepsy Society (AES), qui s'est tenu à Philadelphie, ont montré chez 45 patients non contrôlés par la carbamazépine et présentant des crises partielles d'épilepsie, un taux de rétention après 6 mois de 88,9 %, lorsque celui-ci était associé à un premier antiépileptique de monothérapie[1].

Max handicape qui a perdu son pied sur le dos sa mere MususuDes chercheurs japonais ont pu observer pour la première fois comment une mère chimpanzé se comportait avec son enfant handicapé, né en 2011 dans le parc national des montagnes de Mahale, en Tanzanie à qui elle a prodigué des soins attentifs alors que l'on pensait cette forme de sociabilité apparue avec l'Homme. Des scientifiques de l'université de Kyoto (ouest) ont analysé pendant deux ans le comportement d'un groupe de chimpanzés à l'égard d'un bébé femelle gravement handicapé, né en 2011 dans le parc national des montagnes de Mahale, en Tanzanie. « Le nouveau-né présentait des symptômes s'apparentant au syndrome de Down (trisomie 21) », selon un extrait de l'étude publiée cette semaine dans la revue « Primates ».