Contenu principal

Message d'alerte

Deux personnes reparant un tracteurPublié par décret le 22 décembre 2015 pour une application au 1er janvier 2016, celle-ci a finalement été ouverte à tous les travailleurs, y compris les travailleurs handicapés allocataires de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). Pour ceux qui dépendent du régime agricole, la Mutualité sociale agricole (MSA) a ouvert sur site depuis le 16 juin un dispositif qui permet à ses adhérents de déclarer leurs ressources trimestrielles, en tenant désormais compte du montant de l'AAH. Un droit rendu possible grâce a une évolution une évolution réglementaire adoptée au printemps 2016.

Tableau Bénéficiaires des prestations au titre de décembre 2015 et montants des prestations versées au titre de l’année 2015Au titre de décembre 2015, près de 31,1 millions de personnes (adultes et enfants) sont couvertes par au moins une prestation versée par les caisses d'Allocations familiales (Caf) en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer (Dom), représentant 47 % de la population française. Un chiffre en baisse par rapport à 2014 de 0,2 %. Une évolution qui restant très variable puisque ont peut ainsi noter une nette évolution catégorie solidarité et insertion +3.4 % alors que celle de la petite enfance baisse de – 4.3 %. Les Caf qui aura versé plus de 70 Mds€ de prestations directes sur l'ensemble de l'année 2015.

prime activite simulateur illustrationAprès sa mise en œuvre depuis janvier 2016 afin de remplacer par la prime pour l’emploi ou le RSA activité, afin de permettre a ces bénéficiaires de disposer d’un complément de revenu aux personnes rémunérées jusqu'à 1,3 SMIC. Une prestation dont les allocataires de l’AAH, et qui sera payé en juillet 2016, après une forte mobilisation des associations et notamment de la Fnath, l’Apf et de l’Unapei. Une prime auquel pourront désormais prétendre les 240 000 pensionnées d’invalidité, mais aussi les de bénéficiaires d'une rente AT-MP exerçant une activité.

Prime d activite le simulateur pour l_AAH en ligne sur le site de Caf.frMise en ligne depuis le 26 janvier, ce nouveau simulateur permet aux bénéficiaires de du complément de l'allocation adulte handicapé (AAH) qui exerce une activité professionnelle vont enfin pouvoir connaître le montant de leur prime d'activité. La version mise en ligne en décembre 2015 n'avait pas prit en compte le  ignorait l'analyse réservée à cette allocation, attention l'autre étant toujours en ligne veuillez vous y rendre en cliquant sur lien.

Siege sociale de la BNP a ParisLa BNP Paribas organise du 05 au 09 octobre prochain une semaine dédiée à la diversité et à l'inclusion en entreprise. L'objectif est de sensibliser et d'initier les échanges au travers de nombreux événements programmés proposés aux collaborateurs du Groupe. Résolument tourné vers l'international (Grande-Bretagne, Belgique, Etats-Unis, France, etc...), cette semaine abordera de nombreuses thématiques liées à cette question de la diversité et de l'inclusion.

Pour la première fois en France, quelques événements seront ouverts à un public externe. Des femmes entrepreneures, clientes de BNP Paribas auront la possibilité d'assisterà une exposition de photos et de vidéos autour de la place de la femme dans la banque ou sur le leadership au féminin.

Ces événements se veulent en lien avec les préoccupations actuelles de la société. C'est pourquoi une table-ronde sur la diversité religieuse en entreprise sera proposée aux collaborateurs. Cette semaine sera également rythmée par des spectacles d'artistes sur la différence et les stéréotypes.

D'autres manifestations auront lieu dans d'autres pays. Par exemple, BNP Paribas au Royaume-Uni organisera une journée de conférences en partenariat avec l'Associaiton BNP Paribas Mixcity sur l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. De son côté, BNP Pribas Fortis en Belgique invitera ses collaborateurs à une exposition sur la diversité des carrières, au travers de l'histoire de la banque.

Aux Etats-Unis, les réseaux en internes de BNP Paribas proposeront des événements variés autour du multiculturalisme (asiatique, hispanique) et de l'inclusion du handicap psychique au travail.

Favoriser l'inclusions sociale

« L'organisation de cette semaine dédiée et à l'inclusion souligne l'engagement de BNP Paribas en faveur de la valorisation des différences. En encourageant l'ouverture aux autres, le groupe cherche à développer le bien-être de ses collaborateurs et la cohésion de ses équipes », explique le responsable de la Diversité au sein de BNP Paribas, Barbara LEVÉEL, dans un communiqué.

Depuis dix 2004, la politique diversité du groupe se décline au quotidien par des signatures d'accords, des formations à la diversité pour lutter contre les stéréotypes, des mesures pour faire progresser l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ainsi que pour accroître l'internationalisation du management, une politique handicap pour favoriser le recrutement et l'adaptation à l'emploi, des partenariats avec des associations spécialisées et le soutien de réseaux de collaborateurs en faveur de l'inclusion.

Pour aller dans ce sens, la BNP Paribas va signer la Charte d'engagement de l'Autre Cercle en France qui fixe les bonnes pratiques à adopter pour lutter contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité du genre. Grâce à cette semaine, tous les éléments seront réunis pour tenter d'aller vers cette société.

La Rédaction

Ville de Suresnes capital Francaise du dialogue socialA l'heure où le projet de loi sur le dialogue social a été voté en deuxieme lecture a l'assemblée nationale, l'exemple suresnois attend toujours de faire des émules. Les représentants syndicaux de la ville pointent les « réticences" des élus et des organisations syndicales au niveau national. Pourtant depuis 2009, les habitants ont signé leur propre charte de reconnaissance du parcours syndical.

Une démarche, unique dans le secteur public, Béatrice de Lavalette, adjointe au maire déléguée aux ressources humaines (UDI), et des représentants syndicaux de la ville la présenteront mercredi à la ministre de la Fonction publique, Marylise LEBRANCHU, après l'avoir exposée mi-avril au conseiller social de François HOLLANDE, Michel YAHIEL.

Depuis 2009, l'adjointe au maire de Suresnes, Madame De LAVALETTE propose aux syndicats de la commune de signer leur propre charte de reconnaissance du parcours syndical.

Au tout début, il était difficile de convaincre les intéressés. « On se demandait : pourquoi ils veulent nous former ? Ils veulent nous acheter ? », se souvient Linda LE GRET, alors élue FO. Finalement, son syndicat, la CGT et la CFDT acceptent de négocier la charte.

Une ville qui au-dela de ces qaulités de dialogue sociale ne lui auront pas encore permis d'atteindre le taux de 6 % de travailleurs handicapés, au dernier chiffre déclaré auprès du FIPHFP, celui-ci était de 4,62%. Un score qui reste a noté en dessous de la moyenne des collectivités territoriale qui en 2013 ét de 5.63 % et en dessous de la moyenne des trois fonction publique qui et de 4,64%. Alors le dialogue sociale devrait peut être s'etendre avec les syndicats vers la responsabilité sociale. Des syndicats qui il vrai n'ont que tres peu tendance malgrès la présence d'une mission d'un relle travail de protection des travailleurs handicapées. Une tendance que reflete largements les salariées tant le secteur privé que public.

Six ans après, plus un jour de grève

Il s'agissait simplement de consulter systématiquement les représentants des agents municipaux, les former grâce à des accords avec Sciences Po Paris, l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) et l'Organisation internationale du travail (OIT), et leur permettre de reprendre sans difficulté leur activité professionnelle après leur mandat.

Six ans après, la municipalité avance des résultats: plus un seul jour de grève, même lors de la négociation tendue des nouveaux rythmes scolaires. Sa médiathèque ouvre le dimanche. Un plan contre l'absentéisme et un régime indemnitaire au mérite ont été mis en place.

Aux élections professionnelles, Suresnes a enregistré un taux de participation supérieur à neuf points par rapport à la moyenne nationale

Mais, attention, les accords signés depuis 2009 sont des « compromis sans compromission », assurent les représentants syndicaux. « Quand ça concerne les agents, on est intraitables. On n'a pas les mains liées », insiste M. ZAMOUN.

Ces derniers semblent y trouver leur compte : aux élections professionnelles de la fonction publique fin 2014, Suresnes a enregistré un taux de participation supérieur de neuf points à la moyenne nationale et en hausse de onze points par rapport au vote de 2008.

Les trois syndicats ont gagné de nouveaux adhérents

Les trois syndicats ont aussi gagné des adhérents et candidats aux responsabilités, notamment des cadres, jusque-là peu impliqués. Franck BOURGI, webmaster, s'est engagé auprès de la CFDT après avoir suivi, grâce à la charte, une formation sur la « culture économique et sociale » à Sciences Po. 

« Je savais que les syndicats avaient un rôle important mais je regardais ça de loin », dit-il. « Ça m'a permis de découvrir une forme d'action sociale utile au quotidien. » Suresnes a ainsi montré. Les autres communes de Frnce pourront prendre exemple sur la ville des Hauts-de-Seine pour faire aussi bien qu'eux en matière de dialogue social. Un effort reste a fournir par tous sans exception celui avec avec les salariés en situation de handicap. Une tendance qu'exprime les salariées tant dans le secteur privé que public.

La Rédaction/Avec AFP

.

 

La Sandwicherie Max SaveurC’est une première en la matière. Ce projet lancé par l’Association Alged et l’Établissement et le service d’aide par le travail Hélène-Rivet de Lyon a permis à neuf personnes souffrant d’une déficience intellectuelle de trouver un emploi. Chez « Max Saveurs », à Lyon. Leurs tâches seront : prendre les commandes, préparer les plats et assurer le service ainsi que la vente des produits. Une initiative qui recu en avril dernier le soutien notamment de 150 000 € de la Fondation Caisse d'Epargne ainsi que par le Lyonnais Grégory Cuilleron, ancien candidat des émissions Un dîner presque parfait et Top Chef sur M6.

Préparer un repas, accueillir des clients ou encore tenir une caisse restent des choses compliquées pour une personne souffrant d’une déficience intellectuelle. Désormais grâce au projet lancé par l’Association Alged et l’Etablissement et le service d’aide par le travail Hélène-Rivet, neuf personnes atteintes d’un handicap mental, encadrés par deux moniteurs, vont gérer l’établissement « Max Saveurs », situé dans le 9e arrondissement de Lyon, 16 rue de la Claire, à proximité de la gare de Vaise.Il sera ouvert de 8h à 14h , 220 jours par an, un établissement inauguré il y a quelques jours.

Si l'initiative n'est plus désormais une premiere dans le monde de la restauration elle n'en reste pas moins tres encouragante par l'idée d'inclusion sociale et économique des personnes déficientes intellectuelle souvent délaissé dans le monde du travail ordinaire.

« C’est un beau projet pour nous de nous projeter dans le monde oridnaire. Grâce à la monitrice, nous avons pu apprendre à faire toutes sortes de sandwiches. Cela nous permet également de mieux gérer le stress et de travailler en rapidité. C’est une belle opportunité pour nous pour dépasser notre handicap », a expliqué Caroline CHARY, au micro de RCF radio.

Mettre une claque aux idées reçues

Depuis trois mois, une monitrice les forme afin qu’ils soient opérationnels pour l’ouverture du restaurant. « La principale difficulté est leur lenteur, a rappelé la monitrice, Véronique CHALAND, sur le site internet de Metronews. Il faut donc faire répéter les gestes de nombreuses fois afin qu'ils aillent plus vite. Au début, c'était un peu la pagaille, mais maintenant cela se passe super-bien. »

Bien évidemment, ils sont un peu stressés car ils n’ont pas l’habitude de faire face au public mais ont envie de prouver qu’ils sont compétents comme n’importe quelle autre personne. « On a hâte de commencer cette aventure. On a envie de prouver que les personnes handicapées peuvent y arriver aussi », a confié Philippe FONTAINE devant les caméras de France 3 Rhône-Alpes.

Pour que ce projet voit le jour l’Association Alge et l’Esat Hélène-RiIVET ont dû trouver des investisseurs pour cette belle cause. Grâce à un prêt de la Caisse des dépôts d’un montant de 320 000 €, des subventions s’élevant à 89 000 € et un autofinancement de 211 000 €, ils ont pu réunir les 620 000 € nécessaires pour ouvrir ce restaurant. C’est une première qui pourrait bien en appeler d’autres dans les mois et années à venir dans d’autres régions de France.

La Rédaction