Contenu principal

Message d'alerte

tendances des frais de santé dans le monde croissance des coûts des prestations de soins de santé 2017 2019 3cd42Les coûts des prestations de soins de santé devraient augmenter significativement dans le monde en 2019, selon l’enquête réalisée par Willis Towers Watson. Les 300 assureurs leader mondiaux attribuent cette hausse au coût élevé de la technologie médicale ainsi qu’à la surconsommation et à la sur-prescription de services, tout en précisant que la flambée du prix des médicaments deviendra un facteur important au cours des cinq prochaines années. En France les mutuelles pourraient voir leurs prix progressé de 2.5 %. Une annonce qui intervient après le vote définitif le 5 décembre dernier du PLFSS 2019

Une inflation des frais de santé dans le monde encore plus importante en 2019…

Cette enquête mondiale sur les tendances médicales de 2019, souligne que les assureurs prévoient une inflation de 7,6% du coût des prestations de soins de santé en 2019, un taux en légèrement augmentation par rapport à 2018 (7,1%). Il est à noter que cette inflation des frais de santé est deux fois plus importante que l’inflation normale des prix mesurée au niveau mondial, appuyant la notion de dérive des coûts liés aux frais de santé.

Les plus faibles progressions sont attendues en Europe, avec 5% d’augmentation en moyenne, tandis que les plus fortes sont prévues au Moyen-Orient et en Afrique, où les coûts devraient augmenter de 12,4%. Les hausses de coûts dans les Amériques, à l'exclusion des États-Unis, devraient faiblir légèrement mais restent sur des niveaux à deux chiffres (10,7% attendu en 2019, à comparer à 11,0% en 2018). Aux États-Unis, la progression des coûts des prestations de soins de santé devrait être légèrement moindre, passant de 8,7% cette année à 7,9% l'année prochaine. Les principaux points d’attention se portent notamment sur les marchés importants des frais de santé et où l’inflation, à un niveau déjà élevé, devrait encore augmenter en 2019 : Brésil, Chine, Inde, Mexique et Emirats Arabes Unis.

L'étude révèle également que les perspectives de croissance des frais de santé au cours des trois prochaines années varient considérablement. D’une région à l'autre. Un tiers seulement des assureurs en Amérique (34%) s’attendent à ce que les prix soient plus élevés au cours des trois prochaines années ; cependant, 60% des assureurs du Moyen-Orient et d'Afrique et 54% des assureurs européens anticipent des coûts plus élevés. À l'échelle mondiale, près de la moitié des assureurs (49%) s'attendent à une augmentation des cotisations significative.

Les autres principaux enseignements de l’enquête

Les trois principales sources de coût dans le monde sont celles découlant des maladies cardiovasculaires (première source identifiée par 54% des répondants), des troubles musculo-squelettiques (49%) et de cancer (42%)mutuelle comment la choisir 39b5a. Cependant, la prévalence d'autres pathologies telles que le diabète et la santé mentale sont en nette augmentation. Sur la gestion des offres médicales : 63% des assureurs utilisent des réseaux sous contrat, tandis que 61% nécessitent une prise en charge pour les services de soins hospitaliers, et 57% limitent certains services médicaux en faveur de la maîtrise des coûts de santé.

« L’enquête nous a appris que les assureurs et les entreprises travaillent à l’élaboration de programmes visant à réduire considérablement la hausse des coûts médicaux et à améliorer la santé des salariés. Bien que les offres traditionnelles de gestion des avantages sociaux restent majoritaires, les employeurs s’intéressent davantage aux nouvelles technologies en matière d’innovation médicale », souligne Maud MERCIER, Directrice Global Services & Solutions Willis Towers Watson France. Par ces exemples de nouvelle technologie celle par exemple de la télémédecine afin de mieux anticiper les attentes des salariés en matière de santé. Au-delà de la maîtrise et réduction des coûts, l’intérêt pour les entreprises à gérer les programmes santé porte également sur l’amélioration de la santé de leurs salariés, mais également sur leur image, en interne et sur le marché », conclut Maud MERCIER.

Une forte progression du cout des mutuelles…

Malgré les affirmations de plusieurs députés de LREM ou de son délégué général Stanislas GUERINI qui affirme que la ministre de la Santé mettra tout en œuvre pour réduire cette progression à 1.5% celle-ci devrait être largement supérieur à l’inflation des prix et viendra s’ajouter aux nombreuses augmentations prévues en janvier. Une situation que les mutuelles justifient par la mise en place en 2019 du reste à charge zéro, voulu par Emmanuel MACRON. Les soins dentaires et les dépenses d'optique seront certes totalement remboursés, mais une contrepartie sera évidemment demandée aux Français.

Parmi les plus impactés par cette situation les retraités, « Les Français auront accès à des soins totalement gratuits. À la fin, ce sont les adhérents des mutuelles qui vont payer une partie de l'addition », » selon Pierre-Alain de MALLERAY, PDG du courtier Santiane.fr.

Des retraités qui seraient les plus durement touchés. Il faudrait rajouter environ 170€ pour un couple avec une prise en charge moyenne de mutuelle. Mais ils ne seraient pas les seuls à voir leur facture rehausser. Alors que certaines mutuelles santé ont pris prétexte de la réforme 100 % Santé pour augmenter leurs tarifs, la ministre Agnès BUZYN a qualifié leurs pratiques de « sabotage politique ». La Ministre de précisé qu’il « est hors de question que les mutuelles profitent d'une réforme à laquelle elles ont participé, qui a été négociée, qui a été signée entre tous les partenaires, pour augmenter leurs prix. Je ne le tolérerai pas ».

Ce n’est pas la première pique qu’Agnès Buzyn adresse aux mutuelles. En octobre, la publication d’une étude menée par le courtier en ligne Santiane annonçant de fortes hausses de cotisations liées au RAC 0 avait déclenché une polémique entre la ministre et les mutuelles. Agnès Buzyn avait alors rappelé que les organismes d’assurance maladie complémentaire (OCAM) s’étaient engagés à ne pas augmenter leurs tarifs.

Des progressions qui devrait être sous réserve de revirement, pour la plupart des contrats d’entreprises sont indexés sur le plafond mensuel de la Sécu (PMSS), d’une augmentation de 2 % en 2019. Ce qui signifie qu’a minima, toutes les entreprises supporteront une hausse de tarifs de cet ordre. Chez AG2R La Mondiale, elle sera limitée à 2 % mais pourra aller au-delà (de 2 % à 3 % chez Verlingue, de 2 % à 4 % chez AXA, 4 % en moyenne chez Mercer…).

Pour les contrats individuels, elle sera dans le même ordre de grandeur : 2 % chez Santiane, 0 % pour les plus de 55 ans et 2,4 % pour les moins de 55 ans chez Harmonie Mutuelle, de 0 % à 2 % pour les actifs et de 0 % à 3 % pour les retraités chez AG2R La Mondiale.

PLFSS 2019 adopté définitivement…

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 a été adopté en lecture définitive à l’Assemblée nationale par 48 voix contre 32. Les modifications apportées par le Sénat, notamment la hausse de la taxe qui pèse sur les organismes d’assurance maladie complémentaire (OCAM) de 13,27 à 18 %, ont été pour la plupart supprimées.

Pour les entreprises, à compter du 1er janvier 2019, le CICE et CITS seront transformés en un nouvel allégement de cotisations d’assurance maladie de 6 points pour les rémunérations allant jusqu’à 2,5 SMIC. Par ailleurs, le texte prévoir le rétablissement du dispositif d’exonération sociale sur les heures supplémentaires et complémentaires dès le 1er janvier 2019. Le « RAC 0 » ou 100 % santé qui consiste en la mise en place d’un panier de soins accessible à tous avec une prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie et les complémentaires santé responsable en optique, dentaire et audioprothèse. La fusion du dispositif d’Aide à la complémentaire santé (ACS) dans la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) avec une participation financière en fonction de l’âge jusqu’au plafond de l’ACS.

Pour les familles ayant un enfant en situation de handicap, le PLFSS prévoit une majoration de 30 % du complément de mode de garde pour les familles lorsqu’elles sont bénéficiaires de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH). Enfin, le congé maternité sera élargie aux travailleuses indépendantes.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Méthodologie : L'enquête mondiale Willis Towers Watson sur les tendances médicales a été réalisée entre août et septembre 2018 et reflète les réponses de 307 assureurs médicaux leaders opérant dans 77 pays.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir