Contenu principal

Message d'alerte

2011.06.08 --- La France compte aujourd’hui plus de 2 millions de personnes malentendantes légères, 1,8 million atteintes de surdité moyenne et 300 000 de surdité profonde. On estime également à 1 700 000 environs le nombre de personnes déficientes visuelles. Parmi elles, 12 % des déficients visuels sont aveugles ou malvoyants profonds, 55 % sont malvoyants moyens avec une incapacité visuelle sévère en vision de loin ou de près et 33 % sont malvoyants légers.

En outre, la prévalence des déficits sensoriels augmentant avec l’âge, son incidence sur l’autonomie de la personne est incontestable : 80 % des patients suivis pour des problèmes de surdité ont entre 70 et 100 ans, soit une moyenne d’âge de 85 ans et chez les personnes âgées de 80 ans et plus, le taux de prévalence de déficiences visuelles est de 13,27 pour 1 000-personnes.

Dès lors, si pour un public de jeunes enfants et d’adolescents des dispositifs performants existent dans le secteur médico-social et de la réadaptation, il n’en est pas de même pour un public d’adultes et de personnes âgées. Le retard de notre pays en matière de réadaptation des déficiences sensorielles pour ces publics est flagrant et ne peut plus continuer.

C’est pourquoi, dès 2007, la Mutualité Française, la Fondation des Caisses d’Épargne pour la Solidarité (FCES) et la Fédération nationale pour l’Insertion des Personnes Sourdes et des Personnes Aveugles en France (FISAF) ont mis en commun leur expertise pour donner naissance à un projet ambitieux de création de structures destinées à répondre à ce besoin.

Depuis cette date, 6 établissements* de soins de suite et de réadaptation et 1 service d’accompagnement médico-social pour adulte, spécialisé dans la déficience visuelle et/ou dans la déficience auditive ont ainsi été créés dans 6 régions, constituant ainsi des plates-formes sensorielles.

Ces interventions poursuivant des objectifs concrets de prévention et de réadaptation, il est important, aujourd’hui, de valoriser les dispositifs déjà déployés et d’aller encore plus loin en objectivant l’impact des interventions sur le confort et la qualité de vie des personnes suivies et de montrer à travers ces expériences réussies, l’efficacité de ces dispositifs.

C'est pourquoi la Mutualité française, la FISAF, et la Fédération Hospitalière de France (FHF) ont décidé de lancer une évaluation à grande échelle de ces dispositifs. Cette évaluation sera effectuée sous l’égide d’un comité de suivi mis en place le 26 mai 2011, regroupant l’ensemble des gestionnaires des plates-formes sensorielles.

La Rédaction

Liste des établissements :

· Centre régional basse vision et centre d’évaluation et de réadaptation des troubles auditifs – Angers – Mutualité Française Anjou – Mayenne SSAM

· Centre régional basse vision – Tours – Mutualité Française Indre Touraine

· Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle en basse vision et troubles de l’audition – Poitiers – Mutualité Française Vienne SSAM

· Centre lorrain d’évaluation et de réadaptation basse vision (Nancy) géré par le CEDV Santifontaine et basse audition (Metz) géré par l’INJS

· Service d’accompagnement médico – social pour adultes déficients visuels – Mutualité Française PACA

· Centre de réadaptation pour personnes atteintes de déficience visuelle – Limoges – Mutualité Française Limousine SSAM

2011.06.01 --- Dans un rapport rendu public le 31 mai dernier, l’Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) estimant la présence de nombreux dysfonctionnements systémiques dans la gestion de la sécurité par les hôpitaux psychiatriques. Un État des lieux sévères des hôpitaux psychiatriques en France et ce, en plein débat devant le parlement sur l'hospitalisation d'office. Un rapport qui dénonce notamment les fugues, agressions, parfois meurtres ou viols, la violence dont font l’objet les patients.

« Il faudrait être naïf pour penser que ce rapport est publié aujourd'hui par hasard », nous confie, Norbert Skurnik, du syndicat des psychiatres de secteur, en référence au projet de loi de réforme de l'hospitalisation d'office voté en première lecture mardi dernier par les députés et rejeté par la profession qui le juge trop sécuritaire. « Le rapport de l'Igas vient à nouveau enfoncer le clou de cette orientation qui entretient un climat de peur et de stigmatisation des malades”, juge le psychiatre Paul Machto, responsable d'un centre de jour à Montfermeil.

Force est de constater que les moyens promis en décembre 2008, par Nicolas Sarkozy suite à la mort d'un étudiant, poignardé à Grenoble par un malade mental échappé d'un hôpital psychiatrique n’ont pas été tenus. Le président qui avait pourtant promis à l’époque un plan de sécurisation des hôpitaux psychiatriques, ainsi que la création de quatre unités qui vont prendre en charge les malades jugés « difficiles »pour lequel 70M seraient investis.

Une mauvaise gestion

L’institution met en cause la surveillance des établissements dont il serait trop facile de sortir. Elle évalue à 10 000 le nombre de fugues par an. Les accès des hôpitaux sont mal aménagés et peu surveillés, selon le rapport, qui a évalué entre 8.000 et 14.000 le nombre annuel de fugues de patients hospitalisés d'office ou à la demande d'un tiers. Quant aux détenus, ils sont une quarantaine par an à s'évader des hôpitaux psychiatriques. Dans la quasi-totalité des cas, le retour est rapide et les fugues n'ont pas de conséquences graves, relève l'Igas, qui souligne cependant qu'elles induisent des ruptures thérapeutiques.

l’IGAS, qui concernant la surveillance constate que en cinq ans, une vingtaine de meurtres (dont trois pendant des fugues, sept dans un établissement, cinq en sortie d'essai). Elle a aussi relevé une dizaine d'agressions sexuelles au sein des établissements. Ce sont des drames rares, mais les agressions à l'intérieur de l'hôpital contre le personnel et les malades paraissent en revanche plus nombreuses que ne le laissent percevoir les 1.870 signalements recensés en 2009. Face à cela, peu d'hôpitaux réagissent en mettant en place des programmes de formation et d'équipements adéquats, estime l’inspection générale.

Défaillance et manque de personnel

Un rapport qui confirme là aussi les nombreuses manifestations des syndicats ces derniers mois a Toulouse, Paris, Lilles ou Marseilles. Car si le rapport n’estime pas directement « le manque de personnel sauf exception localisée », il reconnait cependant une présence médicale lointaine, un encadrement défaillant, des locaux et des équipements vétustes. En revanche, la charge de travail des infirmiers en hospitalisation complète s'est alourdie et surtout le temps de présence des personnels a été réduit, ajoutent les auteurs, qui relèvent un fort absentéisme ou encore de trop nombreuses pauses fumeurs. : l'IGAS qui cite aussi le confinement dans des espaces étroits de personnes présentant des pathologies et des origines diverses, la négation de la vie privée, parfois le port du pyjama en journée, ou encore l'absence quasi totale de distraction.

Internement infantile

L’actualité a prouvé encore le manque d’une réelle politique concernant l’internement des enfants et des adolescents. Un rapport qui dénonce cette situation en n’acceptant pas que ceux-ci puissent être mis, faute de place, dans les unités pour adultes.

Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

Un document précieux qui nous fait voir l’impossibilité et l’inutilité de vote de loi comme celle actuellement en projet au parlement, les moyens eux ne sont pas. Avant toute décision, il convient donc pour le gouvernement de revoir sa copie de mettre en œuvre une véritable politique psychiatrique en France avec les moyens d’internement volontaire ou d’office. Une situation qui permettre alors de recevoir ses personnes en toute sécurité et dans le respect des dignités humaines auquel chacun de nous peut prétendre.

Stéphane Lagoutière

 

2011.05.21 --- Fortes de leur partenariat initié en 2010, les associations L’ADAPT et DMF ont mené une enquête nationale* sur les besoins des enfants dyspraxiques qui leur permet de dresser un état des lieux des difficultés rencontrées de manière récurrente par les enfants et leurs familles et de proposer des pistes de travail afin de faciliter le parcours des enfants et des jeunes en milieu ordinaire. Deux priorités apparaissent : avancer l’âge du diagnostic et développer des services d’accompagnement spécifiques.

Les dyspraxies sont des anomalies de la planification et de l’autonomisation des gestes volontaires (dont le regard). Selon la Haute Autorité de Santé publique, 5 à 7 % des enfants de 6 à 11 ans seraient atteints de dyspraxie, soit entre 600 000 et 840 000 élèves. Les atteintes sont plus ou moins sévères, mais pour 2 % des enfants scolarisés (environ 240 000), elles sont tellement importantes qu’elles nécessitent un accompagnement spécifique ainsi que des aménagements scolaires (adaptations pédagogiques).

Fortes de ce constat, les associations L’ADAPT et DMF ont conclu un partenariat en juin 2010 en vue de favoriser la reconnaissance de ce handicap et mettre en commun leurs expertises et leurs ressources pour développer des dispositifs d’accompagnement spécifiques des enfants et élèves dyspraxiques. Les deux associations ont réalisé une enquête nationale [1] auprès des enfants et jeunes atteints de dyspraxie afin de recenser leurs besoins quotidiens, d’observer la manière dont ils y répondent et d’identifier les besoins qui restent non couverts. Une enquête qui fait apparaitre l’importance de trois point notamment.

Priorité au dépistage précoce

La première difficulté pour ces enfants et leur famille résident dans l’absence de diagnostic. En effet, la dyspraxie est parfois mise sur le compte d'un retard intellectuel, problème psychologique ou de la mauvaise volonté. Aujourd’hui, 2/3 des enfants atteints de dyspraxies ne seraient pas diagnostiqués. Quand ils le sont, le diagnostic intervient trop tardivement, dans la majorité des cas à 7/8 ans, au cœur du cycle des apprentissages fondamentaux. La médecine et la pédiatrie de ville sont quasi absentes du processus de diagnostic (seulement 9 %), il y a donc urgence à les sensibiliser à la reconnaissance de la dyspraxie pour avancer l’âge du dépistage.

Une coordination indispensable des soins et de la rééducation

L’étude fait ressortir un manque de prise en charge globale de l’enfant, avec une demande d’accompagnement spécifique DYS, de coordination, d’information et d’orientation. Ainsi, si 92.5 % des enfants et jeunes de l’échantillon sont suivis pour leur dyspraxie, seulement 15 % sont accompagnés par un SESSAD[2]. Pour les autres, la rééducation est majoritairement effectuée en milieu libéral avec des soins ou rééducations en milieu hospitalier et/ou CMPP et une consultation régulière de 2 à 3 professionnels. Cette dispersion des soins fonctionnels et psychologiques alourdit considérablement la prise en charge de l’enfant et le fragilise. La coordination des soins de l’enfant constitue un des axes de développement des SESSAD DYS ou SESSAD Troubles des Apprentissages.

Un accompagnement scolaire adapté et pérenne

87 % des enfants sont scolarisés en classe ordinaire [3], toutefois l’accompagnement et les adaptations sont indispensables pour les maintenir dans ce système scolaire. Si 59% des enfants ont un(e) AVS[4] à l’école primaire, cet accompagnement baisse dès l’entrée au collège et peut avoir pour conséquence une rupture dans le parcours scolaire de l’enfant. S’il est nécessaire de développer des réponses aux besoins de ces enfants au niveau de la scolarité, il est également indispensable d’anticiper leur situation de jeunes et jeunes adultes (16 – 25 ans) : au lycée, étudiants, en formation, en recherche d’emploi, en emploi et d’éviter les ruptures de parcours.

En amont des services de soins, de rééducation et d’accompagnement, L’ADAPT et DMF agissent pour une reconnaissance de la dyspraxie tant au niveau des médecins généralistes, des médecins scolaires, que des enseignants qui se trouvent chaque jour au contact des enfants. L’ADAPT publiera un Cahier de L’ADAPT spécifique DYS au cours du 2e semestre 2011 destiné aux professionnels du secteur et organisera le 10 octobre prochain un Café des Réussites DYS en partenariat avec DMF à destination des familles, des professionnels du secteur et des entreprises.

La Rédaction

1 Cette étude a été menée auprès d’un échantillon de 318 familles adhérentes de l’association DMF, concernées par la dyspraxie, sur tout le territoire français.

2 Service d'éducation spéciale et de soins à domicile

3 En comparaison, 70% des enfants handicapés l’étaient au niveau national pour l’année scolaire 2009-2010

4 Dans l’Éducation Nationale, les AVS sont des assistants d’éducation mis au service d’un accompagnement à l’intégration scolaire, individuelle (AVSi) ou collective (AVSco), des élèves handicapés.

2011.05.31 --- Vendredi 27 mai à 14 h 30, Patrick Devedjian, député et président du Conseil général des Hauts-de-Seine, inaugure le premier foyer d’accueil « Alternote » pour les adultes musiciens souffrant d’autisme à Antony, en présence de Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France, Bertrand Delanoë, maire de Paris, Jean-Yves Senant, maire d’Antony, Pierre de Lavalette, président d’APRAHM-AUTISME, et Michel Pinville, directeur du foyer.

À l’initiative de l’association APRAHM-AUTISME, le projet « Alternote » s’inscrit dans la continuité de la démarchée initiée, en 2001, avec le foyer d’accueil Alternat pour adolescents musiciens et autistes. Les adolescents sont à présent devenus adultes. Aujourd’hui, ce nouveau foyer d’accueil pour adultes musiciens, autistes ou souffrants de Troubles Envahissants du Développement, est le premier en France. Il offre sept places à ces artistes.

Depuis 2005, le Conseil général des Hauts-de-Seine a financé l’association APRAHM-Autisme à hauteur de 286 800 € pour la construction du foyer d’accueil médicalisé à Antony. Cette association s’est toujours distinguée par la réalisation de structures innovantes. En 1993, elle a créé notamment le concept d’"Alternance" pour l’accueil d’adolescents autistes en institut médico-éducatif. Elle gère trois établissements : le foyer d’accueil médicalisé Alternat et Alternote à Antony, et les deux Instituts médico-éducatifs par alternances basés à Bourg-la-Reine et à Paris.

La Rédaction

2011.05.24 --- La convention signée aujourd’hui est la concrétisation de la démarche partenariale engagée par Alliade Habitat et l'ARHM pour permettre à des personnes handicapées psychiques d'accéder à un logement. Alliade Habitat et l'ARHM se sont engagés dans la réflexion sur le thème « santé psychique et logement » dans le cadre de la Conférence d'Agglomération de l'Habitat du Grand Lyon depuis l'origine. Ils concrétisent aujourd'hui leur démarche partenariale par une convention permettant d'apporter un logement en appartement à des personnes reconnues handicapées psychiques.

Les personnes accompagnées par le SAMSAH (Service d'Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés) de l'ARHM dont la zone d'intervention, s'étend sur Saint-Fons, Vénissieux et VIIIe arrondissement, peuvent en effet bénéficier depuis 2008 de la mise à disposition d'un appartement dans le parc locatif d'Alliade Habitat.

La convention signée ce mardi 24 mai 2011 entre Alliade Habitat et le SAMSAH de l'ARHM prévoit donc les dispositions et les engagements mutuels afin que la solution apportée contribue à améliorer l'accès au logement à ses personnes. Les deux partenaires tiennent donc par cet engagement formalisé à souligner leur satisfaction mutuelle à collaborer et toujours mieux répondre aux besoins en logement par des solutions innovantes.

La Rédaction

2011.05.11 --- Le budget provisoire 2011 de l'Assistance publique Hôpitaux à Paris, présenté le 10 mai, fait apparaître un déficit de 100 millions d'euros, similaire à celui de 2010. Un millier d'emplois seront supprimés cette année.

L’Assistance publique Hôpitaux de Paris (AP-HP) poursuit sa réorganisation. En 2011, quelque 1 000 emplois seront supprimés sur un effectif de 90 000 agents, principalement dans les services administratifs, logistiques et médico-techniques, à en croire l'état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) pour l'année 2011 présentée le 10 mai. Selon ce projet de budget, détaillé devant la conférence médicale d’établissement (le « parlement » des médecins), l’excédent brut d’exploitation s’élève à 260 millions d’euros, un niveau jamais atteint, mais l’AP-HP restera malgré tout déficitaire d’environ 100 millions d’euros, comme en 2010, en tenant compte notamment de la baisse tarifaire décidée par le gouvernement.

« Il y a eu une diminution importante de l’argent donné aux hôpitaux publics en général et à l’AP-HP en particulier, observe Pierre Coriat, le président de la conférence médicale d’établissement. Si l'on continue à placer la barre toujours plus haute en donnant encore moins de ressources, je pense que l'on va casser l'institution et ses possibilités de modernisation… » Les réductions de personnel concerneront essentiellement les agents administratifs du siège de l'avenue Victoria (en face de l'hôtel de ville à Paris), prochainement vendues et transférées à l'Hôtel-Dieu.

Syndicats mobilisaient

« Ces nouvelles suppressions de personnels interviennent après une réduction de 900 agents en 2010, dénonce Marie-Christine Fararik, secrétaire générale de SUD Santé à l’AP-HP. On nous demande à travailler davantage avec des effectifs réduits. Cela va coincer… » Marie-Christine Fararik fustige par ailleurs des « erreurs de gestion » : « Quelque 150 millions d’euros sont investis depuis cinq ans dans un nouveau système informatique censé gérer la facturation et les ressources humaines. Mais il ne fonctionne pas… »

« L’AP-HP emprunte pour financer son plan de rénovation, réagit de son côté Gilles Damez, secrétaire général adjoint de FO Santé. Et il faut aujourd’hui rembourser les intérêts d’emprunt. Nos comptes sont dans le rouge et ce sont les personnels qui trinquent. » Les deux syndicats promettent de rester mobilisés.

 

La Rédaction

2010.11.30 --- Le Prix « Soin et Bientraitance » de la Fondation d’entreprise B. Braun a été remis hier à une équipe du Centre de Lutte Contre le Cancer René Gauducheau (Saint-Herblain, 44) en présence de professionnels de santé et d’associations de patients. Le prix, d’un montant de 25 000 €, a pour objectif de permettre la réalisation d’un projet innovant visant à améliorer la qualité de vie des patients en intégrant la bientraitance tout au long du parcours de soins.

Le projet lauréat a choisi d’améliorer la bientraitance au travers d’un référentiel de bonnes pratiques soignantes sur le respect de l’intimité des patients. La Fondation d’entreprise B. Braun suivra la mise en œuvre du projet récompensé ainsi que ses effets sur la qualité de vie des patients.

Présentation du projet lauréat par son porteur de projet, Devi Cournilloux

Un projet basé sur le cadre de santé au sein de cet établissement : « La sensibilisation de chaque professionnel de santé sur le respect de l’intimité du patient l’amène à se questionner sur ses attitudes, ses axes d’amélioration. Comment améliorer nos pratiques soignantes, dans le but ultime de renforcer la condition humaine de chaque patient dans un contexte de prise en charge palliative ? Le référentiel de bonnes pratiques soignantes associées à des équipements invite cette réflexion et permet de renforcer la valeur de l’intégrité du patient au moment de sa fin de vie. Respecter l’autre dans sa globalité, en passant par une réflexion de notre positionnement soignant. »

Le jury, présidé par le Professeur Josy Reiffers, directeur général de l’Institut Bergonié et président de la Fédération française des Centres de lutte contre le cancer (CLCC), a sélectionné ce projet parmi les soixante-six dossiers qui ont répondu à l’appel à candidature de cette première édition.

La Rédaction