Contenu principal

Message d'alerte

Intérieur d'une agence de pôle emploi qui compte près de 2900 agence travailleurs handicapés (illustration 2012)Dans un communiqué sur l'état de l'évolution de son taux légal de travailleurs handicapés, force et de constaté que celle-ci trouve une nouvelle évolution positive. Ainsi en 2012 lors de dernières déclarations annuelles obligatoires (DOETH), le taux d'emploi légal de personnes handicapées dépasse, cette année encore, le seuil des 6 %, en s'élevant à 6,76 % contre 6,16 % en 2011. Et pour la première fois, pôle emploi dépasse les 6 % en taux d'emploi direct* avec 6,32 % d'agents en situation de handicap, soit 2 852 personnes.

Une politique de diversité

Pour Cathy LEURIDAN, chargée de mission handicap à la Direction générale de pôle emploi « Au-delà des chiffres, nous nous réjouissons que le dialogue s'instaure entre les salariés et l'établissement autour de la question du handicap et plus globalement de la diversité. Mais nous ne voulons pas nous arrêter là ! Nous souhaitons poursuivre nos efforts afin d'accroître l'intégration des salariés en situation de handicap. » Et c'est en ce sens que les efforts se poursuivent pour la vague des 2 000 recrutements du mois de juin avec un seul objectif, le recrutement d'au moins 6,6 % de bénéficiaires de l'obligation d'emploi.

Vers une sensibilisation sans relâche

Dans le cadre de l'accord social sur le handicap signé entre la direction et les organisations syndicales de pôle emploi en 2012, ce sont des outils qui sont mis à disposition et des formations mises en œuvre pour sensibiliser recruteurs et managers aux thématiques du handicap. Concrètement ? La création d'équipes pluridisciplinaires (médecin du travail, assistante sociale, correspondant handicap...) en veille et en échange d'informations sur toutes les situations, la mise en place de réunions de suivi sur les sites avec les directeurs d'agence pour échanger et accompagner toutes les situations complexes, un suivi des agents sur la validité de leur reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, ...

Et demain avec pôle emploie 2015 ?

La politique d'aménagement des postes de travail devrait se poursuivre avec plus de 500 aménagements matériels de postes et 200 aides aux conditions de vie (appareils auditifs, transports, etc.) par an pour les personnes en situation de handicap. Des engagements qui se concrétisent dans la mise en œuvre des différents accords (égalité professionnelle H/F, travailleurs handicapés, etc.).

En pratique, comment cet engagement se traduit-il ?

Cette amélioration est le résultat d'une mobilisation que pole emploi affirme comme « active » de la mission nationale handicap, des correspondants régionaux handicap et de tous les autres acteurs intervenant sur ce thème. Des efforts qui néanmoins, continuent pour réduire les disparités entre les régions et promouvoir l'accès aux postes à responsabilité pour les personnes en situation de handicap. Ainsi à titre d'exemple, la direction aquitaine, qui dispose d'un effectif de 2 400 agents, emploi 169 salariés qui sont reconnus comme travailleurs handicapés. Un chiffre qui ne cesse d'augmenter depuis 2009 avec 5,76 %, date de création du service santé et qualité au travail.

« C'est un travail sans relâche qui commence à porter ses fruits » nous souffle Nadine FOURNIER, DRH à la Direction Régionale aquitaine. Un travail qu'une équipe de six personnes s'emploie à mettre en œuvre au quotidien pour atteindre un objectif quantitatif et répondre ainsi à l'obligation légale, mais également pour répondre à un objectif qualitatif en se demandant chaque jour, comment accompagner et améliorer le quotidien des travailleurs handicapés.

La Rédaction

Aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises françaises intègrent des personnes en situation de handicap et la loi du 11 février 2005 a aider renforcé cette tendance. Au sein de ces sociétés, les chargés de Mission Handicap sont responsables du recrutement des travailleurs handicapés et du maintien dans l'emploi. Pour faire de ces embauches une expérience réussie, ils sont à la recherche de toutes les innovations ergonomiques et technologiques qui permettront d'assurer l'autonomie et la sécurité des personnes déficientes sensorielles.

C'est pourquoi quatre sociétés ayant développé des expertises et des solutions complémentaires dans ce domaine - Phitech, Tadeo, Atalan et Siemens - s'associent pour rendre l'entreprise accessible à tous et proposent : des solutions pour l'information et le guidage des personnes déficientes visuelles pour mieux vivre au quotidien, se retrouver facilement dans les locaux et s'approprier l'espace dans lequel ils évoluent (Phitech).

Mais également des solutions de communication entre entendant et sourd ou malentendant pour leur permettre d'accéder à une conversation téléphonique, de participer à une réunion, une formation... (Tadeo) ou encore des solutions d'accessibilité numérique (internet, intranet, word, pdf...) permettant l'égalité d'accès à l'information pour tous, quel que soit le handicap (Atalan). Y compris en cas d'alerte et d'évacuation destinées aux personnes déficientes auditives et visuelles en situation d'isolement en cas d'incendie avec Siemens.

Autonomie des personnes déficientes visuelles à l'intérieur d'un bâtiment

Des solutions d'information et de guidage (voirie, passage pour piétons, transports publics...) ont été développées et déployées pour accompagner, au quotidien, dans leur déplacement, les personnes aveugles ou malvoyantes

Dans un bâtiment, les problématiques sont différentes. Les grands principes de l'accessibilité sont, en premier lieu, l'optimisation du cadre du bâti via un dispositif de guidage au sol afin de signaler les dangers éventuels. A l'écoute des associations d'aveugles et de malvoyants et en tenant compte de leurs connaissances pour cibler les besoins réels, la société Phitech a développé un système de balisage sonore pour renforcer l'accessibilité des bâtiments.

Une solution simple adaptée aux besoins des personnes déficientes visuelles et des exploitants qui permet l'orientation à l'intérieur du bâtiment, l'accès aux horaires de celui-ci ou encore de disposer, en temps réels, des informations disponibles à la vue de tous. L'utilisation d'une simple télécommande ou d'un téléphone portable, en lien avec un parcours balisé, va permettre d'identifier, de se repérer et d'accéder aux informations internes délivrées de manière personnelle et discrète (horaire d'ouverture, cheminement, toilettes, services...).

Communication et échange entre entendant et sourd ou malentendant

En France, environ 100 000 personnes sourdes et malentendantes sont salariées dans le secteur public et privé. Elles n'ont pas ou peu accès au téléphone, aux réunions, aux formations... la communication avec leur environnement professionnel est souvent difficile. Comment permettre aux salariés déficients auditifs d'exercer pleinement leur activité, de téléphoner, d'être appelés, de participer aux réunions... ou tout simplement au quotidien de l'entreprise ? Dans le cadre de la Loi Handicap 2005, cet accès à la communication et aux échanges avec les entendants devient une nécessité.

Aussi Tadeo, plateforme de technologies et de services, développe des solutions permettant de mettre en relation les collaborateurs sourds ou malentendants avec tout interlocuteur interne ou externe entendant et propose des services à distance, en temps réels de : Transcription Instantanées de la parole ; Visio-interprétation en Langue des Signes Française.

Des techniques permettent aux personnes déficientes auditives de s'intégrer parfaitement à leur entreprise et au reste de l'équipe. De participer activement aux discussions, à l'élaboration d'axes stratégiques ou tout autre projet et ce en parfaite autonomie. Elles ont également donné naissance à un nouveau métier - l'e-transcripteur amené de plus en plus à se développer.

Accessibilité du web, des logiciels métiers, vidéos et documents bureautique

L'accessibilité numérique est devenue un enjeu majeur depuis la Loi du 11 février 2005 en faveur des personnes handicapées. Si cette Loi indique l'obligation d'accessibilité(2) des sites Web publics, la prise en compte de l'accessibilité par les entreprises privées évolue et devient un élément incontournable pour une meilleure intégration des collaborateurs handicapés. C'est également très stratégique pour l'entreprise (démarche qualité, politique de responsabilité sociale et citoyenne, avantage concurrentiel, gains et performances techniques...).

L'accessibilité commence par l'adaptation des postes de travail, qui varie en fonction des handicaps : tablette braille et/ou synthèse vocale pour une personne aveugle, clavier et/ou souris adaptée pour une personne avec un handicap moteur, logiciel de grossissement de caractères pour une personne malvoyante, système de vidéo-conférence en Langue des Signes pour une personne sourde...).

Pour que ces matériels et logiciels spécifiques donnent accès correctement à l'information, il est également nécessaire de concevoir des supports d'informations (sites web, vidéos...) accessibles à toutes les personnes, quel que soit le matériel adapté utilisé. C'est dans cette optique qu'Atalan a coordonné la démarche AcceDe Web, en partenariat avec 10 grandes entreprises et des soutiens associatifs et institutionnels. L'objectif de cette démarche étant de mettre à la disposition des équipes web (graphistes, développeurs, intégrateurs, webmasters.

Alerte et évacuation des personnes déficientes sensorielles

Optimiser l'accès aux personnes déficientes sensorielles est un des critères d'application de la Loi Handicap 2005. En adéquation avec celle-ci, les modifications apportées au Code du Travail dans les ERT(1) (Établissements Recevant des Travailleurs) pour offrir un niveau de sécurité optimal aux personnes handicapées, considèrent les lieux de travail comme leur étant accessibles s'ils peuvent : y circuler, être évacués, se repérer, communiquer avec la plus grande autonomie possible et percevoir une alarme du type incendie.

Fruit d'un travail de recherche et de développement de plus de 3 ans, une solution innovante d'alerte textuelle, vibrante et/ou vocale a été conçue pour venir en aide aux personnes déficientes auditives et visuelles en situation d'isolement. Elle leur permet d'être informées en temps réel du déclenchement d'une alarme incendie et d'obtenir les informations nécessaires à une évacuation optimale en tenant compte de la spécificité des locaux.

Composée d'un serveur central relié au système de sécurité incendie de l'entreprise et d'un réseau de balises émettant des fréquences radio, la solution est particulièrement innovante en matière de sécurité : elle est la première solution offrant un niveau de sécurité équivalant à une alarme sonore.

Stéphane LAGOUTIERE

Inauguration de la résidence d'hébergement temporaire pour personnes âgées, les Maisons de la Plumelière (D. Gouray)Le 6 juin dernier à Orgères, à proximité de Rennes a été inaugurée officiellement l'aboutissement d'un projet partenarial de 2006 entre la commune d'Orgères, propriétaire du terrain, Assia réseau Union Nationale de l'Aide, des Soins et des Services à Domicile (UNA), futur gestionnaire, et Archipel habitat, maitre d'ouvrage.

Un lieu de vie, « Les « Maisons de la Plumelière » subventionnées en partie par Rennes Métropole et le Conseil général d'Ille-et-Vilaine, qui comprenant a la fois une résidence d'hébergement temporaire pour personnes âgées dépendantes (26 places) et un foyer de vie pour personnes en situation de handicap mental vieillissantes (15 places). Un complexe inédit en Bretagne.

Un projet socialement innovant.

Combinant hébergement temporaire et hébergement permanent, le projet des Maisons de la Plumelière est unique en son genre, en Bretagne. La résidence d'hébergement temporaire est composée de deux unités (une pour personnes âgées dépendantes et une autre pour personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer), comprenant chacune 13 chambres de 21m2 en moyenne, une salle à manger/salon de 60m2, des locaux techniques et de services.

L'unité de foyer de vie, quant à elle, compte 15 chambres de 24m2 en moyenne, une salle à manger/salon de 60m2, des locaux d'activités (informatique, atelier occupationnel), ainsi que Vue extérieur de la résidence de la Plumelièredes locaux techniques et de services.

Afin de renforcer le lien social, l'ensemble résidentiel est traversé par un grand couloir déambulatoire conçu comme une « rue intérieure », propice aux rencontres et aux échanges entre les résidents.

Une solution pertinente pour accompagner la dépendance et la perte d'autonomie. Situé à la limite du centre-ville et proche des Jardins d'Orgères, l'établissement offre à ses résidents un cadre de vie agréable en plus d'équipements et de services répondant spécifiquement à leurs besoins.

Fruit du travail de l'architecte Hélène Fricout Cassignol, les Maisons de la Plumelière démontrent la volonté du territoire d'accueillir dans des conditions adaptées et confortables une population dépendante. Ce projet répond ainsi à une problématique sociétale forte : celle de la dépendance et de la perte d'autonomie qui touche, en France, près de 12 millions de personnes, vivant avec un ou plusieurs handicaps.

Une belle illustration du rôle d'Archipel habitat, - Office public de l'Habitat de Rennes Métropole - qui cherche à lutter contre l'exclusion et à créer les conditions de la solidarité.

La Rédaction

TINTEO le specialiste des amplificateurs d'écouteTINTEO, le spécialiste des amplificateurs d'écoute et des casques audio lève le voile sur les gênes rencontrées par les seniors en matière d'audition. le spécialiste français fabricant des amplificateurs d'écoute et des casques audio intelligents avec l'objectif d'améliorer le bien-être auditif des seniors dresse un bilan de leurs attentes pour améliorer leur déficit en matière d'audition suite à l'enquête nationale réalisée par JNA - IPSOS 2013*

Salle du pole enfance handicap innovant en Seine-et-Marne appartenant a la Fondation des amis de l'atelierDes 18 mois, certains enfants présentent des signes annonciateurs de « troubles du spectre autistique ». Plutôt ces manifestations sont identifiées, plus grandes sont les chances d'évolution pour l'enfant. Au-delà de la précocité du diagnostic, la cohérence et la continuité de l'accompagnement sont déterminantes.

C'est pourquoi l'IME du Jeu de Paume, qui forme avec l'IME des Grands Champs le pôle enfance de la Fondation des Amis de l'Atelier, a récemment redéployé son offre pour mettre en place un dispositif d'intervention globale et coordonnée (DIGC) avec les écoles, les professionnels de santé et les familles.

Le DIGC permet une prise en charge précoce et intensive favorisant l'autonomie, la participation sociale et l'évolution des enfants dans leur milieu de vie habituelle.

Selon la recommandation de la Haute Autorité de Santé, ce dispositif innovant s'adresse aux tout jeunes, entre 2 et 6 ans, avec des interventions dispensées à l'IME, à l'école et au domicile.

Dans cette optique, les parents des enfants accueillent sont acteurs de l'accompagnement : ils sont notamment formés à l'utilisation des méthodes ABA (Applied Behavior Analysis) et PECS (Pictures Exchange Communication System).

Si le DIGC vise une certaine adaptation et des efforts de la part de l'enfant, il prévoit également de rendre son environnement plus acceptant. Ainsi, divers aménagements peuvent être réalisés, comme celui d'une salle de classe, afin que l'enfant y trouve ses repères.

La collaboration poussée entre l'entourage, le personnel éducatif et médical sont un véritable gage de progrès pour les petits bénéficiaires du dispositif. Nous prendrons de leurs nouvelles !

Fondation des Amis de l'atelier reconnu d'utilité publique : Plus de 50 ans d'expérience au sein de 61 établissements et services parfaitement équipés, en permanence rénovée et adaptée, encadrés par des professionnels confirmés, l'Association les Amis de l'atelier innove sans cesse pour apporter des réponses de plus en plus adaptées et personnalisées à la personne en situation de handicap mental ou psychique.

Elle favorise au maximum l'épanouissement, l'autonomie, l'adaptation sociale et l'intégration dans la ville de la personne et favorise ses liens familiaux.

La Rédaction

Observation d'un coronavirus au microscope Inconnu, il y a encore quelques mois chez l'homme comme chez l'animal, le coronavirus MERS-Cov, acronyme de Middle East Respiratory Syndrome, est apparu en avril 2012 en Jordanie et a été identifié en juin sur un malade hospitalisé en Arabie Saoudite. Il s'est ensuite répandu dans plusieurs pays européens. Le premier patient français a, semble-t-il, été infecté lors d'un voyage à Dubaï et le second en le côtoyant dans une chambre à l'hôpital. Hospitalisé le 23 avril, placé depuis le 8 mai sous assistance respiratoire au CHRU de Lille, le premier patient, âgée de 65 ans est décédé le 28 mai 2013.

Dix-huit blessés militaires en service, issus des trois armées et du Service de santé des armées ont pu découvrir et redécouvrir de nombreuses disciplines sportives du 2 au 6 avril 2012, aux Rencontres militaires blessures et sports a Bourges (RMBS) ©ADC B. Biasutto / DICODDans une annonce commune, la ministre des Sports, Valérie FOURNEYRON, le ministre délégué aux anciens combattants, Kader ARIF et la ministre déléguée aux personnes handicapées Marie-Arlette CARLOTTI ont consolidé aujourd'hui leur démarche commune pour renforcer la place du sport dans les parcours de réadaptation et de réinsertion sociale et professionnelle des militaires blessés dans l'exercice de leurs missions. Un accord signé à l'occasion des 2es Rencontres Militaires Blessures et Sports (RMBS) à Bourges pour des hommes et des femmes qui parfois connaissant les traumatismes du handicap.

Dans cette optique, les ministres ont annoncé aujourd'hui qu'une convention entre les trois ministères sera effective à la fin de l'année 2013. Cette convention visera à pérenniser les RMBS qui ont fait la preuve de leur pertinence et de leur efficacité depuis leur création en 2012. Ces rencontres, sous forme de stages de découvertes multisports, sont ouvertes aux blessés de l'armée de terre, de l'armée de l'air, de la marine nationale et de la gendarmerie.

Pour les militaires blessés en service ou en fonction, elles sont une occasion unique de découvrir la pratique d'activités sportives adaptées à leur handicap, de dépasser les limites physiques ou psychologiques liées à leurs blessures et de rencontrer les acteurs institutionnels, associatifs et médico-sociaux qui leur apportent soutien et accompagnement.

Un accord qui selon les ministres trouvent dans le sport un « outil essentiel de résilience, de dépassement et de lien social, parce qu'il permet de briser le stress, le repli sur soi et l'isolement, la convention tripartite qui verra le jour dans quelques mois permettra aux RMBS de se développer grâce à un cadre administratif, juridique et financier renforcé ».

Organisateur de la manifestation, le Ministère de la Défense pourra bénéficier de l'appui de la direction des sports du ministère chargé des sports et de l'expertise du ministère délégué chargé des personnes handicapées. Engageant durablement les services compétents des trois ministères, la convention permettra de mutualiser les expériences et de développer des expériences solidaires d'accompagnement des militaires blessés vers leur réinsertion et leur reconversion.

La Rédaction