Contenu principal

Message d'alerte

des étudiants-bénévoles lors des projets Handivalide 2011Parce qu'aujourd'hui encore, on ne compte que 0,5 % d'étudiants handicapés, des étudiants bénévoles s'engagent avec Starting-Block pour une inclusion globale des jeunes avec un handicap. Une action pour préparer le coup d'envoi de la Campagne Handivalides en février 2013. Une campagne qui sera soutenue par sa marraine Marie-Amélie le Fur triple médaillée olympique d'athlétisme des Jeux de Londres. "Mon engagement avec Starting-Block, défendre l'idée selon laquelle chacun doit pouvoir choisir son parcours de formation et son métier selon ce qu'il aime, ce qu'il sait faire, et surtout pas en fonction de son handicap." Affirme telle avec conviction !

Cycle de Formation Handivalides

Une centaine de jeunes adultes viennent se former les 27/28 octobre à Paris à la thématique du handicap et à la démarche de pédagogie active de Starting-Block. Au programme : formation généraliste autour du handicap, ateliers de mises en situation et de gestion de projet.

Une fois formés, c'est parti !

Dès le 12 novembre, cap sur le tutorat Handivalides. Des étudiants bénévoles vont accompagner sur marie amélie le fur marraine campagne handivalidesune année scolaire une centaine de jeunes franciliens en situation de handicap (psychique, auditif et mental). Qu'ils soient dans des établissements spécialisés ou intégrés dans des ULIS (Unité localisée pour l'Inclusion scolaire), les participants pourront au fil des séances s'ouvrir de nouvelles perspectives. Rencontres, découverte d'un métier, travail sur la confiance en soi, l'ouverture à l'autre... Autant d'activités qui doivent les aider à construire leurs projets personnels, étudiants et professionnels.

À partir du 27 novembre aura lieu le lancement des jumelages Handivalides. Il s'agit de classes de collégiens valides et handicapés apprenants à se connaître au cours de trois journées de rencontre sur une année scolaire. Un moyen de dépasser ses préjugés dès le plus jeune âge. Enfin en Fevrier en 2013, pendant près de 4 mois, les étudiants se mobiliseront pour un meilleur accès aux études des jeunes en situation de handicap. 45 établissements et près de 40 associations étudiantes seront impliqués dans cette campagne nationale portée par Starting-Block.

Stéphane LAGOUTIÉRE

cours-interieur-de-ecole-tournesol-situe-a-parisUn an après son ouverture, avec le soutien de la région Île de France et la ville de Paris, l'établissement scolaire tournesol installé à Paris 15e, élargit ses possibilités et ses offres d'accueil. Un lieu qui accueille les enfants handicapés mentaux de 11 à 20 ans afin de faire progresser des élèves atteints de troubles cognitifs ou mentaux, grâce à une pédagogie adaptée à leur handicap. C'est le défi de Tournesol ! Un établissement scolaire à caractère associatif reconnu d'intérêt général et autorisé par l'Éducation nationale.

manifestation-de-professeurs-et-de-parents-d-elevesNon l'État et pour preuve un gouvernement socialiste, ne fait aucune différence y comprit pour plusieurs dizaine d'élèves handicapés en Gironde faute d'AVS ou EVS aux seins de certains établissement catholique. La république est laïque comme chacun le sait et reconnaît l'importance de secteur privée. Seule difficultés les 1500 postes promis par le ministres risque eux de se voir destiné en priorité aux communes « prioritaires ».

Dans une annonce le rectorat de Bordeaux a annoncé malgré de nombreuse réticence le 7 septembre dernier face aux parents par Michèle JOLIAT. Le rectorat ayant annoncé le renouvellement des contrats prouvant une nouvelle fois la précarité ses emplois. "La difficulté d'accompagnement des élèves (...) de l'enseignement privé sous contrat est réglée", indique dans un communiqué le rectorat, sans préciser le nombre de contrats d'emplois de vie scolaire (EVS) ou d'assistants de vie scolaire (AVS) ont étaient reconduits dans le département. Un communiqué qui invite les enfants à reprendre normalement les cours a partir de d'aujourd'hui.

Selon un collectif girondin de parents d'élèves, d'enseignants et de chefs d'établissements, une vingtaine de contrats EVS/AVS, répartis sur une dizaine d'établissements catholiques du département, n'avaient pas été reconduits à la rentrée pour des raisons budgétaires.

Selon les dires de trois chefs d'établissement, ces dernier aurait confirmé avoir reçu l'assurance du rectorat pour la reconduction de plusieurs contrats. Les autres directeurs n'étaient pas joignables dans l'immédiat. "Nous avons obtenu le poste d'EVS que nous demandions (...) Manquent encore trois contrats d'AVS mais qui devraient être bouclés la semaine prochaine", a indiqué Isabelle PORCHERON, directrice du lycée professionnel bordelais Saint-Vincent-de-Paul, se disant "tout de même satisfaite".

La Rédaction

Parents-enseignans-et-eleves-manifestatant-avsAlors que bon nombre d'association comme l'UNAPEI, l'APAJH ou l'APF voire l'ADAPT, ont présenté leurs doléances pour certaines, il y a quelques semaines au nouveau gouvernement il semblerait quelle n'est pas étaient entendu. Ainsi, une trentaine de parent handicapé et de chefs d'établissements de l'enseignement catholique de Gironde ont manifesté mercredi à Bordeaux contre le non-renouvellement de contrats d'EVS et AVS. Manifestation avait soutenue et appelée a le faire l'UNAPEI dans un communiqué, il y a quelques jours.

Selon les parents, présente, ceux-ci privant pour l'instant de scolarisation une centaine d'élèves handicapés, dont une quatorze au lycée Saint-Vincent-de-Paul. Situation en parfaite contradiction avec les promesses du ministre de l'Éducation nationale qui le 00 août dernier avait annoncé « ».

C'est vers 15 h 00 du lycée Saint-Vincent-de-Paul dans le centre de Bordeaux que le cortège est parti en direction du rectorat où une délégation a été reçue par la secrétaire générale. Des manifestants qui ont dénoncé la non-reconduction à la rentrée de 23 contrats d'emplois de vie scolaire (EVS) ou d'assistants de vie scolaire (AVS), indispensables pour accompagner et aider les élèves handicapés dans leur scolarité, dans une dizaine d'établissements du département.

Malgré les promesses ministérielles, difficultés budgétaires et économie sont mises en avant selon Luce JOUGLA, dont son fils romain 18 ans devait rentrer cette en communication graphique. En résumé explique avec colère, que si rien n'est fait et faute d'AVS "Ca risque d'être une année de foutue pour lui. C'est inadmissible!". Romain, handicapé moteur. a besoin d'aide pour noter les cours, pour prendre ses repas à la cantine et pour porter son cartable. de cette aide « Un élève brillant » ajoute sa mère les larmes aux yeux...Et de regretter le comportement de l'académie pour lequel elle ne reproche aucune prise de contact ou de courrier. Luce Jougla reste combative : « On nous pousse à scolariser nos enfants et voilà ce qui se passe. J'ai dit à cette dame : "Mon fils veut préparer un CAP de communication graphisme et la première partie du bac. À quoi cela sert d'être allé jusque-là ? Qu'est ce que je vais lui dire ?". »

Interrogé l'académie, fait savoir par l'intermédiaire d'un communiqué, rappelle que le rectorat compte 9760 élèves en situation de handicap et scolarisés dans l'académie de Bordeaux et bénéficie d'un accompagnement". Un communiqué, qui conclut que Michèle JOLIAT, secrétaire générale de l'académie, « étudie toutes les solutions" et s'engage "à répondre aux familles "d'ici 48 h ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

rentrée-des-classes-enfant-handicapeeAlors que ce demain matin même plusieurs millions d'enfants sont rentrées dans les écoles, lycées ou collèges parmi eux 200 0 00 enfants et adolescents en situation de handicap, auquel il ne faut pas oublier les milliers entre 20 et 30 000 qui en sont encore écarté. Après l'ADAPT et une série de propositions, l'UNAPEI qui appelle à manifester, l'APAJH a vient de faire connaître sa vision de cet événement annuel.

La fédération qui dans un communiqué affirme que s'il est trop tôt pour évaluer l'action du nouveau gouvernement, qu'il faudra juger dans la durée, la Fédération des APAJH salue une volonté de refonder le système, en associant les différents acteurs de l'école et des actes forts sur le dossier des personnels accompagnants. Si l'objectif et l'idée rassemblent un consensus la réalité ou encore les moyens pour y parvenir semblent faire débat. Une association qui demeure vigilante pour l'avenir.

Beaucoup de promesse mais peu de résultats...

Situation d'autant plus inquiétante que malgré la loi de 2005, reconnaissant le droit à chacun d'une scolarité en milieu ordinaire au plus près de son domicile. Il reste aujourd'hui très difficile de connaître la réalité des chiffres, illustrant un problème de comptabilisation. Une situation confirmée par un récent rapport sénatorial d'Isabelle Debré et de Claire-Lise Campion, publié en juillet 2012 sur l'application de la reforme.

Inquiétude, tel est manifestement dressé par la fédération qui exprime celle-ci face au manque de considération accordé aux besoins éducatifs particuliers ces dernières années. Pour preuve les paroles du président Nicolas SARKOZ lors des deux discours des conférences national du handicap en 2010 et en 2012. L'État qui fera l'objet d'une condamnation par le conseil d'État et le gouvernement désavoué par le conseil constitutionnel.

De l'initiative politique a une politique sur le terrain

Si elle reconnaît les premiers efforts initiés par le gouvernement AYRAULT pour construire une école inclusive ou le lancement d'une réflexion sur la professionnalisation des personnels accompagnants tout en saluant la création de 1500 postes d'AVS à la rentrée. Ainsi que concertation organisée en amont de la loi d'orientation sur la refondation de l'école prévue à l'automne auquel il faut ajouter la scolarisation des élèves en situation de handicap, la formation des personnels ou la santé à l'école.

Pour Jean-Louis Garcia, président de la Fédération des APAJH, « ce projet contient des ambitions sur la réussite de tous, le respect de la diversité et sur la place du handicap desquelles nous ne pouvons que nous féliciter. Néanmoins, il faut que ces projets ne restent pas des vœux pieux, qu'ils se concrétisent, rapidement, car la situation est urgente ». En résumé la prudence reste de mise.

Stéphane LAGOUTIERE

Un jeune étudiant handicapé non voyant Un chiffre qui reflète et ne fait que confirmait la situation de ceux qui sont comme demandeur d'emploi et pour lequel les entreprises reprochent essentiellement leurs manques de qualification. Une situation qui permet à d'autres de trouver une prétendue excuse aussi à leur manque d'embauche. Certes le manque de qualification est une réalité mais comme le confirme la cour des comptes dans un arrêt rendu public le 22 juin (v.article) elle est loin d'être la seule. Désireuse de lutter contre toute discrimination, dont celle du handicap, la mission HAND'IGS du Groupe IGS lutte pour que ce soit le cas en entreprise ou au quotidien. Une occasion unique de se rappeler que la question du handicap est celle de la responsabilité sociale des entreprises et des organismes de formation.

Au-delà des récentes critiques sur le coût des universités ou des grandes écoles avec parfois des coûts passant du simple au double, une situation qui peut être aussi une des premières barrières naturelle. Le Groupe IGS* regroupant huit écoles d'enseignement supérieur, d'organismes de formation, de centres de formation d'apprentis et alternants. Fort de ce quelle considère comme des valeurs sociales, les entreprises et les jeunes en situation de handicap, en privilégiant la rencontre, la sensibilisation, et surtout l'alternance qui leur permet de monter en qualification et en compétences. Une approche du handicap qui répond aux enjeux du marché de l'emploi.

Un groupe qui a accueilli ainsi depuis quatre ans par l'alternance en contrat de professionnalisation ou en contrat d'apprentissage pour l'année 2011-2012 près de 80 personnes en situation de handicap dans le cadre de l'Action de Formation Préalable au Recrutement (AFPR) en Cycle Master 2 professionnel en passant par le BAC et le BTS dans les différentes filières de formation, sur tous les dispositifs : Apprentissage, Alternance, École, Formation Continue.

Un accueil rendu possible sur les responsable de l'IGS à la fois par la formation et la sensibilisation des équipes pédagogiques, mais également la mise en place des aménagements techniques : 15 fauteuils adaptés, 2 PC portables, 6 grands écrans, 5 logiciels d'agrandissement, 1 logiciel de synthèse vocale, 1 boucle magnétique mobile. Mais aussi par des actions organisationnelles (tiers temps, cours de soutien) et des aménagements humains. Des actions menées surtout pour sensibiliser les collaborateurs et les managers de demain, à la fois par le sport, par l'art, par le thème du management et de la relation commerciale, ou enfin de l'accessibilité numérique,

Ainsi a titre d'exemple sur l'accessibilité numérique celle-ci a été rendu possible avec la création d'une une émission interactive Web TV. Les alternants de Master 1 Ressources Humaines du CIEFA- Groupe IGS organisent leur émission interactive qui s'articule autour de questions telles que : « Qu'est-ce que l'accessibilité numérique ? Pour quels sites internet ? Quels outils existent ? Comment mieux exercer son métier lorsque l'on est en situation de handicap? Comment accéder aux métiers du numérique ? ». Réponses de spécialistes et professionnels. Avec également la création d'un village numérique et la démonstration d'outils par 6 entreprises innovantes face au handicap : conversations téléphoniques avec des personnes malentendantes, outils de synthèse vocale, rendre accessible un site web. Ou encore des ateliers d'initiation à la Langue des Signes Française organisés chaque année.

Appel au concours de l'IMIS, attribution de deux bourses

Les-locaux-de-l-IMS-a-LyonFait novateur, l'Institut de Management en Industries de la Santé (IMIS) propose pour la rentré prochaine deux bourses d'honneur* à 2 personnes en situation de handicap pour la rentrée prochaine à Lyon. Une initiative prise au vu des difficultés que ont constaté la mission Hand'IGS sur les problématiques que rencontrent les personnes en situation de handicap à poursuivre leurs études jusqu'à un cursus BAC+4, BAC+5. L'IMIS a donc décidé d'offrir 2 bourses d'honneur* dotées d'une valeur de 9 000 € pour l'une et de 4 000 € pour l'autre afin de d'accueillir dans sa formation, des personnes en situation de handicap et obtenir un titre certifié par l'État, niveau 1. Une réalité bien présente comme la confirmé encore la dernière manifestation organisé par....Un concours qui aura lieu le 3 septembre à Lyon sur le campus du Groupe IGS. Des candidats qui doivent remettre le dossier avant le 28 août 2012. Les cours débuteront le 24 septembre et se termineront le 31 mars incluant un voyage aux États Unis, suivi d'un stage en entreprise.

5ème édition du concours 2012-2013

Devenir son propre entrepreneur et laisser son empreinte éco-citoyenne, tel est le pari du CFA et de l'ESAM depuis 4 ans avec ce concours national qui récompense chaque année les futurs talents de l'entreprenariat éco-citoyen. Il accompagne les candidats dans l'élaboration de son projet autour de 3 enjeux déterminants pour l'entreprise : l'environnement, l'égalité des chances et le Handicap. Une quatrième édition qui avait vu le premier prix décerné à Alexander Hoffman pour son projet « Kar ». A seulement 21 ans, Alexander HOFFMANN, ce jeune prodige de l'informatique a remporté ce prix. Son projet : un logiciel intelligent baptisé « Kar », qui permet d'assister des personnes âgées ou handicapées dans l'utilisation de leur ordinateur. « Grâce à ce logiciel, une personne tétraplégique peut commander son ordinateur par sa voix ou les mouvements de sa tête », avait-il précisé à l'auditoire, impressionné. Il permet aussi de réduire la consommation d'énergie de l'ordinateur de moitié. Une double dimension sociale et environnementale qui avait séduit le jury de ce concours.

Pour ceux qui le souhaite les dossiers pour les prochains prix sont a déposé du 2 au 28 décembre 2012 avec une sélection des finalistes qui sera connu le 8 janvier prochain. Avant que chaque un deux ne soutienne leur projet le 15 février pour une remise des prix le 19 mars 2013.

La Rédaction

2012.07.25.medicamentLa recherche contre la mucoviscidose est très active et nous vivons actuellement une période charnière, nous explique Franck Dufour, directeur scientifique de l'association Vaincre la mucoviscidose (AFM). Etat des lieux, autour de deux bonnes nouvelles récentes en la matière. Ces derniers mois en effet, deux nouveaux traitements contre la mucoviscidose ont fait leur apparition : le Kalydéco® et le Bronchitol®. Leurs modes d'action et leurs cibles thérapeutiques sont très différents, puisque le premier s'attaque aux origines de la maladie alors que le second vise les symptômes.

Pour Frank Dufour, le Kalydéco® « a marqué un vrai tournant dans la recherche et la prise en charge de la mucoviscidose, puisqu'il s'agit de la première molécule qui s'attaque aux origines mêmes de la maladie. » Et plus particulièrement à la mutation G551D du gène CFTR, qui concernerait entre 2% et 4% des patients souffrant de mucoviscidose. « Les études cliniques ont fait état d'une augmentation significative de la fonction respiratoire au bout de quelques semaines, et même d'une reprise pondérale », poursuit-il.

Un nouveau-né sur 4 200 touché

Disponible aux États-Unis depuis février 2012, ce traitement bénéficie en France d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU). Il s'agit d'une mesure exceptionnelle de mise à disposition, concernant des médicaments encore dépourvus d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Une solution d'attente. D'ailleurs, « une demande d'AMM a également été déposée au niveau européen », précise Franck Dufour.

Le Bronchitol®, lui, est autorisé en Europe depuis avril 2012. Le directeur scientifique de vaincre la mucoviscidose explique que ce traitement « vise à fluidifier le mucus des poumons, à lutter contre les risques d'infection et à pallier les défaillances digestives », dont souffrent les patients. Il se présente sous la forme d'une poudre sèche à aspirer, et « permettent vraiment d'améliorer la qualité de vie des patients »

Rappelons que la mucoviscidose est une maladie génétique transmise lorsque les deux parents sont porteurs de la mutation génétique. Elle touche les voies respiratoires et le système digestif. D'après vaincre la Mucoviscidose, un nouveau-né sur 4 200 en est atteint. La maladie évolue toujours de façon dramatique, le seul réel espoir pour les malades reposant sur la transplantation d'un bloc cœurs-poumons... « Grâce aux progrès de la recherche et des soins, l'espérance de vie des enfants nés en 2006 porteurs de la mutation est de 47 ans. En 1965, elle ne dépassait pas 7 ans », poursuit l'association sur son site Internet. Mais l'âge auquel les patients sont emportés n'excède pas en moyenne, 29 ans... Pour tout savoir sur le sujet, rendez-vous sur le site : vaincrelamuco.org.

La Radaction

Source : Destination Santé