Contenu principal

Message d'alerte

Le Ministre de l'Education Nationale lors de son intervention devant les inspecteurs en charge du handicapLe ministre de l’Éducation nationale, Luc CHATEL a rencontré aujourd’hui les inspecteurs Chargé de ces questions à l’ occasion de leur séminaire national à Paris. Une première rencontre pour ces acteurs majeurs de la politique de scolarisation des élèves handicapés.

Luc Chatel qui a tenu à rendre hommage au travail des 30 conseillers techniques ASH auprès des recteurs ASH auprès des recteurs et des 142 IEN ASH(1), conseillers des IA-DSDEN(2), tous présents.

Le ministre qui est revenu a l’occasion de cette rencontre sur les principales mesures annoncées par le Président de la République lors de la Conférence nationale du Handicap (CNH) du 8 juin dernier, et de dresser un premier état des lieux de leur mise en œuvre depuis la rentrée 2011.

Selon lui 214 000 élèves handicapés sont scolarisés dans le 1er et second degré, des chiffres en augmentation d’environ 60 % de plus qu’en 2005. Toujours selon le ministère, le nombre d'élèves devant être accom­pa­gnés est passé ainsi en cinq ans de 18.000 à 60.000 (+232 %), entraî­nant de forts besoins de recru­te­ment.

Insistant sur la création de 2000 nouveaux postes d’assistants de scolarisation ont été ouverts, dont 68 % avaient déjà été recrutés au 29 septembre et l’embauche de 7730 contrats aidés supplémentaires ont été recruté pour le handicap. À noter que la cellule « aide handicap-école », plateforme téléphonique dédiée aux familles, est renforcée par 3 personnes en fonction depuis le 20 août fonctionnera jusqu’au 22 octobre 2011.

Luc CHATEL faisant par de ça volonté de renforcer la coopération de l’éducation nationale avec les associations, ainsi qu’avec le ministère des Solidarités et de la cohésion sociale et les acteurs du champ médico-social. Revenant sur la déclaration de Sophie Cluzel, Présidente de la FNASEPH qui avait regretté que « 5.000 élèves » fussent en attente d'un accom­pa­gne­ment, pres­crit par les Maisons dépar­te­men­tales du han­di­cap (MDPH) mais non assuré, en rai­son d'un « manque d'anticipation » avant la rentrée. Le ministre a lui répondu devant les inspecteurs que « Notre prio­rité consiste à cou­vrir 100 % des pres­crip­tions des Maisons dépar­te­men­tales du han­di­cap ». Le ministère précisant que des réunions hebdomadaires organisées depuis septembre sur ces afin de faire un point sur le suivi de la rentrée. Si certaines associations reconnaissent les avancé effectué et les promesses tenues du chef de l’État comme l’UNAPEI, d’autres association et syndicats sont loin d’être totalement satisfait.

« Pour nos enfants, comme pour tous les élèves de la République, la ren­trée c'est le 5 sep­tembre, pas le 20 sep­tembre ou le 5 octobre », avait insisté mi-septembre, Sophie Cluzel, qui fédère 35 asso­cia­tions repré­sen­tant plu­sieurs mil­liers de familles d'enfants handicapés. Force et de constaté que les postes ouverts ne restent guère différents et parfois moins bien payés que les contrats aidés et que la précarité des postes reste elle une réalité non résolue au sein du Ministere de l’Éducation nationale.

« Notre objec­tif est qu'il n'y ait plus d'enfant en attente de leur AVS, mais des remon­tées de ter­rain nous indiquent encore tous les jours le contraire », a réagi hier Mme Cluzel. En Haute-Garonne par exemple, selon une source syn­di­cale, 286 élèves sur les 1.144 devant être accom­pa­gnés ne l'étaient tou­jours pas le 30 septembre. La Fnaseph qui a annoncé organiser fin jan­vier un « Grenelle de la sco­la­ri­sa­tion des élèves handicapés ».

Stéphane Lagoutiére

 

(1)Inspecteur de l'éducation nationale chargée de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés
(2)Adaptation Scolaire des élèves handicapés

Mas Notre dame de philerme centre d’hebergement pour adulteAprès trois ans de réfection le MAS Notre Dame de Philerme gérée par l’Ordre de Malte, voie sa capacité d'accueil pour passer de 16 à 22 résidants autistes. Un bâtiment qui sera inauguré le 21 octobre 2011 et pour lequel les artistes auront participé. Le 20 octobre prochain aura lieu la nouvelle édition de la vente aux enchères « Coeur d'artistes » proposera près 120 tableaux et oeuvres d'art dont le produit sera dédié au bien-être des personnes vivant avec l’autisme.

Un nouveau bâtiment dont le soutien des artistes a permis son aménagement. Créé en 1997, la MAS Notre Dame de Philerme gérée par l’Ordre de Malte France, a bénéficié d’un vaste programme d’extension et de restructuration architecturale entre 2009 et 2011.

Ces travaux avaient pour objectif de prendre en compte les nécessités fondamentales des personnes vivant avec autisme et de mettre à leur service des installations et des moyens plus performants et modernes.

Ce nouveau bâtiment se double d'une véritable infrastructure dédiée à l'accompagnement de personnes atteintes d'autisme.  L'entrée centrale dessert désormais la partie administrative, sur 2 niveaux, permettant d'accéder de chaque côté à deux bâtisses rénovées et transformées.

Dans chacune d'elle se trouve un appartement par étage, avec 5 chambres individuelles, avec de grands placards de rangement et un coin toilette. Une douche à l'italienne, une salle de bain avec baignoire, un salon, une salle de restauration et un office cuisine constituent l'aménagement collectif. Enfin, une partie d'un des bâtiments comporte des salles d'activité et une autre est dédiée au personnel. Cette configuration offre une approche familiale et conviviale et permet aussi d'offrir à nos résidants le meilleur de la réflexion architecturale en matière d'accueil de personnes atteintes d'autisme : un environnement adapté, où les repères sont faciles à identifier, où les perturbations extérieures sont limitées.

Trois ans de travaux ont permis de mener à bien la rénovation de la Maison Noëlie de Maistre, la construction du pôle administratif et enfin la rénovation de la maison Guelpa Longo (bâtiment d'origine de la MAS) !  Une réalisation démontrant que la devise de l'Ordre de Malte "Offrir ce que la maison a de meilleur", n'est pas un vain mot... !

 

Cœur d’Artiste a vendre au profit de la solidarité

Affiche de la vente au enchere coeur d'artisteL'Ordre de Malte France organise, avec le concours du Conseil Général du Rhône, « Coeur d'artistes », une vente aux enchères d'œuvres d'art au profit des personnes atteintes d'autisme de sa Maison d'Accueil Spécialisé de Sallanches.Les œuvres sont signées de 110 artistes, peintres et sculpteurs, aussi divers que Truphémus, Patrice Giorda, Michel Jouenne, Fusaro, Evaristo, Alice Gaillard, Maher Elbaroudi...L'ensemble des œuvres sera présenté sur les sites de Cœur d'Artistes et sur le site de l'Étude de maître BERARD huissier de justice a Lyon.

Une vente aux enchères d'œuvres d'art au profit des personnes handicapées accueillies dans les 11 établissements médico-sociaux de l'Ordre de Malte France. L'Ordre de Mate France développe des programmes d'actions spécifiques auprès des personnes fragilisées par l'exclusion, la maladie, le poly-handicap et les catastrophes humanitaires.

Stéphane Lagoutiére

semaine nationale de la fnathA l’ occasion de ses 90 ans et de la semaine nationale qu’elle organise du 15 au 22 octobre sur le thème « Vivre et travailler après un accident de la vie », la FNATH publie les premiers résultats d’une enquête qu’elle a menée auprès de ses adhérents. Chaque année, 120 000 licenciements pour inaptitude sont prononcés. Sans oublier les répercussions d’un accident de la vie dans le domaine de la vie privée, notamment l'endettement, l'impossibilité d'emprunter. Selon les premiers résultats d’une enquête en ligne réalisée auprès des adhérents de la FNATH, moins d’une personne sur deux a repris un emploi dans la même entreprise après son arrêt de travail.

foyer occupationnel Font Clovisse a DraguignanLe Président du conseil Général du Var, Horace LANFRANCHI et Jean-François MATTEI, président de la Croix-Rouge française, ont inaugurée ce matin, le nouveau foyer occupationnel destiné aux adultes handicapés.

Un foyer d’une capacité de 52 résidents permanents, dont 10 pour personnes handicapées vieillissantes. Établissement gérer par la Croix-Rouge et officiellement ouvert depuis juin 2011, celui-ci étant implanté sur un terrain boisé de 1,8 ha à l'entrée de la Vaugine, dans la cité du Dragon.

Un foyer palliant ainsi a un manque d’équipements médico- sociaux dans le Centre Var Est depuis plusieurs années. Tout comme à Draguignan dépourvue d'une structure publique d'accueil à l'attention des adultes handicapés atteints de déficience intellectuelle ou de psychose déficitaire. Un foyer comportant deux activités majeures qui seront le pivot de l’établissement et seront mises en place du fait de leur fort potentiel socialisant.

D’une part, l’éco-ferme qui a pour activité l’élevage et les soins aux animaux, et d’autre part, la restauration qui permet d’accueillir des « usagers extérieurs » pour les repas de midi a lui ouvert ses portes en septembre et gérer par l’ADAPEI. Deux éléments importants permettant de créer un lien social et des temps de mixité. Promenades, musique, cuisine, bricolage ou jardinage viendront compléter la liste des activités déjà proposées.

D’une capacité de 52 résidents permanents, le foyer pourra également recevoir 8 personnes en accueil de jour et 8 places en placement familial spécialisé. Le Directeur Bernard VANDEWALLE qui vu deux des trois ces projets réalisé, souhaite maintenant dans un avenir la réalisation de deux appartements, accueil spécialisé pour les familles. Pour la Présidente régionale depuis sept ans, Simone LONG et présente a nouvelle cérémonie, celle-ci arborait un large sourire, « je suis ravi ! Mieux, je suis une femme comblée. Le conseil général a vraiment fait tout ce qu'il fallait faire. Ce foyer à Draguignan était très attendu par les familles. D'ailleurs, nous avons à ce jour une liste d'attente de 250 personnes…»

Des travaux commencés le 1er septembre 2009 et financés par le Conseil Général pour un montant de 14 M€. Des travaux qui prévus pour une durée de 14 mois au départ et qui auront duré au final 18 mois. Un résultat final et un ensemble architecturale pour lequel les mots esthétisme et fonctionnel font bon ménage à tous les étages.

Stéphane Lagoutiére

feuille de déclaration arret maladieAnnoncé lors de la présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, le projet de décret conduisant à la baisse des indemnités journalières était soumis ce matin au conseil de la CNAMTS. Le CISS, la FNATH et l'UNAF ont voté contre ce projet de décret, rejoints en ce sens par la majorité des conseillers de la CNAMTS puisqu'aucun n'a voté pour (18 contre, 0 pour, 14 abstentions).

Une disposition qui s'ajoute aux multiples attaques contre les personnes en arrêt maladie : les patients se souviendront longtemps de cette année 2011, qui devait être celle « de leurs droits ».

Ce projet de décret tire gravement à conséquence pour les personnes salariées en arrêt maladie puisqu'il prévoit une diminution des indemnités journalières.

La modification des règles de calcul (prenant en compte le salaire net au lieu du salaire brut) n'est évidemment pas anodine pour les malades : selon les propos mêmes de Xavier Bertrand, cette « baisse devrait être de l'ordre de 1 à 1,20 euro par jour d'arrêt pour un smicard » ... soit entre 30 et 40 euros par mois pour cette même personne payée au SMIC, une somme qui ne lui est en rien négligeable.  Le gouvernement entend ainsi économiser 220 millions d'euros sur un poste jugé trop dynamique depuis 2010.

Nos associations n'oublient pas qu'il y a deux ans le Parlement adoptait la fiscalisation partielle des indemnités journalières des victimes du travail et que l'année dernière un décret (du 29 octobre 2010) modifiait déjà le mode de calcul des indemnités journalières pour en diminuer le montant. Elles dénoncent une politique qui tire à vue sur les populations les plus exposées aux conditions de travail dégradées et tous les travailleurs ponctuellement ou chroniquement malades.

Ce projet de décret s'inscrit dans une logique punitive qui n'en finit pas de s'en prendre aux malades sur lesquels un climat de suspicion pèse injustement. Ce sont bien entendu les personnes le plus longtemps malades qui en sont les premières pénalisées, sous prétexte de lutter contre les fraudes. Nos associations refusent une stigmatisation devenue systématique qui fait des malades, de facto, de potentiels fraudeurs de l'assurance maladie alors que leur médecin traitant juge bon, pour raison de santé, de les arrêter. Les salariés et assurés malades ne sont pas les prescripteurs des arrêts de travail et ne sont pas responsables de conditions de travail qui bien souvent usent les organismes.

Réduire le taux de remplacement des indemnités journalières de cette population, c'est tout simplement porter une atteinte directe et substantielle à leur pouvoir d'achat dans un contexte de crise économique et de chômage jamais atteint dans le pays.

La Rédaction

2011.10.12.recherche ophtalmologiqueAu service de la recherche…et des patients, tel est le souhait de la FAF qui semble devenir ainsi la 1ère association française pour le financement de la recherche. Une soirée qui a vu la remise d’une bourse hier au Conseil Constitutionnel, à 4 jeunes chercheurs Nelly CAMPOLMI, Yonane AUSHANA, Raymond NAJJAR, Nicolae SANDA d’un montant de 30 000 €.

Une soirée a l’occasion duquel le Président Vincent MICHEL, a rappelé que depuis leur création en 1987 135 bourses de recherche ont récompensé les travaux de jeunes chercheurs. « Parmi eux, nous retrouvons des noms devenus aujourd'hui d'illustres personnalités reconnues dans le domaine de la recherche en ophtalmologie ! Pour cette année, les 9 membres du Comité scientifique de la FAF, présidé par le Professeur José-Alain SAHEL ont désigné 4 lauréats » souligne le Président, Vincent MICHEL.

« À l’occasion de la 24e édition de la remise des Bourses de soutien à la recherche, la F.A.F. confirme sa position de 1ère association française pour le financement de la recherche en ophtalmologie en attribuant des bourses de recherche d’un montant de 30 000 € à 4 jeunes chercheurs " déclare Vincent MICHEL, Président de la FAF.

« Particularités de la « promotion » 2011 : les projets soutenus ont en commun la qualité et la pertinence. Passionnants et prometteurs pour la recherche, ils ouvrent de nouvelles perspectives professionnelles à ces futurs chercheurs ou cliniciens. Seule ombre au tableau : la réduction du nombre de bourses en raison d’une modification du cadre législatif et d’une augmentation des charges sociales. Avec la même enveloppe budgétaire qu’en 2010, la FAF n’a put attribuer cette année que 4 bourses au lieu de 6 », souligne le Professeur José SAHEL.

Les lauréats 2011

Prolonger la durée de vie des greffons cornéens : Le projet de la première Lauréate Nelly Campolmi, assistante en chef de clinique en ophtalmologie, est très prometteur puisqu’il vise à mettre au point un protocole de thérapie cellulaire qui, dans un premier temps, permettra de prolonger la survie des greffons cornéens conservés en organo-culture et dans un deuxième temps de déclencher une prolifération contrôlée des cellules endothéliales, cellules clés dans le maintien de la transparence cornéenne.

Les retombées de cette découverte dont les utilisations s’annoncent multiples s’avèrent prometteuses pour les patients. Elles pourraient contribuer à une réduction de la pénurie de greffons ou à la prolongation de la durée de survie du greffon en lui faisant acquérir de nouvelles compétences comme la protection renforcée contre l’apoptose, la production de molécules immunomodulatrice ou le déclenchement contrôlé de la prolifération.

L’organisation corticale auditive chez les aveugles : Doctorant en 3e année de neurosciences, Yonane Aushana s’intéresse à la distribution corticale des réponses auditives dans le cortex visuel primaire chez des sujets aveugles depuis la naissance. L’objectif de cette étude : établir une organisation fine des cartes corticales auditives jusqu’à maintenant méconnue. Grâce à la bourse décernée par la FAF, le jeune chercheur entend poursuivre les expérimentations entreprises et achever sa thèse.

Les sujets, ayant perdu la vision précocement développent des capacités supra normales de localisation des sources sonores quelle que soit leur position spatiale. Ils compensent donc la perte de vision par l’audition. Si ce postulat est admis par la communauté scientifique, une question majeure demeure à ce jour non résolue : quelles sont les basesneuronales d’un tel processus de compensation ?

Vieillissement et sensibilité photique du système circadien : Doctorant en neurosciences à Raymond Najjar, s’intéresse aux effets du vieillissement sur la sensibilité à la lumière de notre horloge biologique et notamment à son implication chez des patients atteints de cataracte.Le brillant étudiant s’est fixé pour mission de tester l’hypothèse selon laquelle, le brunissement du cristallin oculaire, observé au cours du vieillissement normal et chez les patients atteints de cataracte, contribue à modifier la sensibilité du système circadien à la lumière, entraînant un certain nombre de troubles physiologiques.

Optimiser la perception des images pour les déficients visuels : Ancien interne en neurologie et étudiant en Master 2 de Neurosciences, Nicolae Sanda s’intéresse au traitement informatique de l’image. Ses travaux portent sur le perfectionnement d’un nouvel algorithme informatique qui permet de restituer une partie de la fonction visuelle chez des sujets gravement atteints de dégénérescence rétinienne. Ce projet offre une plateforme exceptionnelle pour l’évaluation fonctionnelle de ces patients ainsi que des moyens spécifiques permettant de tester de nouvelles aides visuelles. Grâce à la bourse qui lui a été attribuée par la FAF, Nicolae va pouvoir participer aux tests menés cette fois sur des patients atteints de Dégénérescence maculaire liée à l’Âge et souffrante d’une atteinte de la vision centrale sévère.

« Autant de pistes prometteuses pour faire avancer la recherche et c’est ce défi que la FAF, première association de patients pionnière dans son soutien à la recherche, relève avec succès de- puis plus de vingt ans. Ses bourses de soutien à la recherche, dont la FAF célèbre aujourd’hui la 24e édition, sont la preuve d’un engagement constant au service d’une recherche de qualité dont le but prioritaire est de venir en aide aux personnes aveugles ou malvoyantes » souligne le Professeur José-Alain SAHEL.

La Rédaction


Violence sexuelle sur des hommes
Selon une étude publiée par l’American Journal of Preventive Medicine, les hommes handicapés sont quatre fois plus susceptibles d'être agressés sexuellement que les hommes valides. Une première conduite par le Pr Monika Mitra et dont les résultats en sont préoccupants. Problème longtemps méconnu, ou plus exactement passé sous silence et ceux dans de nombreux pays, la maltraitance sexuelle des handicapés concerne autant les femmes que les hommes. Et ceci, quel que soit le handicap, mêm e si le sujet reste encore plus sensible au sein du handicap physique ou mental…