Skip to main content

Compte provisoire de la protection sociale vers un retour du solde positif en 2017

Rédigé le 8 Novembre 2018

Graphique tableau 1 evolution des comptes de la protection sociales ensembles des régimes 02092Alors que le PLFSS est actuellement en cours de discussion au Parlement, la DREES revient sur le bilan de la Sécurité sociale dont elle annonce un solde provisoire de la protection sociale en 2017 a nouveau positif. En 2017, les deux tiers des Français sont favorables à des prélèvements progressifs pour financer la protection sociale, selon une enquête menée pour la première fois par la DREES, le HCFiPS et France Stratégie auprès de 1 500 personnes. Les revenus de remplacement (les pensions de retraites et les allocations chômage) devraient, selon eux, moins contribuer au financement de la protection sociale, et ceux du patrimoine davantage. A noter tout de même un repart à la hausse des prestations invalidités et des prestations familiales après deux ans stagnations.

Bébés nés sans bras onze cas supplémentaires : l’utilisation des produits chimiques agricoles fortement suspectés

Rédigé le 30 Octobre 2018

Vasilina née sans bras puis abandonnée a la naissance 80232Trois semaines après la publication du rapport l’Agence Sanitaire France qui affirmait ces naissances « Conformes à la moyenne nationale » et moins d’une semaine après de l’annonce Agnès BUZYN, ministre de sa décision de lancées pour déterminer l’origine des cas de malformations de bébés nés dans l’Ain. Nouveau rebondissement dans cette nouvelle affaire qui pourrait ressembler à nouveau scandale sanitaire comme l’affirment les écologistes, après l’annonce par de 11 autres cas de bébés sans bras ou sans avant-bras identifiés dans le département de l'Ain par l'agence Santé publique France entre 2000 et 2014. Il y aurait donc 18 cas de bébés sans bras, sur quinze ans si ces cas suspects sont confirmés.

Dépakine : l’APESAC dénonce la volonté d’Agnès BUZYN de mieux repérer les familles en vue d'une indemnisation.

Rédigé le 26 Octobre 2018

Depakine Chrono du Laboratoire SanofiA l’occasion des débats actuellement sur le projet de loi du budget de la Sécurité sociale, et répondant à une question du député de la France insoumise François RUFFIN, qui avait souligné que « des dizaines de dossiers ont été étudiés mais rien n'a été versé ». Celle-ci lui ayant indiquée « rechercher activement les familles de victimes de l'antiépileptique Dépakine afin qu'elles soient indemnisées ». Marine MARTIN, Présidente de l’APESAC, qui dément la volonté de la ministre dans ce sens. « Si vous voulez connaître ses victimes, venez nous rencontrer. Les données récoltées par l’APESAC depuis 7 ans sont à votre disposition. Nous vous attendons ».

Une nouvelle recherche établit un lien entre la maladie de Crohn et la peste noire

Rédigé le 26 Octobre 2018

Dessin sur quest la Maladie de CrohnL'incidence européenne de la maladie de Crohn serait une selon nouvelle étude présentée par des chercheurs parisien aujourd'hui lors de la semaine de l'UEG, à Vienne, probablement une survivance de la peste noire du moyen-âge. Des chercheurs ayant étudié les données historiques sur l'intensité des épidémies de peste en Europe et dans le bassin méditerranéen entre 800 et 1850. Ils ont ainsi constaté qu'il y avait un lien statistique entre l'intensité des épidémies et les mutations associées à la maladie de Crohn sur l'ensemble de la population, pouvant expliquer en partie la prévalence actuelle de la maladie de Crohn en Europe.

La ministre de la Santé cède et annonce une nouvelle enquête pour les bébés nés sans bras notamment dans l’Ain

Rédigé le 22 Octobre 2018

La Ministre de la Solidarite et de la Sante Agnes BUZYN devant le Grand jury RTL Le Figaro LCIAgnès BUZYN aurait-elle plié aux demandes du Président de région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent WAUQUIEZ, qui se dit « Préoccupé par de multiples cas de malformations de nouveau-nés dans l’Ain », ou encore la députée écologiste Michèle RIVASI ? Peut probable…La ministre a déclaré "Grand jury" RTL-Le Figaro-LCI, que de nouvelles investigations ont été lancées pour déterminer l’origine des cas de malformations de bébés nés dans l’Ain. Désavouant ainsi François BOURDILLON , directeur général de l'agence sanitaire, qui affirmait il y a deux semaines « Il peut y avoir un débat scientifique, mais il y a eu une investigation et on ne peut pas considérer que Santé publique France nierait l'existence de signaux ».

Prévention des risques professionnels et emploi à domicile Lancement du projet KESKONRISK en région Occitanie

Rédigé le 22 Octobre 2018

Auxiliaire de vie s occupant dune personne agee dépendante à son domicileDans le cadre d’une convention de partenariat l’Anact, la FEPEM a construit en collaboration avec plusieurs organismes de la région Occitanie une démarche régionale expérimentale de sensibilisation à la prévention des risques professionnels à destination des des 128 000 particuliers séniors particuliers employeurs, et 100 000 salariés à domicile et aux aidants familiaux de la région* (assistants de vie et employés familiaux). Parmi les partenaires a cette démarche la DIRECCTE Occitanie, l’Aract Occitanie, l’IRCEM, IPERIA l’institut, le Réseau Particulier Emploi.

L'académie nationale de médecine appel à une meilleure éducation du grand public concernant les Arrêt cardiaque

Rédigé le 5 Octobre 2018

Un mannequin pour apprendre le massage cardiaque dans le cadre dune formation au premier secoursInstituée pour répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique, et principalement sur les épidémies, les maladies particulières à certains pays. L’académie nationale de médecine à voté le 2 octobre un rapport concernant les arrêts cardiaques extra-hospitalier qui représente l’un des problèmes santé publique majeur, avec plus de 40 000 chaque année en France et moins de 10 % y survivent. Une prise en charge dans les premières minutes qui comme l’AVC sont cruciale. Une prise en charge difficile selon ce rapport au vu du manque de formation du grand public et qui estime « qu’il s’agit pourtant de l’un des arguments, pour lequel la France est très en retard pour améliorer la survie des patients ».