Contenu principal

Message d'alerte

Les victime potentielle du Duogynon Un tribunal de Berlin a débouté jeudi un Allemand âgé de 34 ans, affirmant être handicapé de naissance à cause d'une préparation du laboratoire Bayer Schering, le Duogynon, utilisé dans les années 1970 comme test de grossesse et retirer en 1978. Le tribunal a repoussé la demande de dédommagements d'André Sommer, dont la mère s'était vu prescrire en 1975 du Duogynon comme test de grossesse, au motif que les faits sont prescrits, car remontant à plus de 30 ans.

Cour européenne des droits de l'homme ©union européenneAlors que le cas ne sera présenté que dans quelques semaines, le dossier de Anita KRUZMANE une lettone et de sa fille trismotique de 10 ans a relancé le débat sur le teste prénatale et le droit d'avorté. Un situation que une trentaine d'associations de seize pays de l'union europénne et pro chretienne sont venu affirmer leur inquiétude face a ce quel considére comme la possibilité d'une eugénisme futur. Une affaire qui a débuté suite au refus de la justice de Lettonie de reconnaître l'erreur dont elle accuse les médecins de son pays pour lequel il n'aurait pas selon Anita KRUZMANE proposé de test prénatal.

Philippe COURARD du PS BelgeLe secrétaire d'État aux Personnes handicapées, Philippe Courard (PS) a décidé d'initier une réflexion en profondeur sur le régime des allocations aux personnes handicapées et organise pour se faire une large consultation auprès des différents acteurs du secteur du handicap, indique-t-il vendredi dans un communiqué. La dernière réforme du régime des allocations aux personnes handicapées, date de 1987.

Une refonte donc l'objectif à l'époque avait eu pour ambition de rendre le système plus juste, plus efficace et plus simple. Cependant, malgré les nombreuses adaptations apportées au fil des ans, la réglementation sur les allocations n'atteint plus ses objectifs. En plus de s'être compliquée et considérablement alourdie, elle ne répond pas à l'ensemble des besoins fondamentaux des personnes handicapées, mais elle est également à l'origine d'injustices et d'iniquités de traitement, estime le secrétaire d'État.

Philippe Courard va tout prochainement adresser un courrier personnalisé à l'ensemble du secteur, y joignant un document de discussion. Il invite tous les intéressé à y réagir, soit par courrier, soit par mail, pour le 30 septembre 2012 au plus tard.

"Toutes les réflexions et pistes de solutions sont les bienvenues et seront analysées avec toute l'attention requise", insiste Philippe Courard. "Ma volonté est d'entendre un maximum le terrain, ceux qui vivent les réalités de cette loi au quotidien. L'objectif étant de proposer un premier projet de texte modificatif de cette loi de 87 pour la fin de l'année 2012." En 2011, quelque 314 701 personnes ont bénéficié, en Belgique, d'allocations pour personnes handicapées. Des Belges qui semblent prendre à leur tour sept ans après le vote de la loi en France du 11 février 2005.

La Rédaction

Conférence sur l’autonomie et l’inclusion pour les personnes handicapées qui s'est tenue à Copenhague les 7 et 8 juin 2012 avec sur scène les différents participants et rapporteurs ©FRAL'Agence pour les Droits Fondamentaux de l'Union Européenne (FRA) a présenté officiellement lors d'une conférence internationale placée sous le thème « Autonomie et inclusion », qui s'est tenue à Copenhague les 7 et 8 juin 2012 deux nouveaux rapports sur les droits des personnes handicapées. Deux documents qui devraient offrir à l'UE et à ses États membres une base de discussion sur la manière dont les droits des personnes handicapées peuvent être mieux protégés et respectés. Une analyse qui pourrait aussi permettre aux États membres de remplir leurs obligations au titre de la Convention des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées (CRDP).

Un enfant près d'une cuisinière tentant de prendre le manche d'une casserole un accident qui coûte souvent très chère a nos enfantsRéalisée en France avec la collaboration de la commission de la sécurité des consommateurs (CSC), partenaire depuis sa création en 2007, cette troisième enquête dirigée par le projet européen TACTICS (Anglais), auquel ont également participé 31 pays laisse une image inquiétante de la situation. Chaque heure un enfant décéderait dans l'Union européenne des suites d'une blessure. Une situation à laquelle la France peut mieux faire rappel l'enquête. D'où l'importance de la mise en œuvre d'une véritable politique de prévention des accidents quotidiens dont sont victimes les enfants et les adolescents, de recenser les mesures politiques nationales en vigueur, d'évaluer et de comparer leurs résultats. Une amélioration que réclame d'ailleurs depuis longtemps la FNATH.

copie d'écran du site internet "pour inclusion" mise en ligne par les loteries européenne et le forum européens des personnes handicapées ©EL/FEPHLes Loteries européennes (EL) et le forum Européen des personnes handicapées (FEPH) ont annoncée le lancement d'un site sur les bonnes pratiques et comment les loteries nationales peuvent contribuer à améliorer les vies de 80 millions de citoyens européens vivant des situations de handicap. Un site nommé, « pour l'inclusion » qui créée afin de répondre strictement aux critères d'accessibilité sera, mise à jour de façon régulière au fur et à mesure de l'identification des bonnes pratiques par les membres de EL et du FEPH dans les pays membres de l'UE.

Seul problème le sens du mot inclusion que semble avoir surtout l'Union européenne, mais aussi le forum européen des personnes handicapées qui non pas l'air de vouloir comprendre que la langue anglaise n'est pas langue officielle en Europe. Surtout pour un pays qui n'a jamais rejoindre ni l'euro, ni participer réellement a la construction d'une Europe sociale.

Un site dont la création fut décidée en 2011 après une rencontre entre les différents membres des loteries européennes et le FEPH, afin de voir comment les loteries respectives peuvent contribuer à la pleine inclusion des personnes handicapées dans la société. Les résultats de leur travail seront présentés sur le site «pour l'inclusion». Un site dont qui a notamment quatre objectifs principaux celui de contribuer à l'emploi des personnes handicapées, de soutenir la pleine intégration des personnes handicapées dans la société. Enfin de participer a l'échange de bonnes pratiques en Europe et sensibilisation sur les problématiques liées au handicap. Un tel regroupement était-il vraiment nécessaire pour mettre ses politiques dans chaque pays ? Il fort a douté que non surtout dans une Europe qui refuse toujours mettre en avant la création d'une politique sociale communautaire.

D'après Yannis VARDAKASTANIS, Président du FEPH, « il est crucial de travailler pour l'inclusion des personnes handicapées dans la société via l'emploi et l'accessibilité. La pleine intégration n'est pas seulement quelque chose que nous voulons, c'est aussi l'essence de la Convention ONU conclue par l'UE. Nous pensons que les loteries nationales ont un rôle important à jouer. Ce site sur les bonnes pratiques est pour cette raison un outil bienvenu pour que nos membres travaillent ensemble et explorent comment ils peuvent y contribuer et en bénéficier. »

Christophe BLANCHARD – DIGNAC, premier vice-président des loteries européennes il a lui déclaré que « les membres des loteries européennes opèrent pour le bénéfice des la société et s'engagent pour les valeurs fondamentales de solidarité. La coopération de EL avec l'organisation représentant les personnes handicapées montre notre volonté d'aider la société à progresser vers la pleine inclusion des personnes handicapées, en particulier durant une période de crise économique et d'évolution démographique qui rend ce challenge encore plus important. Notre site commun marque une première étape importante dans ce processus ».

Stéphane LAGOUTIERE

Un prête offrant la communion avec une hostie consacre a un enfant pour sa premier communion selon le rite de l’église catholiqueCelle-ci même qui prêche le refus de la différence, de l'amour et du respect des autres, et surtout qui milite contre l'avortement à nouveau cœur d'un nouvel esclandre ? Un prête à Porto Garibaldi près de Ferrare dans le nord-est de l'Italie a refusé l'hostie consacrée pour la première communion d'un jeune garçon handicapé mental. Une accusation que semble réfuté l'épiscopat et le quotidien des évêques l'Avvenire ces derniers affirmant que les faits auraient été mal rapportés et déformés parlant d'incompréhension.

Une affaire qui aurait débuté alors que les parents de ce jeune garçon de onze ans, atteint de graves troubles mentaux, avaient souhaité qu'il fasse sa première communion avec d'autres enfants de son âge. L'évêché avait prévu un parcours spécial pour le préparer. Mais début avril, lors d'une répétition de la communion prévue le Jeudi Saint, l'enfant avait brusquement refusé une hostie non consacrée selon des sources épiscopales. Une suggestion avait été alors faite aux parents aurait semble-t-il fait aux parents par le prête pour que le jour de la communion, le jeune garçon puisse s'asseoir avec les autres enfants sur le banc des premiers communiants s'approcher du prêtre avec ses camarades. Il aurait était alors prévus qu'il reçoive seulement la bénédiction et pas l'hostie consacrée.

Une intention minimale

L'Église catholique se trouve devant un dilemme délicat. L'accueil des handicapés est une de ses priorités. Ils doivent être pleinement associés à la communauté, donc pouvoir recevoir les sacrements, ont expliqué des sources de l'Église. Mais par ailleurs, soucieux de ne pas dévaluer ceux-ci, l'Église est attentive à ce qu'ils soient un minimum compris ou désirés par ceux qui vont les recevoir. Le sérieux de la démarche de la famille du handicapé est aussi pris en compte. Il doit y avoir « une intention" minimale ». Quand l'intention n'existe pas, l'accès à un sacrement peut être retardé jusqu'à ce que l'enfant soit réellement prêt, explique l'un des responsables du diocèse.

L'enfant a été bien accueilli par la paroisse et pourra communier plus tard, quand il sera prêt, souligne la paroisse. «Nous sommes attristés, ne m'y attendais pas » a déclaré la mère du jeune garçon a fait savoir que contrairement a certaines rumeurs elle n'avait ni porté plainte devant la Cour européenne des droits de l'homme "pour violation de la liberté religieuse" ni engagé d'avocat. Une histoire, semble-t-il loin d'un scandale comme l'affirme certain confrère, mais plutôt d'une incompréhension entre un prête qui bien faire afin d'éviter toute difficulté lors de la cérémonie.

La Rédaction