Contenu principal

Message d'alerte

L'Union internationale des transports routiers (IRU) et le Forum européen des personnes handicapées (FEPH) viennent de publier des recommandations pour les chauffeurs de taxi pour améliorer l'accessibilité aux personnes handicapées et à mobilité réduite. Un dossier important pour un moyen de déplacement essentiel pour des personnes en déplacement à l'étranger notamment. Dans La seule Europe, la demande potentielle de services accessibles a atteint 50 millions de clients, avec une augmentation prévue de 25 à 30 % dans les 25 prochaines années en raison du vieillissement de la population dans les économies développées.contact de l'immigré, le riche handicapé s'humanise et apprend à rire de tout. Celui qui pensait que l'argent pouvait tout régler découvre qu'il n'en est rien, et l'autre réalise qu'il n'a jamais vraiment profité de sa fortune.

2011.03.23.Taxi AccessibleTaxi Accessible, il existe, y comprit en France mais en nombre trop restreint

Stig Langvad, membre de l'exécutif du forum européen des personnes handicapées (FEPH) et le président du groupe d'experts du transport, se sont tous deux félicité de cette collaboration fructueuse avec l'IRU : « La sensibilisation du personnel des transports est un moyen important pour améliorer les possibilités Voyage pour les personnes handicapées et il est aussi le plus rentable efficace moyen de le faire. Afin de garantir un droit égal au transport pour les personnes handicapées et leurs possibilités accrues de participation et d'inclusion sociale ».

Avant de conclure que « le forum européen appelle également à l'évolution future des services de taxi afin de s'assurer qu'ils deviennent de plus en plus accessibles. En Europe, les services de taxi sont les plus importants moyens pour assurer le transport spontané pour beaucoup de personnes handicapées ou à mobilité réduite ».

Sur la base de l'actuelle ligne directrice de l'IRU, la liste contient des recommandations pour les chauffeurs de taxi offrant des services aux personnes qui sont aveugles ou malvoyants, y compris les clients avec des chiens d'assistance, malentendants ou qui ont des difficultés d'élocution, ont une mobilité réduite, y compris les clients en fauteuil roulant ou ont un handicap caché.

Avant de conclure que « le forum européen appelle également à l'évolution future des services de taxi afin de s'assurer qu'ils deviennent de plus en plus accessibles. En Europe, les services de taxi sont les plus importants moyens pour assurer le transport spontané pour beaucoup de personnes handicapées ou à mobilité réduite ».

Sur la base de l'actuelle ligne directrice de l'IRU, la liste contient des recommandations pour les chauffeurs de taxi offrant des services aux personnes qui sont aveugles ou malvoyants, y compris les clients avec des chiens d'assistance, malentendants ou qui ont des difficultés d'élocution, ont une mobilité réduite, y compris les clients en fauteuil roulant ou ont un handicap caché.

De son côté Hubert ANDELA, Président du groupe de l'IRU à lui conclut, que « L'industrie du taxi est prête à assumer ses responsabilités envers tous ses clients, y compris par l'amélioration de ses services aux personnes handicapées et à mobilité réduite y compris les personnes âgées, femmes enceintes, les parents avec de jeunes enfants, écoliers, etc. Ces développements fournissent également une bonne occasion pour l'industrie du taxi afin de démontrer aux décideurs que nous avons tous les pouvoirs pour être pleinement reconnus comme partie intégrante de la chaîne de mobilité de la population, et que les taxis doivent être dûment pris en considération dans le prochain Livre blanc sûr là l'avenir de la politique des transports de l'UE dans la période 2010-2020 ».

L'IRU qui rappel quelle soutient de façon active la stratégie des trois "i"stratégie, fondée sur l'innovation, les incitatifs et les infrastructures d'introduire l'accessibilité des véhicules pour personnes à mobilité réduite.

La stratégie des 3 « i », qui est la base la plus solide et la plus avantageuse en matière de coût-efficacité pour le développement durable, est décrite dans le rapport de l'IRU « L'industrie — un partenaire pour le développement : durable : le transport routier » (anglais), approuvé par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)

Cette stratégie consistant à « Innovation » afin de mettre en œuvre des mesures techniques à « la source » toujours plus efficace et des pratiques opérationnelles en vue de réduire l'impact environnemental. À « incitation » pour encourager les transporteurs à mettre en place plus rapidement les meilleures technologies et pratiques à disposition. Enfin I comme infrastructure, car sans la fluidité du trafic, les mesures décrites ci-dessus sont inutiles. Il est essentiel de réaliser des investissements suffisants dans de nouvelles infrastructures pour supprimer les goulets d'étranglement et les liens manquants, et utiliser entièrement les infrastructures existantes.

 Exemple des Taxi Accessible LondonienExemple des taxi accessible Londonien

 

 Stéphane Lagoutiére

La Secrétaire d'État auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale Marie-Anne MONTCHAMP a signé aujourd'hui un accord-cadre portant sur l'accueil des personnes handicapées entre la France et la Wallonie, représenté par le Ministre-Président, Rudy DEMOTTE, et la Ministre wallonne de la Santé, de l'Égalité des Chances La Secretaire d'Etat Marie Anne MONTCHAMP et sa collègue du gouvernement Wallon Les politiques français comme belges très emballés par cet accord ont vanté « une avancée sociale »Les politiques français comme belges très emballés par cet accord ont vanté « une avancée sociale » Jean-Louis Fontaine, président du CDH (collectif des démocrates handicapés), dénonce toutefois un accord « en catimini », « La secrétaire d’Etat pérennise un système de placement en Belgique alors que nous demandons le retour en France des exilés.»et l'Action sociale, Eliane TILLIEUX. Une signature qui est selon les signataires le résultats et le fruit d'un processus de concertation entamé depuis plusieurs années entre la Wallonie et la France.

Un accord-cadre qui selon son contenu exprime quatre objectifs, la garantie d'un meilleur accompagnement et d'une prise en charge, mais aussi de garantir la continuité de celui-ci. Une meilleure optimisation des réponses aux besoins médico-sociaux en facilitant l'utilisation ou le partage des moyens humains et matériels. Enfin favoriser l'échange et le transfert de connaissances et de bonnes pratiques.

Marie-Anne MONTCHAMP, de confirmer la mise en place d'un service de contrôle et système d'inspection commune Franco Wallon, sera mise en œuvre. Cette inspection commune par des inspecteurs français et wallons sera appliquée selon le droit de l'État dans le territoire duquel sont prodigués les services.

Pour rappel, le cadre réglementaire, qui régit ces actuels hébergements, est l'arrêté du 14 mai 2009 relatif à l'autorisation de prise en charge des personnes handicapées par des personnes physiques ou morales qui ne sont pas reconnues pour exercer cette activité par une Autorité publique. Cette réglementation a notamment revu à la hausse les normes d'encadrement des personnes handicapées et le niveau de qualification du personnel.

Un gouvernement qui confirme son incapacité face d'accueil


 « En France, j’étais à l’hôpital psychiatrique, je n’aimais vraiment pas. » A la Reine Fabiola depuis plus de dix ans, Jocelyne, 30 ans, a trouvé « ses repères », selon les encadrants. « En France, j’étais à l’hôpital psychiatrique, je n’aimais vraiment pas. » A la Reine Fabiola depuis plus de dix ans, Jocelyne, 30 ans, a trouvé « ses repères », selon les encadrants. Entre 3 500 et 5 000 personnes handicapées sont accueillies en Belgique grâce à un financement français, venant de l'assurance-maladie (pour les enfants) et des conseils généraux (pour les adultes). Les résidents handicapés français sont donc pris en charge financièrement par les Autorités françaises et contrairement à se tendent à affirmer le gouvernement ne sont pas uniquement des frontaliers. Situation d'autant plus dramatique que cela représente aussi une perte en nombre d'emplois. En cinq ans avec 96 établissements pour une capacité de 4889, plus de 3000 emplois ont été créée. On imagine facilement en ces temps de chômages, l'importance de la perte au niveau économique pour la France.

Le député Adam KOSA lors de son intervention le 24 10 2011Un député européen conservateur, et sourd-muet a défendu hier en langue des signes, devant ses pairs réunis à Strasbourg, un projet de résolution adoptée ce jour a l'unanimité et plaidant pour une meilleure intégration des quelque 80 millions de personnes handicapées. Une situation qu’il a ressentie comme un honneur. La véritable question est de savoir quelle suite sera donnée par le conseil de l’Union européenne.

2011.10.14.Des  manifestants  handicapés  devant le  parlement  européen  portant des  pancartes  proclamant  Pleine  citoyenneté   contre  lexclusionQuelque 300 personnes handicapées, venues d'une vingtaine de pays européens, ont défilé le 12 octobre dernier dans les rues de Strasbourg, en fauteuil roulant, en  béquilles ou aidées de chiens d'aveugle, pour réclamer devant le Parlement européen le droit à une « vie autonome ». Des manifestants, portant des pancartes proclamant « Pleine citoyenneté, contre l'exclusion », entendaient notamment protester contre l'utilisation de certains fonds européens pour développer des établissements spécialisés d'accueil des handicapés.

Banque Italienne BNL du Groupe BNP PariBasLe groupe BNL qui fait aujourd'hui partie du groupe BNP Paribas a annoncé son renforcement dans le microcrédit en entrant dans le capital social de Par, leader italien du financement aux personnes n'ayant pas accès au crédit, comme les immigrés, les personnes handicapées, les familles en difficulté ou encore les néoentrepreneurs et les micros start-up. La Banque pourra acquérir jusqu'à 25%, en reprenant des actions de la société et en souscrivant à l'augmentation de capital actuellement en cours.

Photo façade palais fédéral SuisseL'administration fédérale a fait savoir dans une décision qu'elle souhaite employer et intégrer les personnes présentant un handicap. Celle-ci vise notamment, grâce à la mise en place d'une valeur cible, d'un système d'incitation et d'une offre d'information et de conseil, à promouvoir activement l'intégration professionnelle des personnes handicapées.

Celle-ci désire ainsi permettre selon elle d'assumer son rôle d'employeur-modèle, le conseil fédéral a édicté, lors de sa séance d'aujourd'hui, des directives dans ce sens.

L'égalité des chances, la non-discrimination et la promotion de l'intégration professionnelle des personnes handicapées sont des éléments importants, qui font partie intégrante de la politique du personnel de la Confédération. Dans sa stratégie en matière de personnel pour les années 2011 à 2015, le conseil fédéral a défini des mesures qu'il met à présent en œuvre en édictant ces directives.

L'administration fédérale prend les mesures nécessaires pour adapter l'environnement professionnel aux besoins des collaborateurs handicapés. Elle entend ainsi leur donner la possibilité non seulement d'accéder aux locaux communs sur la place du travail, mais également de bénéficier d'une offre de conseil, de coordination et d'information. Chaque département désigne une personne chargée de l'intégration des personnes handicapées. Cette personne est le partenaire privilégié de la direction et du service des ressources humaines en ce qui concerne la création des conditions nécessaires pour garantir durablement l'intégration professionnelle des personnes handicapées.

Valeur cible et système d'incitation

Le conseil fédéral a défini une valeur cible pour l'administration fédérale concernant l'intégration de personnes handicapées. Le pourcentage des salariés handicapés doit se situer entre 1 % et 2 % d'ici à 2015. Un taux considérablement bien inférieur à celui de la France qui est de 6 %. La Confédération assume ainsi son rôle d'employeur-modèle. Durant les placements à l'essai et la réintégration progressive ainsi qu'en compensation des éventuelles diminutions de prestations, les unités administratives reçoivent des primes d'encouragement et des compléments de salaire par le biais d'un système d'incitation. À cet effet, 12 millions sont mis chaque année à disposition de l'administration fédérale. Responsable de la gestion de ce crédit, la consultation sociale du personnel de l'administration fédérale conseille et soutient, au cas par cas, et en appliquant les processus d'intégration, les directions, cadres et services des ressources humaines ainsi que les personnes handicapées elles-mêmes.

Avec ce train de mesures, l'administration fédérale encourage, ainsi que le demande la révision actuelle de l'AI, la réintégration des collaborateurs malades ou accidentés. Elle favorise également l'intégration de personnes handicapées ne travaillant pas encore à la Confédération.

Correspondante permanente F.H.I
Mathilde ROUGET

2011.06.05.Centre AnglaisUn reportage diffusé sur la BBC montre les mauvais traitements subis par les patients handicapés de ce centre privé situé près de Bristol. Des patients frappés ou injuriés. Une autre traînée sous la douche alors qu'elle est habillée. Filmées par un reporter du magazine britannique Panorama, ces images ont été diffusées mardi soir par la BBC. Elles ont été tournées dans un centre pour handicapés situé à Hambrook, près de Bristol, au sud-ouest de l'Angleterre. Elles témoignent de mauvais traitements dont ont été victimes plusieurs patients.

Des images provenant d'un journaliste qui s'est fait embaucher comme aide-soignant dans cet établissement privé pour adultes handicapés et y a filmé la vie quotidienne des patients. Ce reportage à Hambrook a provoqué la colère des familles des patients et la stupeur des spécialistes. Et pour cause. On y voit des patients maltraités, humiliés, battus, injuriés...

Les images du reportage, disponibles sur YouTube, montrent notamment une patiente de 18 ans, Simone, insultée et arrosée d'eau froide par des soignants qui l'aspergent de savon. La scène se répète par deux fois dans la même journée. La jeune fille, qui souffre d'un problème génétique, oppose cette phrase au traitement qu'on lui impose : « C'est froid, maman ».

Dans une autre scène, Simone est conduite à l'extérieur. Alors que la température est glaciale, un ignoble soignant lui jette de l'eau froide sur la tête. Les parents de Simone, en pleurs, ont témoigné dans le programme télévisé, expliquant que leur fille leur avait confié avoir été frappée, mais qu'ils ne l'avaient pas crue « parce que c'est interdit ».

D'autres images montrent un soignant intervenant après qu'une patiente a tenté de se suicider en franchissant une fenêtre au deuxième étage. « Vas-y, fais-le maintenant que je suis là, tu vas t'envoler », lance-t-il à la patiente, en pleurs. « Quand tu vas toucher le sol, tu crois que tu vas faire un plat ou un splash ? Tiens, je vais maintenir la fenêtre ouverte ». « Il s'agit d'une institution thérapeutique. Où est la thérapie ? Je dirais que c'est de la torture », a réagi dans l'émission un psychologue, Andrew McDonnell.

Des employés suspendus pour faute grave...

L'émission Panorama a pris la décision de filmer en caméra cachée après avoir été saisie par un ancien infirmier du centre, indigné par le comportement de ses collègues. Ce soignant, Terry Bryan, avait alerté des dirigeants de l'institution en octobre 2010, puis la Commission de contrôle de la qualité des soins (CQC), chargée d'inspecter les établissements de santé, en décembre, sans succès.

Première conséquence de la diffusion du reportage, trois hommes de 42, 30 et 25 ans et une femme de 24 ans, soupçonnés de mauvais traitements, ont été arrêtés puis relâchés sous caution en attendant l'issue d'une enquête policière. La CQC a présenté ses excuses pour n'avoir pas agi aussitôt. Paul BURSTOW, secrétaire d'État en charge des personnes âgées, a demandé que l'inaction de la CQC fasse l'objet d'une enquête ainsi que le contrôle des structures similaires au centre.

Quant à la société privée du centre, Castlebeck, elle a suspendu 13 employés et annoncé un audit interne dans ses 56 centres, qui accueillent 580 patients. Son directeur général, Lee Reed, a déclaré pendant l'émission avoir honte de ce qui s'est passé...

La Rédaction