Contenu principal

Message d'alerte

la jeune Estelle a gauche et le président de la république Emmanuel macron 3bce2Lors du débat réunissant près de 1000 jeunes à grand débat national organisé Étang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire, une jeune femme Estelle FERRANDES Autiste Asperger de 23 ans a interpellé le président Emmanuel MACRON. Une prise de parole qui aura servi de fer de lance avec d’autres jeunes comme Clément atteint de dyslexie sur leurs difficultés d’accès a l’emploi. Le Président qui aura fait une forme de mea-culpa concernant sa promesse de faire du handicap la priorité de son quinquennat. Une fois de plus on peut certainement reconnaitre une forme de franc parler, cependant on regrette des questions connues d’avances et travaillées avec les proviseurs. A-t-il convaincu ces jeunes ? rien n’est moins sûr !

Un « manque de considération » et parfois de « désespoir » …

Hasard peut-être pas, mais la jeune Estelle aura eu le privilège de passé ce débat à la droite du président de la République. Emmanuel MACRON qu'elle va interpeller en parlant de son handicap alors que ceci en faisait référence. Sujet véritablement trop peu présent dans ce grand débat même s’il vrai que le gouvernement a organisé des conférences régionales du handicap qui devrait déboucher sur la conférence nationale qui avait reporté en 2018.

Estelle FERRANDES qui aura pendant un peu plus de cinq minutes, expliquées ces difficultés. « Je voudrais parler du handicap et principalement des personnes autistes, et plus spécifiquement du syndrome Asperger. Cette spécificité est très mal considérée, surtout en France. Beaucoup sont exclus, moqués et stigmatisés et les Centres ressources autisme ne sont pas à la page ». Exprimant ces inquiétudes face à l'errance diagnostique, des diagnostics erronés, en les « plongeant dans une forme de désespoir… ». Estelle qui regrette et encourage toutes les personnes autistes et « les autres » à lire des livres écrits par autistes plutôt que par quelques intellectuelles par toujours les mieux placés « pour parler de leurs souffrances et de reconnaissance ».

Une intervention et message à Emmanuel MACRON dans lequel cette jeune femme a demandé : « ne plus utiliser le terme autiste comme insulte », faisant allusion au « dérapage » de François FILLON. Ce dernier qui lors desLa jeune Estelle face au président 56fdd élections présidentielles avait sur le plateau de France 2 avait affirmé, « Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés ». Estelle qui conclut son intervention, fortement applaudie, « alors, s'il vous plait, on arrête (..) Merci à vous, on est tous de la même faction, on est humain ! ». Une intervention de cette volontaire à l'EPIDE, (Etablissement pour l'insertion dans l'emploi), un organisme d'insertion des jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme, aura fait sensation.

« Merci Estelle pour ton cri du cœur ! »….

Un sujet du handicap qui aura commencé avec une jeune femme Anna qui aura interrogé le président sur l’inclusion des femmes et des personnes handicapées dans les métiers industriels. Interrompu dans sa réponse par Estelle, le chef de l’État qui débutera sa réponse en reconnaît l’importance de la diversité au cœur de la France.

Emmanuel MACRON qui a reconnu que « La Première des injustices, c'est qu'on a encore trop de jeunes qui arrivent à l'âge adulte sans être diagnostiqués. En France, on a beaucoup de retard dans ce domaine. Dorénavant, dans les tests pédiatriques, on va ajouter le dépistage de l'autisme. (…) Le but, c'est que tous ceux qui le peuvent handicap moteur, mental ou autre puisse être dans l'école (...) des enfants dont leur présence permet à tous les autres d’apprendre le respect de l’autre (…) et qu'il y ait suffisamment de places d'accueil pour les autres ».

Le président de la République qui près de dix-huit mois après sa promesse de faire « du handicap la priorité de son quinquennat » aura reconnu que « La place que l'on donne aux personnes handicapées est fondamentale et que beaucoup reste à faire ». Emmanuel MACRON qui aura abordé également l’importance de l’inclusion par l’insertion professionnelle par exemple dans les entreprises adaptées « pour ceux qui ne pouvaient l’être en milieu ordinaire ». Mais aussi l’accessibilité « qui coute beaucoup d’argent, mais pour lequel nous allons continuer à investir et je ne lâcherais rien » aura-t-il affirmé. « Merci Estelle pour ton cri du cœur et de ton militantisme ! » aura conclu le chef de l’État.

« Tu es un exemple pour l’école de la république »

Le jeune clément age de 19 ans et dys 90084Autres interventions, avec celle de Clément, élève première année de BTS de chaudronnerie au lycée Léon-BLUM au Creusot, qui précisera que celle-ci avait été « autorisée par mon lycée ». C’est un jeune homme ému, qui aura souhaité à l’occasion de cette journée apporter son témoignage alors qu’il fête ces 19 ans. Celui du choix que « j'aurais dû imposer à l’équipe pédagogique et à ma famille, car pour eux la seconde générale, était pour eux la filière d’excellence ». Un choix qui lui aura permis après un stage dans une entreprise de découvrir le milieu industriel et de s’inscrire au concours des meilleurs apprentis de France pour lequel il se verra la médaille d’or le 27 février prochain.

Le jeune Clément qui aura exprimé ces difficultés en bac professionnelle face a des « compétences théoriques et calculatoires est moins développé qu’en filière générale ». Clément affirmant que « Depuis mon enfance, la nature, les enfants, le sport, ont été pour moi des échappatoires, une soupape de sécurité. Ils m'ont aidé à m'épanouir et à trouver mes équilibres familial et scolaire, le sport comme le trialthon m’a permis d’acquérir des valeurs qui me sont chère comme le dépassement de soi, mais aussi des autres, de la solidarité le gout de l’effort ou de la persévérance ». Concluant que dans cette société en plein interrogations et ceux quels que soient notre âge et notre origine et nos différences, il faut se donner les moyens de concrétiser ses rêves ».

Emmanuel MACRON qui aura félicité Clément pour son témoignage. « Au fond il n’y a rien à dire, vous avez rendu le plus hommage qu’il soit à ce qu’est l’école de la république, car le rôle de celle-ci et de veiller à ce chacun peut avoir sa chance qu'elles soient ces difficultés ». Si le jeune Clément effectivement un exemple, le président aura trop vite oublié que les étudiants ou les apprentis en situation de handicap sont moins de 3 % à parvenir à tel niveau.

Un débat pipé et des questions sélectionnées…

Un grand débat, ou malheureusement le président de la République malgré une forme de mea-culpa concernant sa promesse non tenue sur le handicap et qui aura beau jeu de répondre face à un public sélectionné. Un public composé essentiellement des délégations de lycéens bacs pro prépas arts et métiers pour faire la promotion de l’apprentissage et trop peu des écoles. Mais un président qui aura beau jeu de parfois jouer l’étonnée alors que les questions étaient connues d'avance et travaillées avec les proviseurs ; montage de séquences sur harcèlement handicap autisme, sujets prétendus chers à Emmanuel Macron.

Mais attention interdiction de parler des sujets qui fâchent dissolution de l'assemblée nationale, disparition de l'ISF, immigration…Bref une belle propagande avec interventions de Jean-Marie BLANQUER et de Michelle PENICAUD, qui se bien gardait de véritablement leur expliquer ce que leur réserve la loi travail que subiront tous ces jeunes y compris pour les jeunes en situation de handicap. Les mots ne sont pas des actes. Une bonne parole ne peut pas effacer des insultes et des actes répressifs ! Au final un président qui joue son parfait rôle de communicant et vous promet monts et merveilles sans jamais vous dire qu’il vous aidera financièrement.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir