Contenu principal

Message d'alerte

Conducteur en état de sommeilAu regard des accidents de voiture, ses conséquences peuvent être mortelles, mais peu connues du grand public. Selon le dernier baromètre AXA sur les habitudes de conduite des Français, l'alcool et la vitesse diminuent nettement grâce à une prise de conscience collective sur les répercussions de ces comportements.

Pourtant, l'utilisation du téléphone et la conduite en état de fatigue restent des sujets préoccupants. Et la fatigue, plus insidieuse se doit d'être considérée comme un réel danger pour soi et pour les autres sur la route.

La fatigue, une arme sur la route ?

Sans nul oui tout comme l'alcool, l'usage de stupéfiant ou celui du téléphone portable. Toutes les prédispositions sont bonnes à prendre : partir reposer, faire des pauses régulières... Pourtant, pour une certaine partie de la population, ces recommandations ne serviront à rien.

Tout simplement parce que ces personnes souffrent d'une fatigue chronique, issue d'une apnée du sommeil souvent mal diagnostiquée et donc mal prise en charge. Sans sommeil réparateur, les signes de fatigue réapparaissent dès le lever. Avec le temps, l'habitude s'installe et les signaux ne sont plus perçus.

Pourtant, les effets sont là et similaires à la conduite sous alcool : baisse des réflexes, diminution du champ de vision... Et les chiffres sont parlants : l'apnée du sommeil triple les risques d'accident de la route[1] , un accident mortel sur trois est dû à l'endormissement et les effets d'une mauvaise ou courte nuit apparaissent seulement après 20 minutes de conduite ...

Autant dire que n'importe quel trajet peut être source de danger pour celui qui risque de s'endormir, ses passagers ou les autres usagers de la route. Vigilance !

Oniris : le dépistage et une orthèse pour lutter

Pourtant les signes de la fatigue sont connus : sécheresse oculaire, envie de bâiller, de s'étirer... Pour les apnéiques, même si ces signaux peuvent paraitre tellement quotidiens, il est primordial de se poser les bonnes questions : lever fatigué, tendance à Sommeil au volant enquete Ipsosla somnolence après déjeuner ou en cas d'inactivité courte, tendance à ronfler... ? Attention, danger !

Pourtant, des solutions existent. Même si un dépistage complet du rythme du sommeil peut prendre plusieurs mois, des solutions comme les orthèses à avancées mandibulaires Oniris permettent de parer aux conséquences directes de l'apnée du sommeil et du ronflement en retrouvant un sommeil réparateur après quelques nuits.

Pour Mathieu Vincent, cofondateur d'Oniris, « le dépistage est un des aspects primordiaux de notre produit. Apnéique depuis plusieurs années, j'ai eu la chance d'être entouré de plusieurs professionnels de santé qui ont su poser le diagnostic. Or,ce n'est apparemment pas le cas pour la majorité des apnéiques puisqu'on estime que plus de 3 millions de français sont concernés et que 90% ne sont pas diagnostiqués et donc pris en charge ».

Directement disponible en pharmacie, pour un coût de 69€, l'orthèse Oniris a pour vocation de démocratiser le traitement de cette maladie chronique, car hormis les accidents de la route, l'apnée du sommeil a aussi de nombreuses répercussions sur la santé générale de la personne : augmentation du risque de cancer, de maladies cardio-vasculaires... La fatigue est donc loin d'être anodine

À propos d'Oniris

Créée en 2011 suite aux travaux du Docteur Vincent, Oniris, start-up familiale, met au point, fabrique et commercialise des Orthèses d'Avancée Mandibulaire (OAM), made in France. Alors que les traitements existants étaient jusqu'alors perçus comme chers et/ou contraignants, l'orthèse Oniris a été créée afin d'apporter une solution simple, économique et efficace aux problématiques liées au ronflement et à l'apnée du sommeil. Elle a fait l'objet d'une étude clinique validant ses bénéfices, de plusieurs brevets et reçoit le soutien d'un comité scientifique regroupant plusieurs grands spécialistes. Déjà 17 000 patients l'ont adoptée !

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir