Contenu principal

Message d'alerte

Accident ferroviaire de BretignyUn jour de départ en vacance voila ce qu'était ce 12 juillet 2013, à bord du Paris-Limoges 385 passager, après un départ à 16h53 pour une arrivée à 20h05. Mais à 17h11, alors qu'il aborde la gare de Brétigny, le train déraille à 137 km/h. Deux voitures se retrouvent couchées sur les rails, une troisième balaie le quai sur lequel attendent de nombreux voyageurs. Un accident qui sera la cause de sept morts et des centaines de blessées, dont certaines victimes seront handicapées à vie. Un an après les 200 victimes et les familles ne veulent pas revenir sur les lieux de l'accident et malgré des traces qui ont pratiquement disparu.

L'association et la majorité d'entre elles n'assisterons pas a l'hommage publique rendu sur le parvis de la gare «Revenir sur les lieux mêmes du drame est trop difficile», explique Thierry GOMES, président de l'association des victimes qui a perdu ses deux parents, fauchés sur le quai, lors de la catastrophe.

« Nous avons tous été meurtris dans notre chair. Beaucoup souffrent de traumatismes psychologiques, certains sont encore lourdement handicapés. Les cicatrices sont loin d'être refermées», explique-t-il. Des sentiments partager par les employés de la SCNF tous comme le conducteur du train encore sous le choc ... avait déraillé à Brétigny-sur-Orge est encore choqué, un après le drame.

Deux cérémonies unies dans un même esprit !!!

« La première cérémonie (privé) aura lieu à 15h dans la salle Camille Hebert, allée des Irlandais à Brétigny-sur-Orge », indiquent les pompiers de l'Essonne, qui seront représentés par le président du SDIS, Jérôme Cauet, le directeur, le colonel Alain Caroli, et 6 agents intervenus lors de l'accident. En présence également du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier et Nicolas Meary, le maire de la ville (UDI).

Une seconde cérémonie se tiendra à 17h en gare de Brétigny-sur-Orge à l'initiative de la commune. « En souvenir des victimes, une minute de silence sera observée. A l'issue des discours, le maire de Brétigny dévoilera une plaque commémorative en hommage aux victimes.

Qui est le responsable de cet accident ?

Déterminer la chaîne de responsabilités ayant abouti au drame est devenu son leitmotiv. La création de l'association Entraide et défense des victimes de l'accident de train de Brétigny est sa manière de se reconstruire. Pourquoi les infrastructures de Brétigny se trouvaient-elles dans un tel état au moment de l'accident ? Comment se fait-il que les alertes émises par plusieurs acteurs avant le 12 juillet 2013 n'aient pas été entendues ?

Des questions pour lequel le combat continu sur le terrain judiciaire continue, pour savoir comme l'indique Thierry GOMES, si il y a eu « un manquement très grave » de la SNCF. « Qui est responsable, l'homme de terrain ou le décideur? Nous espérons que la justice répondra à cette question ». Une première réponse qui aura été un choc pour les victimes avec la publication début juillet, des conclusions « très sévères » à l'encontre de la SNCF, mettant en cause « l'état de délabrement » du réseau à l'endroit de l'accident et un « déficit » de maintenance.

Un an après où sont les victimes ?

Un an après l'accident, 32 passagers, parmi les 177 qui ont déclaré un préjudice corporel ou psychologique, ont accepté une offre d'indemnisation, selon un bilan communiqué par le secrétariat d'État aux Transports. « Sur les 127 personnes ayant déclaré un préjudice matériel, 92 ont à ce jour été définitivement indemnisées ».

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir