Contenu principal

Message d'alerte

Recyclage produits informatiqueInauguré officiellement le 23 avril prochain a Montataire (Oise) pour une installation et démarrage prévus à partir du 7 mai prochain. Date à laquelle cette nouvelle entreprise accueillera 24 travailleurs handicapés chargés de recycler les équipements électriques et électroniques dans les locaux de l'entreprise Lenormant, sur le site des Marches de l'Oise, à Montataire. Une initiative gérée et responsable du recrutement par un chantier d'insertion de par l'association pour le développement par l'économie, la formation et l'insertion des travailleurs handicapés de l'Oise (Defith60).

Pour un des responsables et instigateurs du projet, Marcs Ben Taleb à Défith60, « il s'agit de rendre une activité accessible à des hommes et des femmes, malgré le handicap. Surtout à des femmes d'ailleurs, car la plupart des chantiers d'insertion se font dans des métiers comme le bâtiment, et donc plutôt masculins. »

Les employés démonteront les appareils, en trieront les composants et constitueront de nouvelles machines à l'aide des matériaux récupérés. Elles seront ensuite revendues pour des sommes symboliques aux personnes touchées par la fracture numérique. Dont l'un des seconds objectifs de Marc Ben Talbeb est de pouvoir augmenter rapidement sa capacité de production afin de baisser rapidement les prix. Un dernier argument qui reste dommageable, il convient de rappeler que la création d'entreprises de ce type reste avant tout une excellente affaire pour les entreprises qui peuvent par réduire la capacité de travail de la contribution AGEFIPH. Défith60 qui espère à moyen terme se diriger aussi s'intéresser aux archives des entreprises.

Trier, démanteler pour recycler

Des employées qui seront ainsi employées bénéficieront d'un contrat aidé d'un an, renouvelable. À ce jour cent trente personnes ont rendez-vous pour passer un entretien et participer au chantier et à la plate-forme qui se monte. Une fois embauchées, elles sont suivies par un accompagnateur socioprofessionnel et peuvent suivre des formations, toujours dans l'optique de trouver un véritable emploi à la sortie du chantier. « Nous avons un objectif à hauteur de 55 % », prévoit Marc Ben Taleb. Ceux qui ne seraient pas prêts à intégrer une entreprise pourront continuer à bénéficier du chantier par le renouvellement de leur contrat. Une réinsertion essentielle afin de pouvoir permettre à plus de 3000 personnes reconnues travailleuses handicapées au niveau local afin qu'un roulement puisse se produire et laisser a toute la chance de bénéficier d'une réinsertion dans le secteur non protégé.

Pour Marc Ben Taleb, l'idéal serait que le plus grand nombre réussisse pour laisser la place à d'autres personnes en difficulté. « Il y a près de 3000 personnes reconnues travailleuses handicapées dans le secteur », déplore-t-il...

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir