Contenu principal

Message d'alerte

Logo un don pour agir Site internet d'aide et d'accompagnement d'associations d'actions sociales et d'organisations humanitaires, undonpouragir.fr aide à la collecte de fonds pour la réalisation de projets en France. Les internautes pouvant choisir entre, plusieurs projets précis, effectuer des dons en toute transparence et sont intégralement remboursés si le projet n'aboutit pas. L'internet déjà grandement au service de la solidarité montre ici une nouvelle facette de ces possibilités.

Trait d'union entre donateurs et organisations de proximité

Dans un contexte de baisse continue des financements publics aux associations, le site internet représente un trait d'union entre des donateurs et les organisations de proximité qui souhaitent faire aboutir ou développer leurs projets. Le site permet ainsi de soumettre ces projets aux internautes en toute transparence, permettant aux donateurs de connaître le projet et l'affectation exacte des fonds. Et si la collecte n'aboutit pas, le donateur est entièrement remboursé.

Une collecte pour un projet précis sur 3 mois

Undonpouragir.fr soumet sur sa page d'accueil les projets culturels, sociaux ou humanitaires sur le territoire français. Toutes les associations déclarées peuvent ainsi proposer leur projet avec le financement demandé et cela pour une durée maximale de 3 mois. Les internautes ont ainsi la possibilité d'effectuer des dons par Paypal. Ces dons sont réunis sur un compte bancaire et virés à la fin du projet uniquement sur des comptes d'associations.

Des projets présentés en détail

Côté association le site met à la disposition de celle-ci une page présentant l'ensemble du projet avec précision. Cette page contient : La présentation de l'association porteuse du projet, l'objectif, la cible, le territoire de réalisation, le budget, le tableau d'avancement des actions, le bilan qualitatif et quantitatif. Une démarche explicative qui permet aux internautes de connaître tous les détails du projet avant d'effectuer un don.

Collecte de fonds : Un coût minime

Les associations ont le choix entre deux offres : une formule classique ou une formule personnalisée. Dans le cas d'une formule classique, Undonpouragir.fr prend 10% du montant collecté pour les frais de gestion et 2% pour les frais bancaires. Ce montant de 12% HT est rajouté sur le budget de la collecte de fonds du projet, ceci afin de ne pas pénaliser la réalisation de ce dernier. Pour une formule personnalisée, il faut compter 10%% supplémentaire correspondant à la création d'une affiche 40x60, de liens sur la page du projet vers la page de l'association. Et si le site n'arrive pas à collecter le montant total nécessaire à la réalisation du projet, aucuns frais n'étant demandés au donateur.

Transmettre ses valeurs avec une carte cadeau solidaire

Undonpouragir.fr a mis en place une carte cadeau d'une valeur de 10€ à offrir aux proches, enfants, familles. Cette carte cadeau permet ainsi de transmettre ses valeurs de solidarité et d'entraide que l'on soit un particulier ou bien une entreprise et d'aider une association. Ces dernières peuvent ainsi contribuer à leurs plans RSE (Responsabilité sociétale de l'Entreprise) et bénéficier d'une réduction fiscale tout comme les particuliers qui ont droit à un reçu fiscal. Les associations peuvent aussi émettre des cartes et bénéficier ainsi de ce cadeau original et solidaire.

Vendre solidaire

Undonpouragir.fr propose aussi sur son site un fil info, un forum/annonces avec un principe d'achat-vente solidaire. Ainsi, un commerçant peut vendre son article et l'acheteur reversera solidairement un pourcentage de cet achat à l'association de son choix.

La Rédaction

Un salarié du groupe SPIE travaillant dans l'une des nombreuses activités de ce geant mondiale de la communicationAlors que l'économie française connait des difficultés et que la crise a elle également touché les établissements de travail protégé et aux entreprises adaptées, l'Association des Paralysés de France (APF) et au groupe d'ingénierie et de services SPIE d'avoir un accès plus large a ce secteur appartenant au réseau APF Entreprises. Une initiative intéressante, mais pour lequel il aurait été préférable de mettre en place une signature avec les associations représentatives comme l'UNEA afin qu'elle puisse profiter a tous.

La salle d'audience du tribunal de Nanterre peu avant l'ouverture du procès le 14 mai 2012 Un an après le début d'un procès mis en échec pour des raisons de procédure, les victimes, tout comme celle qui avait dénoncé le scandale, le Dr. Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, en juin 2009 compte bien cette fois aller jusqu'au bout même si celle-ci exprime certaine interogations. Un procès qui débute aujourd'hui à Nanterre, pour une durée de 16 jours et qui sera le fruit de certaines victimes refusant d'attendre l'indemnisation à laquelle elle prétende. Les accusées, Jacques SERVIER 91 ans, et quatre anciens cadres de Servier et sa filiale Biopharma, comparaissent devant le tribunal correctionnel de Nanterre et seront jugés pour « tromperie aggravée ».

Des victimes exigent réparation immédiatement !

Se sont donc 700 parties civiles qui sont à partir d'aujourd'hui a nouveau sur le banc des victimes, demandent réparation devant le tribunal correctionnel. Des victimes refusent d'attendre l'issue de l'instruction menée parallèlement au pôle santé du parquet à
Illustration graphique des morts et victimes causé par le médiator a longParis pour lequel plus de 3000 plaintes ont été déposées. Certaines d'entre elles refusent de permettre à Jacques SERVIER de gagner du temps ont misé sur une procédure rapide : une citation directe pour "tromperie aggravée" dans laquelle leur revient la tâche d'apporter les preuves, sans avoir accès aux investigations parisiennes. Parmi les nombreuses victimes de l'anti-diabétique des laboratoires Servier, Céférina CORDOBA, lourdement handicapée par sa maladie. À ce jour, elle n'a toujours pas reçu d'indemnisation. Elle vit avec 570 euros par mois.

Des victimes reprochent à Jacques Servier, 91 ans, fondateur des laboratoires du même nom qui ont commercialisé le Mediator, de les avoir "délibérément" trompées sur la composition de ce médicament destiné aux diabétiques, mais largement prescrit comme coupe-faim. Ils n'auraient pas été informés de "la nature anorexigène" de son principe actif, le Benfluorex. Ce dernier larguerait dans l'organisme une substance toxique, la norfenfluramine, une molécule très proche de l'amphétamine qui provoque des hypertensions artérielles pulmonaires et multiplie par trois le risque de valvulopathies (dysfonctionnement des valves cardiaques).

Parallèlement aux poursuites pénales, les victimes présumées peuvent demander réparation à la justice civile ou se tourner vers le Fonds public d'indemnisation pour les victimes du Mediator, géré par l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) et mis en place le 1er septembre 2012. Une commission qui a ce jour à rendus 152 avis favorables à l'indemnisation de victimes du Mediator par l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam) sur près de 7.939 demandes. Selon Erik Rance, directeur de l'Oniam, la plupart des refus (992) portent sur des pathologies non imputables à ce produit. Dans 90 cas, l'Oniam a estimé ne pas avoir à sa disposition suffisamment de pièces pour se prononcer. Des avocats qui pour leur part ont evoquer l'indéscence des montants affirmant pourvoir obtenir des montants trois a quatre superieur...

Bataille de procédure...

Jacques Servier le 14 mai 2012 lors de la premier audience au tribunal de Nanterre. Mais les victimes verront-elles vraiment le procès aller sur le fond, un an après une première interruption en 2012 suites à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense de Servier et refusée par la Cour de cassation ? Rien n'est moins sûr et laisse même craindre selon pour Me Juliette Nattier, conseil d'une trentaine de victimes présumées, "il y a un risque que l'affaire ne soit encore pas jugée, la défense de Servier devrait en effet engager une nouvelle bataille de procédure susceptible d'entraîner un nouveau renvoi du procès".

De leur côté, les parties civiles disposent de plusieurs pièces maîtresses comme des documents internes de Servier et les annexes du rapport accablant de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). Selon l'Igas, le retrait du Mediator "aurait pu être décidé dès 1999", soit dix ans avant sa disparition du marché. Jacques Servier, ainsi que les quatre anciens cadres de Servier et sa filiale Biopharma jugés à ses côtés à Nanterre, encourent quatre ans de prison et une amende de 75 000 euros ; Servier et Biopharma, en tant que personne morale, une amende de 375 000 euros ainsi qu'une interdiction d'exercer.

Pour la pneumologue, qui avait alerté en 2008 sur les risques cardiaques du médicament commercialisé en 1976, redoute en outre que l'instruction en cours ne complique la tenue duLe Dr et Pneumologue, Irene FRACHON ici au CHU de Brest et auteur du livre Médiator 150Mg combien de Mort ? paru en 2012©AFP / FRED TANNEAU procès. "Est-ce qu'un tribunal va accepter de juger aujourd'hui la tromperie rapidement, alors qu'il y a une autre procédure pénale en cours qui semble peut-être aller à son terme?" s'interroge-t-elle, jugeant que c'est "la question qui va être posée certainement très rapidement à l'ouverture de ce procès".

Des victimes toujours plus nombreuses !!!

S'il est difficile de procédé a calcul exact des victimes décédé en 1976 et 2009 en France, des chiffres qui vont de 500 personnes l'Afssaps et 3500 hospitalisations ou le rapport d'expertise judiciaire sur le Mediator à conclut lui que les décès à court terme imputables à une valvulopathie sont évalués entre 220 à 300 à court terme et entre 1.300 et 1800 à long terme.

Des instructions en cours oui  mais de quelle type ?

Les laboratoires Servier et leur fondateur sont poursuivis dans deux procédures : une conduite depuis le parquet de Paris, l'autre, depuis celui de Nanterre. L'information judiciaire pour trafic d'influence est conduite à Paris. Deux informations judiciaires ont été ouvertes en février 2011 : l'une pour tromperie et escroquerie dans laquelle le patron des Laboratoires Servier et six sociétés du groupe ont été mis en examen, l'autre pour "homicides et blessures involontaires" dans laquelle Jacques Servier a été mis en examen. Sachant que l'Agence du médicament a en effet été mise en examen en mars dernier pour "homicides et blessures involontaires", les juges d'instruction parisiens la soupçonnant d'avoir négligé les alertes sur la dangerosité du Mediator.

Stéphane LAGOUTIÉRE

A droite Rémi Chaintron, président du conseil général de saône-et-Loire et Aline morancho, directrice régionale de la Caisse des dépôts, a l’occasion de la signature de la convention Rémi Chaintron, président du conseil général de saône-et-Loire et aline morancho, directrice régionale de la Caisse des dépôts, gestionnaire du FipHFp, ont signé le 15 mai au conseil général de saône-etLoire à mâcon, une convention pluriannuelle en faveur de l'emploi des personnes handicapées. Cet accord, établi pour trois ans, permet au conseil général de saône-et-Loire de poursuivre son action en faveur d'emploi de personnes handicapées grâce à un financement global de 715 k€.il s'agit de la première convention signée entre le FipHFp et le conseil général de saône-et-Loire.

Une personnes âgée dans un fauteuil au sein au coeur d'un EHPAD comme celui visité par la ministre Michel DELAUNAY Michèle DELAUNAY s'est rendu aujourd'hui à l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Annie Girardot à Paris, à l'occasion de la journée de solidarité. Le gouvernement, qui a réaffirmé le 16 mai dernier que les fonds provenant de cette journée, instaurée après la canicule de 2003 qui avait provoqué 15 000 décès, bénéficiaient bien aux personnes âgées et handicapées, évoquant une nouvelle extension du dispositif. Une journée ou plus que jamais, celle-ci continue de faire débat au sein de la société.

Gagnant du concours video tous HandScéne de l'association tremplinÀ l'occasion de ses 20 ans, l'association Tremplin - Etudes, Handicap, Entreprises – a souhaité, à travers la 1ère édition du challenge vidéo Handicap « Tous HanScène ® », valoriser les initiatives prises par les établissements de l'enseignement supérieur en faveur du handicap. Après 4 mois de compétition, les 4 prix ont été remis hier soir au cours de la soirée de remise des trophées.

Ce sont au total, 12 équipes d'étudiants handicapés et non handicapés, qui ont rivalisé de créativité pour défendre les couleurs de leur école et université, mettre en scène leurs initiatives en faveur du handicap et les présenter au grand public. D'Amiens à Toulouse en passant par Bordeaux, Cergy-Pontoise, Grenoble, Lille, Paris, Rouen, Saint-Denis, Saint-Étienne ou encore Strasbourg. Des étudiantes et étudiants, par équipe de quatre ou cinq, dont au moins un en situation de handicap, se sont mobilisés pour démontrer que études supérieures et handicap ne sont pas deux mondes séparés.

Véritable sujet sociétal que la poursuite des études post-bac pour les jeunes en situation de handicap, il sont en effet moins de 4 % au sein des universités ou grand école. Tremplin a  souhaité laisser s'exprimer les acteurs dont le quotidien n'est pas toujours aisé. Orientation et cursus d'études, choix d'un établissement, intégration sociale et culturelle...

Tant d'étapes qui peuvent parfois représenter autant d'obstacles. Il est temps, aujourd'hui, d'une part de mobiliser l'enseignement supérieur et, d'autre part, de montrer au plus grand nombre les initiatives qu'il prend en faveur du handicap.

Ainsi devant un parterre de 150 personnes et les 12 équipes participantes, le palmarès de cette première édition a été dévoilé ! C'est TousHanStaps, l'équipe de l'université de Bordeaux 2 qui remporte le « Prix du public ». Le Jury du Challenges a quant à lui choisi de récompenser Sensi-Handicap, l'équipe de l'EM Grenoble avec le Prix de la meilleure vidéo, l'équipe EM Strasbourg in Motion de l'EM Strasbourg avec le Prix de la meilleure initiative et de nouveau TousHanStaps avec le Prix spécial du jury. Ce 1er jury était constitué des entreprises partenaires de Tous HanScène : Deloitte, GDF-Suez, Journal des Grandes Ecoles, M6, Natixis, SNCF, Sopra Group, Schneider Electric et TF1. Des films que vous pouvez retrouver les films récompensés dans l'intégralité sur le site dédié de l'association Tremplin.

La Rédaction

Une bien mauvaise nouvelle pour toutes les victimes de l'amiante, particulièrement celles de la "vallée de la mort", à Condé-sur-Noireau qui se demandent s'il y aura un jour un procès de l'amiante au pénal. © AFP / CHARLY TRIBALLEAU L'ANDEVA et la FNATH recommandent aux familles de victimes de ne pas lire l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, rendu ce jour qui annule neuf mises en examen du dossier de Condé sur Noireau. Elles risqueraient en effet d'être profondément choquées par les développements caricaturaux énoncés par les magistrats pour fonder leur décision. Les juges y refont l'histoire de la plus importante catastrophe sanitaire que la France ait connue, avec 3000 décès par an. Ainsi, ils nient les connaissances médicales et épidémiologiques accumulées depuis le début des années 60, considèrent que la politique d' « usage contrôlé » de l'amiante avant 1995.