Contenu principal

Message d'alerte

C’est un présidentEmmanuel MACRON en visite dans dans les locaux de la crèche Graffitis à Rouen et son épouse accompagné de la ministre de la Santé Agnès BUZYN et la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées Sophie CLUZEL, qui aura était chaudement accueilli lors de sa visite a l'unité du CHU dédiée au dépistage précoce de Rouen en Seine-Maritime avant une visite dans une crèche et une rencontre avec des parents. Emmanuel MACRON contraint à la discussion avec 150 et 200 manifestants des services de santé ou des services territoriaux criaient : « Résistance » ou « Macron dégonflé, on t'attend »

Une France qui «doit combler son retard»…
Estimé a a environ 700 000, les « troubles du spectre de l'autisme » (TSA) atteignent « environ 1 % de la population », soulignait la Cour des comptes en janvier, dont 600 000 adultes, sachant seul environ 75 000 ne seraient véritablement diagnostiqués. Après trois plans successifs depuis 2005, Emmanuel Macron avait lancé en juillet 2017 la concertation sur ce nouveau plan appelé « stratégie autisme ». Le précédent (2013-2017) avait été doté de 205 M€. À l’occasion de cette visite, le chef de l’État a évoqué brièvement ce plan présent demain par le premier ministre, dont le montant devrait atteindre 340 M€ sur cinq ans pour améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l'autisme. Et des forfaits pour le dépistage remboursés. Revenant sur le corps médical et leurs formations a l’autisme « Nous allons généraliser la formation de tous les professionnels, pédiatres, médecins, pour avoir, au 9e mois ou au 24e mois, aux consultations prévues, le réflexe de vérifier le minimum et De droite a gauche Agnès Buzyn Sophie CLUZEL et Emmanuel MACRON au CHU de Rouenalerter sur un trouble psycho autistique », a-t-il détaillé.

Lors de sa visite a la crèche le président de la République a par ailleurs expliqué devant des journalistes, qu’il « compté aussi aider les parents à garder ou retrouver une activité professionnelle et installer des « centres de répit », comme à Rouen, pour qu'ils aient du temps en semaine pour eux ou pour leurs autres enfants. Précisant que serait mis en place un « forfait de remboursement pour les parents à partir du 1er janvier 2019 » pour les dépistages, dans le cadre de la « stratégie autisme » que doit présenter le 6 avril 2018

Une visite mouvementée…
Dans le CHU, il a également été pris à partie par des infirmières avec lesquelles il a eu un échange tendu sur la situation à l'hôpital. « Renforcer la recherche, prévention, diagnostic et inclusion, voici le coeur de ce que nous voulons faire » pour l'autisme, a déclaré le chef de l'État. « Il faut avoir un diagnostic le plus tôt possible. Nous allons généraliser la formation de tous les professionnels, pédiatres, médecins, pour avoir, au 9e mois ou au 24e mois, aux consultations prévues, le réflexe de vérifier le minimum et alerter sur un trouble psycho autistique », a-t-il détaillé.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Présidence de la république

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir